AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Decazeville, Aveyron , 1937
Mort(e) : 1994
Biographie :

Christian Da Silva est un poète.

Il est un des principaux promoteurs de l'introduction de la poésie contemporaine dans le milieu scolaire.

Il fonde et anime la revue "Verticales 12". Il publie ses premiers poèmes en 1968 dans "Verticales 12" et aux éditions Encres vives avec "Cendres sera mon aube".

Il a reçu le Prix Jean Malrieu 1990.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
sabine59   05 mai 2017
Christian Da Silva
La parole est aux arbres,

ils sont encore nos poumons

et partagent l'espace

où jardine l'oiseau.



La parole est aux sources,

elles sont encore notre peau,

un peu de ce murmure

où navigue l'enfance.



Et parole à la pierre

qui fut notre maison,

apprivoisant l'été

pour réchauffer sa nuit.



Ces trois nous gardent vie

et nous donnent pouvoir

de sauver nos racines.



(" Anthologie de Georges Jean")
Commenter  J’apprécie          222
sabine59   03 octobre 2017
Pour que le soir te prenne par la main de Christian Da Silva
Un poème pour la terre

et le blé surgira

comme l'oiseau.



Un poème pour l'arbre

et la feuille dira

le chant des sèves.



Un poème pour l'eau

et la lumière

se peuplera de sources.



Un poème pour le chemin

et le nuage nous apprendra

où se cachent les rêves.
Commenter  J’apprécie          180
Jcequejelis   12 novembre 2013
Poésie 1, n°28/29 : L'Enfant La Poésie de Christian Da Silva
La Puce, de Robert Clausard



Une puce prit le chien

pour aller de la ville

au hameau voisin

à la station du marronnier

elle descendit

vos papiers dit l'âne

coiffé d'un képi

je n'en ai pas

alors que faites-vous ici

je suis infirmière

et fais des piqûres

à domicile.



1315 - [p. 45]
Commenter  J’apprécie          140
Jcequejelis   13 novembre 2013
Poésie 1, n°28/29 : L'Enfant La Poésie de Christian Da Silva
Le Journalier, de Jean Malrieu



Le journalier n'a qu'une veste sur le dos,

Un petit monde dans la tête,

Un grand travail à faire et qu'il fait

Sans savoir pourquoi.

Il est né humble comme un boeuf.

La force mâle est dans ses reins.

Quand il lève la tête, il défie

Mais l'ignore.

Son sourire est doux comme le revers de sa main.

Il est pauvre. Avec sa bêche

Il soulève le monde et la lumière autour de lui

L'entoure d'un éclat qui n'a jamais servi.



1316 - [p. 88]
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienne   20 avril 2013
Pour que le soir te prenne par la main de Christian Da Silva
Avec des mots d’eau fraîche,

la chaîne du puits lève l’ancre

une histoire roule calèche

et c’est toujours dimanche,

avec les mots, avec les mots…
Commenter  J’apprécie          90
sabine59   02 octobre 2017
Pour que le soir te prenne par la main de Christian Da Silva
Octobre

enroule ses brouillards.



La maison

s'est mise en boule

auprès du feu.



La chienne dort,

rousseur de flammes,

rousseur de poil.



Le temps bâille

et relève le col.
Commenter  J’apprécie          80
sabine59   02 octobre 2017
Pour que le soir te prenne par la main de Christian Da Silva
Tu sauras, un jour ,

le goût de ces jardins

qui font semblant de dormir

sur les os d'anciens morts.

Ils sont doux comme la couleuvre,

leur solitude n'est pas triste,

et quand il pleut

leurs épaules frémissent

comme si les brûlures apprises

à force de juillets

s'évadaient d'un seul coup,

comme si la cétoine empoudrée

avait soudain pouvoir

d'être cheval ailé sur la rivière.



Tu connaîtras ,un jour,

l'alaphabet-menthe du jardin.
Commenter  J’apprécie          20
Jcequejelis   13 novembre 2013
Poésie 1, n°28/29 : L'Enfant La Poésie de Christian Da Silva
La grande Chèvre, de Norge



La grande chèvre avait déjà brouté la vieille gardeuse et la forêt. De la maison, elle ne fit qu'une bouchée. Un quartier de lune maintenant. Puis tout un vent du nord. Et alors, la bique de boire un si grand coup de mer qu'en va-t-à-pied guerre z'à Douvres. Enfin, enfin, une feuille de laitue ! Si j'avais eu cette feuille de laitue, dit-elle, je n'aurais rien mangé d'autre.



1320 - [p. 100]
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur