AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 10/02/1937
Biographie :

Françoise Frontisi-Ducroux est une helléniste et mythologue française, sous-directeur de laboratoire au Collège de France et membre du centre Louis Gernet (EHESS). Sa thèse de troisième cycle, soutenue à la Sorbonne en 1972 devant un jury composé de Marcel Detienne, Jean-Pierre Vernant et Ernest Will1, est consacrée à Dédale et à la figure de l'artisan en Grèce ancienne ; sa version remaniée pour la publication, parue en 1975, devient un classique des études mythologiques.

Sa thèse de Doctorat d'Etat, Prosopon. Valeurs grecques du masque et du visage a été soutenue en 1987 à l'EHESS devant un jury composé de Marcel Detienne, Louis Marin, Claude Mossé, Jean-Pierre Vernant et François Villard. Elle a donné lieu à trois publications : Le Dieu-Masque, Du masque au visage et "L'oeil et le miroir" in Dans l'oeil du miroir.

Françoise Frontisi-Ducroux a consacré plusieurs ouvrages à la mythologie grecque.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Partemps   13 septembre 2020
L'ABCdaire de la mythologie grecque et romaine de Françoise Frontisi-Ducroux
Pour les Grecs, la pudeur est à la fois ce qui voile et la promesse de ce qui est voilé. Tel est le sens du geste de Pénélope : elle n’écartera son voile que pour Ulysse



La pudeur nous vient de Rome. Sous le nom de Pudicitia, elle y reçoit un culte réservé aux matrones qui n’ont eu qu’un mari. Son temple connaît quelques scandales : crêpage de chignons entre patriciennes, évinçant l’une des leurs, mariée à un consul honorable mais plébéien (l’exclue, indignée, consacra aussi-tôt un nouveau sanctuaire à la Pudeur plébéienne). Débordements de dames romaines qui, retour d’orgies, font arrêter leur litière pour compisser à longs jets la statue de Pudicitia et se chevaucher mutuellement sous les regards de la Lune. Heureusement, Auguste rendit sa dignité à Pudicitia et quelques impératrices se firent statufier, voilées, en image de Pudeur.



En Grèce aussi Pudeur est une déesse. On lui connaît un autel à Athènes et une statue sur la route de Sparte, due à une vertueuse décision de Pénélope : après son mariage avec Ulysse, son père, Icarios, tenta de convaincre le nouvel époux de demeurer chez lui, à Sparte. En vain. Il suivit alors le char des mariés qui partaient pour Ithaque, en suppliant Pénélope de rester. Au bout d’un moment, Ulysse, agacé, s’arrêta pour demander à sa jeune épouse de choisir entre Icarios et lui. Pénélope ne dit mot, mais s’enveloppa la tête de son voile. Son père, comprenant qu’elle désirait suivre Ulysse, renonça, et fit ériger à l’endroit même une statue de Pudeur : Aidos, disent les Grecs.



Aidos est moins scandaleuse que son homologue romaine. C’est sans doute qu’elle est moins prude. Le mot d’abord ne correspond pas exactement à ce que nous entendons par pudeur. Son sens englobe la crainte, le respect, voire la honte, et l’honneur du guerrier. Rapidement cependant, il se spécialise pour désigner une attitude de réserve et de décence. On l’associe à cette autre vertu, la sophrosuné, que les Grecs attendent des femmes : comportement modeste et retenue verbale. C’est bien sûr la parure des vierges, en particulier des Parthenoi divines, Athéna et Artémis. A cette dernière, l’Hippolyte d’Euripide, chasseur résolument chaste, offre des fleurs cueillies dans une prairie intacte, que la Pudeur baigne de rosée. La pudeur prend aisément une forme liquide, on la déverse, elle inonde ou fait pleurer. Elle est présente à la naissance d’Aphrodite, jaillissant de l’écume marine, « belle déesse pudique », qu’immédiatement vont escorter Amour et le beau désir.



Ce détail est significatif : la pudeur grecque relève de l’érotique. Aux noces d’Apollon, Aphrodite répand sur la douce couche nuptiale la désirable pudeur. C’est aussi sur le modèle d’une vierge pudique que, pour le malheur des hommes, Héphaïstos modèle la première femme, Pandora. Aphrodite verse sur sa tête la grâce et le douloureux désir, tandis qu’Athéna la pare d’une robe blanche et lui noue une ceinture... que son imprudent époux, Epiméthée, défera sans tarder.



[..].

La pudeur est à la fois ce qui voile et la promesse de ce qui est voilé. Sous les paupières se cache Eros, prêt à lancer ses flèches. Et l’objet vrai du désir se nomme en latin pudenda, en grec aidoia, soit les parties « honteuses », ce que la décence exige de cacher. Le regard accroît le désir. Mais il ne faut pas voir dans les manifestations de la pudeur grecque une simple stratégie de titillement. Car elle est passivité bien plus que résistance. Une passivité qui rassure le mâle, adulte et citoyen, qui se veut seul sujet, seul actif. La pudeur, faiblesse indigne d’un homme libre, ne lui sied plus. Mais il l’impose à ses deux partenaires.



[..]



Françoise Frontisi Ducroux

helléniste et sous-directeur au Collège de France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   25 mars 2016
Mythes fondateurs : D'Hercule à Dark Vador de Françoise Frontisi-Ducroux
Cette nature mystérieuse était aussi source d’enchantement. Un enchantement d’autant plus fort qu’il fut toujours perçu comme fragile et menacé, par les tempêtes, la sécheresse et les inondations, les calamités naturelles et, très tôt, l’incurie ou l’inconscience de l’être humain. Ordonnancements subtils de la nature, les jardins, ces Édens, ces paradis, conçus de la main de l’homme furent et demeurent comme espaces de joies, de plaisirs, de méditation heureuse.
Commenter  J’apprécie          20
pleasantf   13 octobre 2019
L'ABCdaire de la mythologie grecque et romaine de Françoise Frontisi-Ducroux
La mythologie se caractérise par une grande fluidité et un renouvellement constant. La multiplicité des variantes tient au choix opéré par chaque communauté et aussi à la nécessité pour les poètes de faire du nouveau. Le traitement des mythes par la tragédie s'inscrit institutionnellement dans les concours dramatiques où les auteurs s'affrontent pour obtenir le prix, où le public se presse pour voir si Euripide a fait mieux qu'Eschyle et Sophocle.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Françoise Frontisi-Ducroux (27)Voir plus


Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu ces romans historiques?

Dans les piliers de la terre, de Ken Follett, quelle est la particularité de la statue de la vierge?

elle pleure
elle change de couleur
elle chante
elle s'illumine

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman historique , quizzCréer un quiz sur cet auteur