AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 07/12/1889
Mort(e) à : Paris , le 08/10/1973
Biographie :

Gabriel Marcel (7 décembre 1889 à Paris - 8 octobre 1973 à Paris) est un philosophe, dramaturge, critique littéraire et musicien français, représentatif de l'existentialisme chrétien.

Auditeur de Bergson et agrégé de philosophie (1912), Gabriel Marcel ne se lance pourtant pas dans une carrière d'enseignant, à laquelle il renonce dès 1923.

En 1926, il crée chez Plon la collection de littérature internationale Feux croisés, puis mène de front des activités d'écrivain, de conférencier, d'auteur dramatique, de critique littéraire et musical (à la NRF). Après la guerre, il acquiert une notoriété internationale et termine sa carrière couvert d'honneurs : docteur honoris causa de plusieurs universités, Grand prix de littérature de l'Académie française en 1949, membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1952, il reçoît le Grand Prix National des Lettres en 1958 et le prix Érasme en 1969.

Il a voulu se consacrer entièrement à sa vocation de philosophe. Il passera sa vie à approfondir ses intuitions premières. Les expériences existentielles de Gabriel Marcel, comme la mort de sa mère lorsqu'il avait quatre ans ou la perte de sa compagne en 1947, sont inséparables d'une œuvre philosophique fondée sur la méditation de l'expérience humaine dans des formes aussi personnelles que son Journal métaphysique tenu au jour le jour. En 1929, sa conversion au catholicisme romain marque un tournant dans son œuvre et fait de Marcel le maître français de l'existentialisme chrétien. Par ailleurs, il préférait se désigner en tant que le représentant d'un certain "socratisme chrétien".
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dumitru Tsepeneag Un Roumain à Paris - éditions P.O.L : où Dumitru Tsepeneag tente de dire de quoi et comment est composé son nouveau livre, "Un Roumain à Paris", traduit du roumain par Virgil Tanase, son journal des années 1970 à Paris, et où l'on croise notamment Roland Barthes, Eugène Ionesco, Emil Cioran, Paul Goma, Nicolae Breban, Michel Deguy, Gabriel Marcel, Leonid Dimov, Paul Otchakovsky-Laurens, Alain Robbe-Grillet, Robert Pinget, où il est aussi question de la parution de ses premiers livres dans la collection Textes chez Flammarion, de sa déchéance de nationalité roumaine, de la revue "Les Cahiers de l'est", de Chine et de Roumanie, de jeux d'échecs et de courses de chevaux, de l'onirisme et du surréalisme, à l'occasion de sa parution aux éditions P.O.L, à Paris le 4 février 2021. Dumitru Tspeneag - Dumitru Tepeneag - Ed Pastenague "un român la Paris"

+ Lire la suite

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Gabriel Marcel
Chocolatiine   08 juillet 2019
Gabriel Marcel
On est toujours libre de ne rien comprendre à rien.
Commenter  J’apprécie          190
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
Une nuit à Lyon, il y a bien des années, à un moment très douloureux de ma vie, une pensée s'est imposée à moi brusquement:



"S'abstenir de prier, c'est refuser de se laisser aimer"



Cette pensée m'a pris par surprise, moi à qui la prière a toujours été particulièrement difficile. Tout s'est passé comme si elle venait d'ailleurs, d'en haut, comme si j'avais à en scruter le sens.



Il est clair que cette pensée serait sans signification si, comme on le croit trop souvent, la prière était avant tout une demande. Mais comment peut-on nier qu'elle peut être aussi et plus essentiellement action de grâce, c'est à dire élan vers ; et ne peut-on pas comprendre que c'est à travers cet élan, à la faveur de cet élan, que Dieu peut nous devenir présent et que, si nous restons enfermés en nous-mêmes, si nous nous abandonnons au sentiment d'une solitude irrémédiable, c'est comme si nous ne permettions pas à Dieu de se donner à nous dans l'acte même par lequel nous nous élevons vers lui.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
Le courage est la vertu sans laquelle la personne se nie elle-même.

Il consiste avant tout à regarder la vérité en face, il s'oppose à la tricherie sous toutes ses formes.
Commenter  J’apprécie          110
gaillard1   05 avril 2014
Essai de philosophie concrète de Gabriel Marcel
on ne peut rien les uns pour les autres. On est seul.
Commenter  J’apprécie          120
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
Le don est un appel auquel il s'agit de répondre ; c'est comme s'il faisait lever en nous une moisson de possibles, parmi lesquels nous aurions à choisir ceux qui s'accordent le mieux avec la sollicitation qui nous a été adressée du dedans, et qui n'est au fond qu'une médiation entre nous-même et nous-même.
Commenter  J’apprécie          90
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
Il est tout à fait certain que le propre de l'admiration est de nous arracher d'abord à nous-mêmes, à la pensée de nous-mêmes ; elle est l'active négation d'une certaine inertie intérieure ; [...] les idées d'admiration et de révélation sont, en réalité, corrélatives.
Commenter  J’apprécie          60
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
Je serais enclin à dénier la qualité proprement philosophique de toute oeuvre où ne se laisse pas discerner ce que j'appellerais la morsure du réel.
Commenter  J’apprécie          60
Gabriel Marcel
art-bsurde   10 octobre 2013
Gabriel Marcel
L'homme dépend, dans une très large mesure, de l'idée qu'il se fait de lui-même.
Commenter  J’apprécie          60
Bjornoya   15 décembre 2014
Tu ne mourras pas de Gabriel Marcel
La fidélité est le contraire d'un conformisme inerte ; elle est la reconnaissance active d'une certaine présence, ou encore de quelque chose qui peut et doit être maintenu en nous et devant nous comme une présence, mais qui, ipso facto, peut aussi bien être méconnu, oublié, oblitéré ; et nous voyons ici apparaître cette ombre de la trahison, qui, selon moi, enveloppe tout notre monde humain comme une nuée sinistre.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   05 octobre 2015
Les hommes contre l'humain de Gabriel Marcel
Mais le propre de la condition humaine consiste en ce qu'elle n'est pas assimilable à une structure toute objective et préexistante qu'il y aurait à découvrir. La condition humaine, quels que soient les fondements sur lesquels elle repose, apparaît comme dépendante, en quelque manière, dans ce qu'elle est, de la façon même dont elle se comprend. C'est ce que de nos jours un Heidegger me semble avoir reconnu avec une admirable netteté... L'homme dépend, dans une large mesure, de l'idée qu'il se fait de lui-même et cette idée ne peut être dégradée sans devenir du même coup dégradante.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sartre t'apprendra !

Quelle est la date de naissance de Jean-Paul Sartre ?

Le 21 juin 1895
Le 21 juin 1905
Le 21 juin 1915

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain homme , philosopheCréer un quiz sur cet auteur