AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Gérard Gefen, est musicologue, écrivain, producteur de disques classiques et grand voyageur.

Source : Chêne
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Après avoir signé le procès-verbal, le Commissaire Thiot se tourna vers l’Inspecteur Receveur et le Cavalier Tétart.



— Cette affaire sera moins simple que je ne l’espérais. Je dois maintenant m’en retourner à Paris. J’ai audience cet après-midi avec monsieur le Lieutenant de Police. Dans l’immédiat, je compte sur vous afin d’interroger séance tenante les voisins, en particulier ce Paysant et cette fille Hocquet. Vers huit heures, ce soir, vous voudrez bien m’en rendre compte à mon hôtel, Faubourg Saint-Germain...
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
La musique adoucit les mœurs, c'est bien connu. C'est pourquoi Lully faillit être empoisonné par un organisateur de spectacles, nommé Guichard,

qu'il avait évincé ; que Stradella fut poignardé par un jaloux ; que Gesualdo trucida donna Maria d'Avallos son épouse ainsi que son amant, et les

laissa tout nus en travers du grand escalier de son palais pendant un jour entier; que Roland de Lassus fut enlevé parce qu'il avait une trop jolie

voix de soprano (il avait dix ans) ; que Salieri (Salieri? enfin, on le dit...); que Jean-Sébastien (vous avez dit Jean-Sébastien?) Bach, dis-je, se battit à l'épée, jetait sa perruque à la tête des mauvais organistes et traitait les bassonistes de vieille chèvre. Sans parler des hautboïstes aveugles et des vielleux peints par La Tour, qui n'ont pas l'air aimable, ni d'Apollon, notre dieu à tous, qui

pela Marsyas pour lui apprendre à comparer la flûte à la lyre. Assurément, la musique adoucit les mœurs

Tiré de la préface de Philippe Beaussant

conseiller artistique

du Centre de musique baroque de Versailles,

membre de l'Académie Charles Cros
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Par le marguillier, Antoine Deynant, qui le tenait d’un sien cousin, grossoyeur chez maître Baron, notaire en ville, mademoiselle Hocquet, dont les fenêtres donnaient sur la maison La Rivoire, sut la première le nom de l’acquéreur : un homme assez âgé, un certain Leclair (ou Le Cler), un violoniste.

Cela ne plut guère à mademoiselle Hocquet. Curatrice du comité paroissial de charité, elle abominait par-dessus tout les musiciens, comédiens et autres saltimbanques, chanteurs de couplets impies ou séditieux et complices de l’envol des bonnets par-dessus les moulins du Mont Martre. Ces métiers-là (mais s’agissait-il véritablement de métiers ?) poussaient aux perversions les plus infâmes, et jusqu’au vice antiphysique. Comment, toutefois, un serineur de bal public avait-il trouvé deux mille six cents livres, prix de la maison aux dires du tabellion indiscret ? Méfiante, mademoiselle Hocquet, pour une fois, garda la confidence par-devers soi...
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Comme de juste, les Commissaires au Châtelet réclamaient la palme du martyre. Ils payaient leur charge deux fois plus cher qu’un Conseiller au Parlement pour un revenu qui n’atteignait pas le sou du franc. On les écrasait de tâches innombrables. A deux par quartier — encore y en avait-il toujours un qui se reposait sur l’autre — , ils devaient veiller à la santé, à la tranquillité, au bonheur quotidien de cinq ou six cent mille Parisiens frondeurs, fraudeurs et susceptibles. N’étaient-ils pas astreints à se tenir, de nuit comme de jour, à la disposition de leurs administrés, qui ne se gênaient pas de les déranger pour un égout bouché ou un ménage en dispute. Chaque fois qu’un bourgeois pétait de travers, qu’un ouvrier bousillait son ouvrage, qu’un domestique buvait le vin de son maître, c’était à eux qu’on s’en prenait.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Ce mardi 23 octobre 1764, le jour n’était pas encore levé lorsque Antonin Thiot, Commissaire du quartier Saint-Germain, entra dans son cabinet de travail.



Thiot n’aimait guère quitter son lit aussi tôt. Son réveil prématuré lui semblait d’autant plus rude qu’il avait reçu, la veille, quelques-uns de ses amis. Tous gens de robe, avocats, conseillers au Parlement ou, comme lui, officiers de police au Châtelet, ils avaient soupé, bu et causé fort avant dans la nuit. Mais aujourd’hui, à trois heures de relevée, le Commissaire devait se présenter au rapport du Lieutenant de Police, monsieur de Sartine, qui ne badinait pas sur le zèle de ses subordonnés.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
On se lamentait volontiers, aujourd’hui, sur l’insécurité de la capitale. On évoquait des temps heureux (que personne ne précisait jamais), où l’on pouvait traverser Paris avec un sac d’or sans encourir le moindre danger. Le Commissaire savait combien les mécontents se trompaient : depuis les sévères réformes du Lieutenant La Reynie, au siècle passé, Paris n’était plus un coupe-gorge et les campagnes, aux chemins peu fréquentés, battues par de trop rares gendarmes, se révélaient bien plus risquées que les rues de cette ville immense, bordées par vingt-cinq mille maisons où chacun vivait sous l’œil de chacun, sinon sous le contrôle de la police.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Vers la fin de l’automne 1758, rue Carême-Prenant, une nouvelle suscita de nombreuses conversations : la maison des frères La Rivoire était enfin vendue.



« Pas trop tôt ! » commenta-t-on. Depuis que les Rivoire l’avaient héritée en indivision, la bâtisse restait inhabitée. Personne n’aime vivre près d’une maison vide. Dans une rue, une maison vide est une tache aveugle, muette, presque menaçante. Improductive, dérisoire, elle semble vouée au malheur. Des rôdeurs peuvent s’y abriter. Son abandon complique les mille et un problèmes du voisinage : tuiles cassées, branches importunes, soleil qui brûle, eau qui déborde, neige qui encombre.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Jacques Paysant (le bien nommé), qui entretenait naguère le jardin clos de la maison et qui manquait en ce moment de pratiques, se réjouissait plus que quiconque. « Il faudra tout y faire, ou plutôt tout y refaire », répétait-il obstinément à sa compagne, soucieuse du pain à venir. Mais, s’inquiétait-il : « Pourvu que ce f... b... de Bourgeois ne la veuille pas pour lui, cette place ! Y dira qu’il habite à côté, lui. Comme si c’était une raison. Qui c’est-y qui s’en est toujours occupé, non ? Les arbres, je les ai tous plantés ! Il a intérêt à faire attention à lui, Bourgeois. Sinon... »

La maîtresse de Paysant calma son amant irascible
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   20 septembre 2020
L'Assassinat de Jean-Marie Leclair : une des plus grandes énigmes criminelles du 18e siècle de Gérard Gefen
Qu’importe ! Pour un officier de police, nulle affaire n’est plus facile et plus avantageuse qu’un crime de sang. Les assassins sont de pauvres gens. Il suffit d’interroger trois témoins et l’on connaît le coupable. Avant midi, le meurtrier de monsieur Leclair serait au Grand Châtelet et monsieur de Sartine ne manquerait pas d’apprécier, le jour même, la diligence du Commissaire. Un point, toutefois, embarrassait ce dernier.
Commenter  J’apprécie          10
jack56   08 janvier 2015
Paris des artistes de Gérard Gefen
Les "lions" et les" dandys" soupaient au Café Riche, aujourd'hui disparu ; leurs grooms et cochers au Petit Riche, qui a subsisté.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quand les profs se lâchent dans les bulletins. Hum ! 🎓 ✒️

« Était au bord du gouffre.... » :

a fait un grand pas en avant
aïe

12 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : bulletins de notes , Appréciation , professeur , baba yaga , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..