AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1941
Biographie :

Gérard Pommier, né en 1941, est un psychanalyste français.

Psychiatre de formation et ancien élève et patient de Jacques Lacan, il dirige la revue La Clinique lacanienne. Il a également été directeur des éditions Eres Point Hors Ligne qu'il a cédées à son ami Jean-Claude Aguerre, psychanalyste lacanien lui aussi.

Gérard Pommier est l'auteur de plusieurs ouvrages dont, parmi les plus récents, Les corps angéliques de la postmodernité, Qu'est-ce que le réel ? et Comment les neurosciences démontrent la psychanalyse ?

À la différence de toute une tradition postlacanienne qui embaume l'héritage du maître, Pommier a le souci d'un renouveau permanent de la psychanalyse et de la poursuite de l'odyssée intellectuelle ouverte par Freud et Lacan.

Il est actuellement Professeur Emérite à l'Université de Strasbourg.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Gérard POMMIER: Le don et sa symbolisation d'un point de vue psychanalytique 2


Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Le rêve enfantin souhaite d'abord une virginité maternelle. L'amour adolescent rompt avec ce rêve : ce n'est surtout pas sa mère qu'il désire. Mais il souhaite lui aussi une exclusivité virginale de son premier amour. Ce voeu de pureté paraît peut-être identique dans cette conjonction fortuite entre deux astres : celui de la mère, celui de la femme. Mais il ne procède pas de la même causalité. La mère est la première, la femme est la dernière. La mère naît de la mère. La femme naît du père qui l'en sépare.
Commenter  J’apprécie          100
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Le monothéisme - qui détruisit les idoles - éleva le parricide à la puissance deux : l'image de Dieu devint taboue, de même que son nom. Ce tabou jeta aussitôt son ombre sur l'objet de son désir - d'abord la femme. Il a même contaminé ensuite l'ensemble du vivant en islam. La chrétienté se garda de cette extrémité, mais les corps furent dissimulés, dans l'art comme dans la vie. Cette prohibition dura plus de mille ans, jusqu'à la Renaissance, qui fut d'abord celle du corps.
Commenter  J’apprécie          80
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Le mysticisme fut la réponse historique toujours folle de la surréalité du féminin, et il donna leur puissance spéciale aux femmes. Son aura brilla pour toute la féminité, du Xè au XXIè siècle, jusqu'aux mannequins des défilés de mode aussi anorexiques que sainte Thérèse, top models comme elles dédiées à la séduction d'un père abstrait Noli me tangere.
Commenter  J’apprécie          80
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
L'extase divine est le déplacement céleste de l'orgasme terrestre, maudit.
Commenter  J’apprécie          80
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Colette se taisait (car que dire ?) lorsque l'amour se reniait, quand il fallait changer, rompre, partir ou revenir. Elle écrivit dans ses ''Apprentissages'' que, dans ses histoires d'amour, elle était réticente dès qu'il fallait se justifier. Elle ne répondait pas aux questions, détournait le regard, partait brusquement. Elle eut la même attitude à l'égard des événements politiques, ou des drames de l'actualité. Sur les malheurs immenses de son temps, elle ne se prononça jamais, même à propos de catastrophes aussi grandes que la Première Guerre mondiale, qu'elle traversa sans trembler, sans changer ses façons de voir ni d'écrire. Comme l'écrivit Guignard, pour elle, ''le pire était normal''.
Commenter  J’apprécie          40
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
La répression des femmes eut d'abord un motif sexuel : l'angoisse des hommes devant le féminin. Mais ce motif fut si honteux qu'il fut dissimulé derrière des prétextes de toutes sortes. Sous le couvert d'une différence dite ''naturelle'', la honte du motif sexuel fut occultée. Ce refoulement se transforma en répression - bien faite pour éponger l'angoisse en continu. Cette répression insidieuse, constante, n'écarta jamais la violence. Hier, la lapidation des femmes adultères, le bûcher pour les homosexuels, les dizaines de milliers de ''sorcières'' brûlées par l'Inquisition ; et aujourd'hui les coups à la maison ou n'importe quand dans la rue, sans compter la prostitution marchandisée à grande échelle. Une mise en minorité et un opprobre global ont enrobé et justifié cette violence. Le motif sexuel honteux, refoulé, passa donc au second plan derrière une répression culturelle.
Commenter  J’apprécie          30
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
La femme ne naît pas de la mère, mais du désir du père, qui féminise la fille et en fait l'insurpassable idéal du désir. De sorte que ''la femme'', et le père spiritualisé, divinisé, se tiennent dans cette symétrie qui marqua si fortement la littérature du monothéisme.
Commenter  J’apprécie          40
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Dans le bric-à-brac des bizarreries de la sexualité, un fétiche désigne cet accessoire qui provoque l'excitation et même parfois à lui seul une jouissance complète. C'est la chaussure à talons hauts, un habit excentrique, la lingerie intime, une cravache, etc. Cette définition restrictive enferme le fétichisme dans un cadre étroit, alors qu'il a un rôle universel, au point de croisement du refoulement et de la répression. Il émarge au tableau des perversions, mais il appartient aussi à grande échelle à la panoplie sexuelle d'une culture. Chacun en use plus ou moins pour feinter son refoulement. Le fétiche se fond souvent dans le décor, sans que l'on sache d'où il vient et pourquoi il commande du haut de son impersonnalité. Car il domine l'intimité profonde de l'érotisme, et il fournit un bel exemple du formatage culturel de la sexualité.
Commenter  J’apprécie          10
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
La question du voile islamique, qui a agité la société française dans les dernières décennies, en donne un exemple. La féminité pose spontanément une énigme : il est inutile d'obliger une fille à se voiler, elle voilera d'elle-même cette féminité à sa manière, justement pour la montrer. Ce voile est tissé dans la même étoffe souple que le refoulement. Et pourtant l'histoire montre qu'il peut se transformer en répression de fer. Il représente alors un symbole ''crucial'', à la croisée de son refoulement spontané et de la répression du désir ''du'' père. Le voile est devenu culturel après avoir été excitant. Le signe de l'interdit du père, étincelle d'une excitation transgressive, s'est métamorphosé en celui de sa jalousie répressive.
Commenter  J’apprécie          10
Angelonyx   04 mai 2016
Féminin, révolution sans fin de Gérard Pommier
Entre l'amour du père et le désir du féminin, un choix fut longtemps obligatoire, et il le reste pour cette majorité de l'humanité sous hypnose religieuse. Comme la spiritualisation divine résulte d'un voeu parricide, un amour de Dieu aussi insondable que leur culpabilité a pris les hommes à la gorge. Et comme ils désirent sur terre des femmes bien visibles, qui restent toujours pour eux sous la coupe de ce Dieu, les désirer devint un péché. Oui, la concurrence est rude ! La violence du désir du père s'est résolue en un amour mystique, qui amortit la culpabilité parricide. Ce père qui fut si excitant qu'il en mourut, idolâtré une fois disparu, brille ensuite de la puissance hallucinatoire du rêve : il s'affirme à grands coups de visions et d'apocalypses. En revanche, si une certaine femme n'est pas une vision, sa présence se nimbe de la même aura rêvée - tel un mirage miroitant à midi, heure du diable.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..