AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.64/5 (sur 112 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 1/04/1948
Biographie :

Domicilié dans le Périgord, marié et père de trois enfants, Hugues de Queyssac enseigne la gestion et la finance d’entreprise dans une prestigieuse université parisienne. Il a aussi été consultant au sein de plusieurs groupes industriels et commerciaux. Premier auteur à être publié aux Editions du Pierregord avec les trois premiers tomes : « La Danse du Loup », « La Marque du Temple » et « Le Tribunal de l’Ombre ». Il poursuit sa passion pour l’histoire en écrivant actuellement un nouveau thriller contemporain qui prend ses racines dans l’histoire médiévale.

Source : http://www.editionspierregord.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Hugues de Queyssac   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
"J'ai trouvé une petite lavandière, la Marie, veuve elle aussi. Elle se cabre et hennit mieux qu'une jument. Lorsque j'la saille ! En levrette. Quelle femme, la Marie ! Elle m'tue plus à la tâche dans son lit, qu'la pâte dans l'pétrin !"

La robe de bure de Jules Faucheux se tendit progressivement. Quelque part juste en dessous de la ceinture. Le clerc de notaire ne portait pas de braies, ce jour là.
Commenter  J’apprécie          200
De légers craquements sur les lattes du parquet nous parvinrent aux oreilles. Ils clouèrent nos ébats sur-le-champ. Hélas. Fort heureusement pour nos virginités respectives. A la vitesse de l'éclair, Margueritte rabattit sa robe, rajusta tant bien que mal son corsage. Était-ce un simple réflexe de pudeur ou le fruit d'une longue expérience ?

Une idée saugrenue m'effleura : Arnaud ne serait-il pas passé par là avant moi ? A cette seule idée, ma personne qui s'était puissamment développée se dégonfla aussi sec pour rentrer dans sa coquille comme un escargot.
Commenter  J’apprécie          70
Évidemment, pour pisser un coup, je dus enlever mon mantel grossièrement cousu de plusieurs peaux de renard, tenter de relever ma chainse de mailles au-dessus de la taille comme une vilaine qui s'accroupit, enlever mes gants et, me contorsionnant, délacer mes attaches en cuir qui fermaient mon dos, à hauteur de la ceinture, les jambières de mon haubert tout de mailles givrées.

Elles ne comportaient curieusement pas d'ouverture par-devant, rien que pour m'embuffer. Mes lourdes jambières en mailles en profitèrent sournoisement pour glisser sur mes talons.

Le jet chaud et puissant que j'expulsai avec un soupir de soulagement fumait agréablement dans l'air ambiant. Sans me réchauffer pour autant.

Un peu plus et il aurait gelé en touchant le sol, formant un arc de cercle qui serait remonté jusqu'à l'orifice de mon extrémité la plus intime, me piquant la gargouillette mieux qu'un carreau d’arbalète. Il gelait à pierre fendre.


Embuffer : contrarier
Chainse : chemise
Haubert : longue chemise en mailles de fer.
Mantel : manteau
Commenter  J’apprécie          60
Mon Dieu ! Où m'avait mené ma quête du Graal ? De quelle boîte de Pandore avait-je soulevé le couvercle, dans ce songe, par une nuit enneigée du mois de janvier de l'an de grâce 1345, pour que mon chemin soit jalonné de tant de crimes ?
Commenter  J’apprécie          70
Le parchemin vola, plana, virevolta, monta, descendît, revînt vers moi, s'éloigna et se coucha tout doucement sur la crête écumeuse d'une vague. Avant de disparaître de ma vue. Il ressurgit un bref instant avant d'être englouti par les flots. Je ne quittai pas des yeux ce point qui s'éloignait dans le sillage de la nef, dans le fol espoir de le voir ressurgir.
Ainsi s'envolait une tranche de vie. Une tranche qui resterait gravée dans les profondeurs de ma mémoire. A tout jamais.
Commenter  J’apprécie          60
On peut empecher les cloches de sonner,les coqs de chanter,mais on n'empechera jamais un ane de braire
Commenter  J’apprécie          70
« Placez Raoul d’Astignac dans le berceau du trébuchet et tentez d’atteindre ce pavillon, là-bas, dont l’oriflamme flotte plus haut que les autres. Le voyez-vous ? demandai-je aux servants.
- Raoul d’Astignac ? Feu notre capitaine d’armes, messire Brachet ? Il est en deux morceaux par la grâce de votre épée ! Quelle partie devons-nous balancer : le corps ou le chef ? Le réglage ne sera pas le même…
- Le chef suffira. Sa tête est d’une grande éloquence : le nez et les oreilles tranchées, le bouc, le collier, le crâne chauve. Et l’expression de son visage, le rictus amer de sa bouche sont suffisamment explicites pour faire comprendre le sort que nous réservons à ses fideis commes, à tous les traîtres ! »
Commenter  J’apprécie          50
- Auriez-vous convoitise du bien d’autrui, messire chevalier ?
- Moi ? Ah, ah, ah ! Que nenni, mes cent livres de rente me comblent et je ne convoite point non plus le cul des damoiselles. Je préfère la compagnie de mes écuyers et de mon page…
- Auriez-vous plus d’inclination pour les sodomites que pour les bougresses, messire ?
- Les femelles sont souventes fois des suppôts de Satan ! […] J’en parle en connaissance de cause, croyez-moi. Les sens de mon épouse se sont enflammés pour un cuistre de passage, sueux et puant comme un putois ! […] Mes braves damoiseaux m’offrent plus de plaisir que cette maudite femelle ne m’en a jamais donné. […] Elle me reprochait d’avoir un membre de plus en plus mou et pendouillé. Plus elle m’en contait, moins je pouvais durcir. […] A dater de ce jour, j’affectionne les caresses subtiles des hommes de mon entourage.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne lis et n'écris que difficilement les mots et les phrases, mais sais compter d'adroite façon par la grâce des nombreuses burettes que le curé de nos trois paroisses me priait de rincer entre deux leçons d'écriture, de lecture ou de calcul. Savez-vous qu'il apprécie ce petit blanc du bergeracois d'étonnante façon, au point de célébrer la consécration du pain et du vin plusieurs fois par jour ?
- Je m'en doutais ! Je m'en doutais pour avoir surpris notre brave curé, le visage rougeaud, l'haleine vineuse et l'élocution difficile, à des heures où il n'est point coutume de célébrer l'office.
Commenter  J’apprécie          40
Heresie et sorcellerie sont des crimes de lese-majeste divines,elles incitent a la division du corps mystique de l'Eglise,sont considerees comme actes de revolte contre l'ordre divin.Des actes contre nature
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Hugues de Queyssac (90)Voir plus

Quiz Voir plus

Auriez vous su parler "le françois du XIVème siècle"? (1ère partie)

S'accoiser ...veut dire

S'accoupler
Se taire
S'asseoir
Se couper

21 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Le Chevalier noir et la Dame blanche, Tome 1: La Danse du Loup de Hugues de QueyssacCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..