AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 2444 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Hanau , le 04/01/1785
Mort(e) à : Berlin , le 20/09/1863
Biographie :

Jacob Ludwig Karl Grimm est un conteur, linguiste et philologue allemand.

Très tôt orphelin, il passe une enfance difficile : il doit assumer la responsabilité de ses cinq frères et sœurs et subvenir à leurs besoins.

Après avoir fait ses études à Marbourg et à Paris, il occupe, dans son pays, différents emplois dans l'administration. En 1814, puis en 1815, il revient à Paris, pour récupérer des livres et des manuscrits qui avaient été subtilisés par les troupes de Napoléon. Il participe au Congrès de Vienne en 1816.

A cette même époque, il est nommé bibliothécaire en second à Kassel où il demeure jusqu'en 1829, date à laquelle il part à Göttingen où un nouveau poste lui est proposé. Sa destitution, pour des raisons politiques, en 1837, est retentissante. Il vit alors, durant quatre ans, à Kassel avec son frère, Wilhelm Grimm, jusqu'à leur nomination à l'Académie des Sciences de Berlin. En 1848, il est élu au premier Parlement allemand.

Durant toutes ces années, Jacob Grimm a beaucoup écrit, réunissant et publiant les contes et légendes germaniques: Poésie des maîtres chanteurs (1811) ; Contes d'enfant et du foyer (1812), dont les plus connus sont Blanche-Neige et les sept nains et Hansel et Gretel ; Légendes allemandes (1818) et Légende héroïque allemande (1829).

On lui doit également une Histoire de la langue allemande (1848) et un Dictionnaire allemand (1852-1858) partiellement publié de son vivant. Jacob Grimm est considéré comme le fondateur de l'histoire d'Allemagne et comme le plus grand représentant de la méthode historique appliquée aux travaux littéraires.
+ Voir plus
Source : Ricochet
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'Allemagne des frères Grimm - Arte


Citations et extraits (150) Voir plus Ajouter une citation
Jacob Grimm
Verdorie   04 juin 2014
Jacob Grimm
Trois femmes avaient été métamorphosées en fleurs et brillaient ainsi dans la campagne. Cependant le charme permettait que l'une d'elles retournât chaque nuit dans sa demeure. Il y avait quelque temps qu'elle subissait cette métamorphose, lorsqu'elle dit à son mari: "L'aurore va paraître, et je devrai te quitter de nouveau pour rejoindre mes compagnes et redevenir, comme elles, fleur des champs; mais si tu arrives aujourd'hui avant midi, et que tu me cueilles, l'enchantement cessera, et je ne te quitterai plus désormais." Vous me demanderez maintenant comment son mari aura pu la reconnaître, puisque toutes les fleurs étaient pareilles?

Commenter  J’apprécie          5112
Nastasia-B   05 septembre 2015
Contes - Intégrale, tome 1 de Jacob Grimm
Le hasard fit un jour que le chat, dans un bois, rencontra le seigneur renard. « Il est habile et plein d'expérience, pensa le chat en le voyant, c'est un grand personnage dans le monde, respecté à cause de sa haute sagesse. » Aussi l'aborda-t-il avec beaucoup d'amabilité.

— Bonjour, cher monsieur le renard, comment allez-vous ? La santé est bonne, j'espère. Et par ces temps de vie chère, comment vous débrouillez-vous ?

Le renard, tout gonflé d'une morgue hautaine, considéra le chat des pieds à la tête et de la tête aux pieds, se demandant pendant un bon moment s'il allait ou non donner une réponse à cet insolent animal.

— Dis donc, toi, misérable Lèche-Moustache, espèce de drôle, espèce d'Arlequin grotesquement taché, espèce de crève-la-faim de chasseur de souris, qu'est-ce qu'il te prend ? Et d'où te permets-tu de venir me demander aussi familièrement de mes nouvelles ? Qui te crois-tu donc, malheureux ? Que sais-tu ? Combien d'arts connais-tu ? Quelles sont tes ressources ?

— Je n'en ai qu'une seule, répondit modestement le chat.

— Ah oui ? Et quoi ? fit le renard.

— Quand les chiens se mettent à mes trousses, dit le chat, je peux grimper à un arbre et me sauver.

— Et c'est tout ? laissa tomber le renard avec dédain. Sache que moi, je suis le maître de ruses par centaines et que j'ai, par-dessus, tout un sac à malices ! Tu me fais pitié, tiens ! Viens avec moi, et je te montrerai comment on se défait des chiens.

Au beau milieu de ce discours arriva un chasseur qui avait quatre chiens avec lui. Le chat bondit vivement sur un arbre et se réfugia tout au sommet, dans les dernières branches, où il se tint caché dans le feuillage.

— Ouvre ton sac, seigneur renard ! Ouvre ton sac, c'est le moment ! cria le chat du haut de son arbre.

Mais les chiens l'avaient pris déjà et le tenaient ferme.

— Holà, seigneur renard ! cria encore le chat, vous vous êtes empêtré dans vos centaines de ruses ; mais si vous n'aviez su que grimper comme moi, votre vie vous serait restée !



LE RENARD ET LE CHAT.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
Nastasia-B   11 décembre 2015
L'Oiseau d'Or de Jacob Grimm
Le cœur lourd, le jeune homme se remit en route, mais heureusement pour lui, le fidèle renard n'était pas loin et il le trouva bientôt.

— Je devrais t'abandonner à ton malheur ! lui dit le renard. Mais j'ai pitié de toi et je veux t'aider encore une fois dans ta détresse. Ton chemin te conduit tout droit au château d'or : tu en approcheras le soir parce que la nuit, quand tout est silencieux et tranquille, la belle princesse se rend au pavillon de bain pour s'y baigner. Dès son entrée, bondis vers elle et prends-lui un baiser : elle te suivra et tu n'auras plus qu'à t'en aller avec elle. Mais surtout ne permets pas qu'elle aille auparavant dire adieu à ses parents, sinon cela tournerait mal pour toi !
Commenter  J’apprécie          380
Nastasia-B   14 mai 2016
Neige-Blanche et Rose Rouge de Jacob Grimm
Neige-Blanche se sentit toute triste de cet adieu. Dès qu'elle lui eut ouvert, l'ours se hâta de sortir, mais comme la porte n'était pas grande ouverte, il se prit la fourrure dans le loquet et s'écorcha un peu en passant ; alors il sembla à Neige-Blanche que quelque chose comme de l'or avait brillé dans l'écorchure, mais c'était juste une impression et elle n'était pas sûre.
Commenter  J’apprécie          360
Verdorie   08 mai 2014
Grigrigredin Menufretin de Jacob Grimm
Après avoir couru tout le pays, battus fourrés et clairières, la servante aperçut enfin le drôle de petit bonhomme, au sommet d'une haute colline.

À cheval sur une cuiller de bois, il tournait autour d'un grand feu en criant :

"Je distille ma bière, je cuis mon pain.

Bientôt le fils de la reine sera mien !

Car personne ne sait, croyez-le bien,

Que je m'appelle Grigrigredinmenufretin."
Commenter  J’apprécie          358
Nastasia-B   02 février 2016
Apprendre à frissonner de Jacob Grimm
À la pointe du jour, le garçon prit ses cinquante écus et s'en alla sur la grand-route en se répétant sans cesse : « Si seulement je savais trembler ! Si seulement je savais trembler ! » Un homme, qui l'avait rejoint dans sa marche, entendit le langage qu'il se tenait à lui-même, et quand ils eurent cheminé un moment ensemble et arrivèrent en vue du gibet, il le lui montra en disant : « Tu vois là-bas cet arbre où sept gaillards se sont mariés avec la fille du cordier et sont en train d'apprendre à voler ? Tu n'as qu'à t'asseoir au-dessous et attendre la nuit : tu ne seras pas long à savoir ce que c'est que trembler. »
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-B   27 novembre 2015
Le malin petit Tailleur de Jacob Grimm
— Avoir une si grande gueule et n'être même pas capable de casser une amande ! se moqua le petit tailleur. Tu peux voir quel pauvre type tu es !
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-B   15 janvier 2016
Jean le Veinard de Jacob Grimm
— Dis donc, Jean, pourquoi est-ce que tu vas à pied ?

— Il le faut bien, répondit Jean, et encore ai-je un sacré fardeau à rapporter à la maison ! C'est vrai que c'est de l'or, mais il m'empêche tout de même de tenir la tête droite et il me pèse bougrement sur l'épaule !

— Et si nous faisions un échange, qu'en dirais-tu ? proposa le cavalier. Je te laisse mon cheval et tu te débarrasses de ton fardeau en me le donnant.

— Bien volontiers et de tout cœur, dit Jean. Mais je vous préviens, vous allez vous traîner péniblement avec cela : c'est pesant au possible !
Commenter  J’apprécie          320
missmolko1   16 novembre 2012
Contes choisis de Jacob Grimm
Un jour, c'était au beau milieu de l'hiver et les flocons de neige tombaient du ciel comme du duvet, une reine était assise auprès d'une fenetre encadrée d'ébène noir, et cousait. Et tandis qu'elle cousait ainsi et regardait neiger, elle se piqua le doigt avec son aiguille et trois gouttes de sang tombèrent dans la neige. Et le rouge était si joli a voir sur la neige blanche qu'elle se dit : "Oh, puissè-je avoir une enfant aussi blanche que la neige, aussi rouge que le sang et aussi noire que le bois de ce cadre!" Peu après, elle eut une petite fille qui était aussi blanche que la neige, aussi rouge que le sang et aussi noire de cheveux que l'ébène,et que pour cette raison on appela Blancheneige.
Commenter  J’apprécie          300
Nastasia-B   09 février 2016
Frérot et Sœurette de Jacob Grimm
Lorsqu'ils arrivèrent à la troisième source, Sœurette l'entendit qui chuchotait dans son murmure : « Qui boit mon eau est changé en chevreau ; qui boit mon eau est changé en chevreau… »

— Oh ! petit frère, je t'en supplie, n'y bois pas ! N'y bois pas, car tu serais changé en chevreau sauvage et tu t'échapperais loin de moi !

Or, Frérot s'était déjà jeté à genoux et penché sur la source, où il buvait avidement.
Commenter  J’apprécie          303

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Il était une fois...

Dans le conte ''Blanche-Neige'' des frères Grimm, le chasseur remplace les organes de Blanche-Neige par ceux d'un animal. De quel animal s'agit-il ?

Une biche
Un marcassin
Un faon
Un lapin

5 questions
187 lecteurs ont répondu
Thème : Blanche-Neige et autres contes de Jacob GrimmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..