AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.25/5 (sur 2 notes)

Nationalité : République tchèque
Né(e) à : Skutec (Bohême) , le 30/06/1930
Mort(e) le : 9/07/2004
Biographie :

Karel Bartošek est un historien français d'origine tchèque.

Karel Bartošek est né dans un milieu ouvrier. Il entame des études d'histoire et devient professeur d'université. Alors qu'il s'est engagé très jeune au Parti communiste tchécoslovaque, il remet en question l'histoire officielle de la libération de Prague dans des livres traduits en anglais et allemand. Il participe au Printemps de Prague en 1968 à la suite duquel il est renvoyé et exclu du Parti.
Un article dans Les Temps modernes le fait connaître en France. Il vit alors à Prague de petits emplois variés (coursier, gardien de nuit, surveillant d'école…). Il est condamné à six mois en prison en 1972. Défenseur des droits de l'homme, il est répertorié comme dissident par Amnesty International et accusé par le régime communiste tchécoslovaque d'être « anticommuniste » et « agent de l'impérialisme capitaliste ». En 1982 il s'enfuit pour la France où il fait venir sa famille. Karel Bartošek entre au CNRS. L'année suivante, il est déchu de sa nationalité tchèque.
Son ouvrage Les Aveux des archives, publié en 1996, s'appuie sur des archives inédites et déclenche une polémique, car même s'ils n'appartiennent plus à des partis communistes, les défenseurs du communisme de type soviétique sont alors encore nombreux. Or Karel Bartošek fait de nombreuses révélations. En 1997, Karel Bartošek participe à la rédaction du Livre noir du communisme mais conteste vivement le résultat final, entre autres le rapprochement effectué par Stéphane Courtois entre nazisme et communisme.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Karel Bartosek   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Extrait d'un article de Jean Amalric paru en 1996 dans libération : D'origine tchèque mais de nationalité française car ayant du quitter son pays en 1982 pour échapper à la condition " d'historien-ouvrier " à laquelle l'avait réduit le régime communiste , Bartosek a eu accès après la " révolution de velours " aux archives du comité central du PC tchécoslovaque , du ministère de l'intérieur , et de celui des affaires étrangères . Il y a fait une accablante moisson .
Ce sont , bien sûr , ses révélation sur la personnalité et les activités d'Artur London et de sa femme , Lise Ricol , qui vont faire grand bruit . Le héros de " L'aveu " ,qui était devenu à partir de 1968 le symbole du héros communiste à visage humain injustement persécuté , n'en sort pas grandi . Les archives ne laissent pas place au doute : le courageux combattant des brigades internationales était en fait un komintérnien de choc , formé dans les écoles de Moscou de 1934 à 1937 . Et , plutôt que de combattre aux côtés des républicains espagnols , il a surtout , pendant son séjour en Espagne , travaillé pour les services spéciaux soviétiques et donc participé aux épurations de sinistre mémoire qui visaient , selon un texte écrit par London dès sa libération , " les éléments peu fiables " du mouvement révolutionnaire
Évacué d'Espagne en 1939 par le député Raymond Guyot , qui lui fait franchir la frontière , caché dans sa voiture , London s'installe en France où il va contrôler , pour le compte du parti communiste tchécoslovaque et en coordination avec le PCF , les activités des tchécoslovaques réfugiés ou bloqués dans l'hexagone et qui vont participer un peu plus tard à la résistance anti-allemande . Ainsi , il signale dès cette époque au Komintern le comportement " incorrect " de Vladimir Clementis , qui s'était permis de critiquer le pacte germano-soviétique . Clementis sera pendu à l'issue du procès Slansky , en 1952 . Après sa libération des camps London revient s'installer en France . Il est censé travailler pour le PCF , à la direction de la MOI . En même temps , il collabore avec les services de sûreté tchécoslovaques , leur rapportant " les choses irrégulières et les agissements de personnes douteuses et suspectes qui auraient pu nuire au parti .
Plusieurs documents consultés par Bartosek prouvent qu'il s'agit là d'une activité à laquelle participent aussi les responsables du PCF , notamment André Marty , ancien responsable des Brigades Internationales ( dont Louise Ricol fut la fidèle collaboratrice , en Espagne ) . Otto katz , alias André Simone , en fera notamment les frais et sera dénoncé comme agent britannique . C'est un autre des pendus du procès de Prague .
Rappelé par Slansky en 1948 à Prague , il épure les rangs du ministère et contribue avec sa femme à monter un réseau d’espionnage en France . les preuves rapportées à ces sujets par Bartosek sont on ne peut plus précises .
Le plus troublant n'est pas qu'Artur London , arrêté en 1951 , condamné à la prison à perpétuité en 1952 , libéré dès 1955 , se fût dès lors comporté en parfait communiste et se fût tu en 1968 . C'est plutôt que lui-même et sa femme ( qui a eu communication à l'avance des travaux de Bartosek ) aient consciencieusement occulté dans " L'aveu " , ouvrage d'une parfaite orthodoxie , toutes leurs activités de " révolutionnaires professionnels " , dénaturant les faits et manipulant leurs lecteurs . D'où la question iconoclaste que suggère Bartosek mais à laquelle il ne répond pas directement : ne s'agissait-il pas d'une " commande " ?
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Karel Bartosek (299)Voir plus

Quiz Voir plus

quelques sur des auteurs africains

quels sont les acteurs principaux?

ebinto, muriel,monique
fam,melanie
jean delamarre,homer,ebinto
marina,ebinto,monique

5 questions
8 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}