AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.41 /5 (sur 22 notes)

Né(e) à : Paris , 1755
Mort(e) à : Paris , 1842
Biographie :

Louise-Élisabeth Vigée, épouse Lebrun, dite Madame Vigée-Lebrun, née le 16 avril 1755 à Paris et morte dans la même ville le 30 mars 1842, est une peintre française, considérée comme une grande portraitiste de son temps à l'égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.
Son père, Louis Vigée, était pastelliste et membre de l’Académie de Saint-Luc; sa mère, Jeanne Maissin, était d’origine paysanne. Son frère, Étienne Vigée, fut un auteur dramatique à succès.

Le premier professeur d’Élisabeth fut son père, mais très vite, alors qu’elle a juste 12 ans, il meurt accidentellement. Après ce décès, dont elle mettra longtemps à se remettre, c’est un autre peintre, Gabriel-François Doyen, meilleur ami de la famille et célèbre en son temps comme peintre d'histoire, qui l’encourage à persévérer dans le pastel et dans l’huile, conseil qu’elle suivra.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 L'homme aux trois lettres: Dernier royaume, XI de Pascal Quignard aux éditions Grasset 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1051750... • 📚 La véritable histoire des douze Césars de Virginie Girod aux éditions Pocket 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1053746... • 📚 Quand cessent les combats: Nouvelles de Pierre Bisbal dit Gourdan aux éditions L'Harmattan 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1049757... • 📚 Souvenirs de Élisabeth Vigée Le Brun, Sandrine Fillipetti aux éditions Mercure de France 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1053717... • 📚 Les simples de Yannick Grannec aux éditions Pocket 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1052839... • 📚 Ce qu'il faut de nuit de Laurent Petitmangin aux éditions Manufacture de livre 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1050358... • 📚 Du plomb dans la tête de Olivier Bocquet aux éditions Michel Lafon 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1041120... • 📚 Le raton laveur qui ne voulait pas se laver de Soledad Bravi aux éditions L'Ecole des loisirs 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1048456... • 📚 Gabi, Tu Me Fais Trop Rigoler ! T5 de Soledad Bravi aux éditions L'Ecole des Loisirs 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1044455... • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel

+ Lire la suite

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
jvermeer   02 avril 2021
Elisabeth Vigée Le Brun : Mémoires d'une portraitiste de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
******



Description par Elisabeth Vigée-Le Brun de son portrait de Madame Dubarry, ancienne favorite de Louis XV, qui terminera sa vie sur l’échafaud



"C’est en 1786 que j’allai, pour la première fois à Louveciennes, où j’avais promis de peindre madame Dubarry, et j’étais extrêmement curieuse de voir cette favorite, dont j’avais si souvent entendu parler. Madame Dubarry pouvait avoir alors quarante-cinq ans environ. Elle était grande sans l’être trop ; elle avait de l’embonpoint ; la gorge un peu forte, mais fort belle ; son visage était encore charmant, ses traits réguliers et gracieux ; ses cheveux était cendrés et bouclés comme ceux d’un enfant ; son teint seulement commençait à se gâter."



***
Commenter  J’apprécie          172
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
jvermeer   04 juin 2019
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
********



Si l’on doit peindre une gorge, éclairez-là de façon qu’elle reçoive bien la lumière ; les plus belles gorges sont celles dont la lumière n’est point interceptée, jusqu’au bouton qui se colore peu à peu à l’extrémité ; les demi-teintes qui font tourner le sein doivent être du ton le plus fin et le plus frais ; l’ombre qui dérive de la saillie de la gorge doit être chaude et transparente.
Commenter  J’apprécie          111
jvermeer   11 novembre 2019
Souvenirs. 1755-1842. Énoncé des différents bruits. Conseils sur la peinture du portrait. de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
*******



Si l’on doit peindre une gorge, éclairez-là de façon qu’elle reçoive bien la lumière ; les plus belles gorges sont celles dont la lumière n’est point interceptée, jusqu’au bouton qui se colore peu à peu à l’extrémité ; les demi-teintes qui font tourner le sein doivent être du ton le plus fin et le plus frais ; l’ombre qui dérive de la saillie de la gorge doit être chaude et transparente.
Commenter  J’apprécie          85
Mimimelie   26 février 2014
Souvenirs De Madame Louise-elisabeth Vigee-lebrun, Tome I de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
Mon père avait infiniment d'esprit. .... faisant un jour le portrait d'une assez jolie femme, il s'aperçut que, lorsqu'il travaillait à la bouche, cette femme grimaçait sans cesse pour la rendre plus petite. Impatienté de ce manège, mon père lui dit avec un grand sang-froid :

- ne vous tourmentez pas ainsi, madame, pour peu vous vous le désiriez, je ne vous en ferai pas du tout.
Commenter  J’apprécie          80
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
jvermeer   14 juin 2019
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun


C’est en 1786 que j’allai, pour la première fois à Louveciennes, où j’avais promis de peindre madame Dubarry, et j’étais extrêmement curieuse de voir cette favorite, dont j’avais si souvent entendu parler. Madame Dubarry pouvait avoir alors quarante-cinq ans environ. Elle était grande sans l’être trop ; elle avait de l’embonpoint ; la gorge un peu forte, mais fort belle ; son visage était encore charmant, ses traits réguliers et gracieux ; ses cheveux était cendrés et bouclés comme ceux d’un enfant ; son teint seulement commençait à se gâter.



* Madame Dubarry, ancienne favorite de Louis XV, terminera sa vie sur l’échafaud

Commenter  J’apprécie          70
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
jvermeer   14 juin 2019
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
*******



Souvenir d'Elisabeth Vigée Le Brun sur son autoportrait au chapeau de paille, 1782, National Gallery, Londres. Je considère cette toile comme la plus lumineuse et la plus belle de l’artiste, avec celle de la duchesse de Polignac.



*******



Nous revînmes en Flandre revoir les chefs-d’œuvre de Rubens. Je trouvai chez un particulier le fameux « Chapeau de paille ». Cet admirable tableau représente une femme de Rubens ; son grand effet réside dans les deux différentes lumières que donnent le simple jour et la lueur du soleil. Ainsi les clairs sont au soleil ; et ce qu’il me faut appeler les ombres, faute d’un autre mot, est le jour. Ce tableau me ravit et m’inspira au point que je fis mon portrait à Bruxelles en cherchant le même effet. Je me peignis portant sur la tête un chapeau de paille, une plume, une guirlande de fleurs des champs, et tenant ma palette à la main. Quand le portrait fut exposé au salon, j’ose vous dire qu’il ajouta beaucoup à ma réputation.



*******



Le tableau de la duchesse de Polignac a été peint la même année que « l’autoportrait au chapeau de paille »





Il n’est point de calomnie, point d’horreurs, que l’envie et la haine n’aient inventées contre la duchesse de Polignac ; tant de libelles ont été écrits pour la perdre, que, joints aux vociférations des révolutionnaires, ils ont dû laisser, dans l’esprit de quelques gens crédules, l’idée que l’amie de Marie-Antoinette était un monstre. Ce monstre je l’ai connu : c’était la plus belle, la plus douce, la plus aimable femme qu’on pût voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
jvermeer   04 juin 2019
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
*******



Robert, peintre en paysage, excella surtout à représenter des ruines.

De tous les artistes que j’ai connus, Robert était le plus répandu dans le monde, que du reste il aimait beaucoup. Amateur de tous les plaisirs, sans excepter celui de la table, il était généralement recherché, et je ne crois pas qu’il dinât chez lui trois fois dans l’année. Spectacles, bals, repas, concerts, parties de campagne, rien n’était refusé par lui ; car tout le temps qu’il n’employait point au travail, il le passait à s’amuser.

Le bonheur dont fut accompagnée toute la vie de Robert semble avoir présidé aussi à sa mort. Le bon, le joyeux artiste n’a point prévu sa fin, n’a point enduré les angoisses de l’agonie. Madame Robert […] le trouva mort, frappé d’un coup d’apoplexie foudroyante.
Commenter  J’apprécie          60
Jacopo   07 mars 2020
Souvenirs de Mme Louise-Élisabeth Vigée Le Brun; Notes et Portraits 1755-1789 de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
Les véritables débuts de l'artiste devant le public datent d'une exposition de l'Académie de Saint-Luc, au mois d'août 1774. Les portraits d'Elisabeth Vigée y furent remarqués, en même temps que ceux de Mlle Adélaïde Labille, bientôt Mlle Guiard, dont la carrière, parallèle à celle de notre peintre, allait lui procurer l'ennui de trouver sans cesse à ses côtés une rivalité féminine et des succès à peu près égaux dans le même genre de travail.
Commenter  J’apprécie          60
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
Beasaaa   18 septembre 2013
Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
Je suis riche des biens dont je sais me passer
Commenter  J’apprécie          60
Jacopo   07 octobre 2020
Souvenirs d'une artiste (choix) de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun
C'est en l'année 1779 que j'ai fait pour la première fois le portrait de la Reine, alors dans tout l'éclat de sa jeunesse et de sa beauté. Marie-Antoinette était grande, admirablement bien faite, assez grosse sans l'être trop. Ses bras étaient superbes, ses mains petites, parfaites de forme, et ses pieds charmants. Elle était la femme de France qui marchait le mieux; portant la tête fort élevée, avec une majesté qui faisait reconnaître la souveraine au milieu de toute sa cour, sans pourtant que cette majesté nuisît en rien ~ tout ce que son aspect avait de doux et de bienveillant.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Louise-Élisabeth Vigée Le Brun (26)Voir plus


Quiz Voir plus

L'Étranger - Une Révision complète du roman! (Niveau: Très difficile)

Qui a écrit 'L'Étranger'?

J. P. Sartre
Albert Camus
Jean Camus
Georges Camus

35 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur cet auteur