AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.81 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1952
Biographie :

Michel Collot a commencé à écrire à un moment où la scène poétique et poéticienne étaient dominées en France par le modèle de la « clôture du texte » et par la mode du « textualisme ».

Il s'est tourné vers la phénoménologie pour élaborer une alternative théorique dans L’Horizon fabuleux (Corti 1988), La poésie moderne et la structure d’horizon (PUF 1989), La Matière-émotion (PUF, 1997), Paysage et poésie (Corti, 2005).

Dans ses essais comme dans ses poèmes (Issu de l'oubli, Le Cormier, 1997; Chaosmos, Belin, 1997, Immuable mobile, La Lettre volée, 2002), le travail sur la langue apparaît inséparable du mouvement d’une émotion qui porte le poète à la rencontre du monde et d’une intime altérité.

Professeur de Littérature française à l’Université de Paris III, M. Collot anime depuis vingt ans des séminaires et des colloques sur la poésie moderne et dirige le centre de recherches « Écritures de la modernité », associé au CNRS. Il a fondé et préside l’association Horizon Paysage. Il est membre du comité de rédaction de la revue L’Étrangère.

+ Voir plus
Source : poezibao.typepad.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Sauveterre   12 novembre 2018
Sujet, monde et langage dans la poésie moderne de Michel Collot
TABLE DES MATIÈRES



Introduction : Modernité et altérité.



Première partie :

JE EST UN AUTRE

Autobiographie et fiction dans l’oeuvre de Rimbaud.

D’un lyrisme objectif.

Le pluriel d’ALCOOLS.

« Cette émotion appelée poésie » (Pierre Reverdy).

Le bestiaire intérieur de Jules Supervielle.



Deuxième partie :

AU CŒUR DU MONDE

A l’entour : le coeur-espace.

Aspects du lyrisme dans Les Fleurs du Mal.

SUJET, MONDE ET LANGAGE DANS LA POÉSIE MODERNE

Claudel et le paysage chinois.

Supervielle l’européen.

le parti pris des lieux.



Troisième partie :

FORMES ET SENS

Rimbaud et la question du sens.

La conquête de l’espace.

ODE SECRÈTE.

Le vers dans PAROLES.

Un « fatras » inclassable.

Proêmes de Francis Ponge.

Commenter  J’apprécie          40
Michel Collot
oliva5667   03 janvier 2015
Michel Collot
La poésie serait-elle mieux en mesure, conformément à l’adage qui l’égale à la peinture, de réconcilier le langage avec l’image ? Malgré l’importance, évidente, de cette dernière dans la poésie nervalienne, il semble que le rôle essentiel y soit dévolu, non pas aux figures du voir, mais à celles de la voix, autre support de l’Imaginaire, plus archaïque encore. C’est souvent le chant qui engendre la vision : …(p.116-117)
Commenter  J’apprécie          30
Michel Collot
oliva5667   31 décembre 2014
Michel Collot
Même quand il se rapproche du monothéisme et du christianisme, Nerval ne respecte guère la transcendance de Dieu; loin de se soumettre à sa Loi, il tend à s'assimiler à Lui. Ainsi, le narrateur d'Aurélie, partant de la révélation orthodoxe que Dieu est "en tous" (792), en arrive à s'identifier au Christ (il guérit Saturnin), et à Jéhovah (il arrête le Déluge). Cette dévotion (à l')imaginaire peut dès lors aboutir à une véritable déification de soi, comme le montre l'exemple du calife Hakem: "Je n'adore personne, puisque je suis Dieu moi-même! le seul, le vrai, l'unique Dieu, dont les autres ne sont que les ombres (NP1, II, 532)." A force de s'identifier à ses objets, mystiques ou érotiques, le sujet risque de perdre son identité. Il est vrai que celle-ci semble elle-même essentiellement construite sur un mode propre à aliéner le sujet à ses Doubles. (p.43)
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   18 mars 2019
Le Parti pris des lieux de Michel Collot
Pour Jean-Pierre Richard *





Extrait 1



Le ciel n’est plus qu’un volume d’air translucide, un seul azur.

Diapason diaphane qui vibre, déployant la gamme infinie des

couleurs : l’œil écoute.





* Jean-Pierre Richard est décédé à Paris le 15 mars 2019, à l’âge de 96 ans.
Commenter  J’apprécie          20
Michel Collot
oliva5667   31 décembre 2014
Michel Collot
Dans la logique réversible de l'Imaginaire, le combat contre son double ne peut que se retourner contre le sujet. Le suicide guette celui qui, incapable d'égaler un Moi Idéal tout puissant, se sent "à jamais destiné au désespoir et au néant" (784) (p.53)
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   18 mars 2019
Le Parti pris des lieux de Michel Collot
Pour Jean-Pierre Richard *





Extrait 3



Effleurant le duvet de la peau, la main amoureuse ranime

l’arborescence intime des sensations. Sous l’écorce trans-

paraît le palimpseste inscrit dans la chair et le grain de la

voix. Texture de la terre. Un regard aiguisé démêle lente-

ment les lignes de la page, démultiplie leur sens et les

recueille dans l’unité d’un paysage.





* Jean-Pierre Richard est décédé à Paris le 15 mars 2019, à l’âge de 96 ans.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   18 mars 2019
Le Parti pris des lieux de Michel Collot
Pour Jean-Pierre Richard *





Extrait 2



Relief changeant de la lumière : la paroi rocheuse en révèle les

plis et les replis, ourlés d’ombres profondes, qui en recèlent les

ramifications secrètes. Les arbres passent sa chevelure au peigne

fin de leurs ramures. Dans les feuillages, la brise fait trembler ses

facettes mobiles. Aux ressauts de la pente, le torrent la disperse

en mille éclats de verre. Chaque brin d’herbe en détaille les nuan-

ces chatoyantes.





* Jean-Pierre Richard est décédé à Paris le 15 mars 2019, à l’âge de 96 ans.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur cet auteur