AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.5 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Pascale Debert est une graphiste, illustratrice et historienne passionnée par le 18e siècle et par la Lorraine insolite. Elle habite à Nancy, près de la magnifique Place Stanislas (dont nous pouvons voir un des superbes lampadaires en fond de sa photo).

Pascale Debert tient un blog, consacré principalement au 18è siècle, foisonnant de magnifiques photos prises par elle, et d'illustrations variées datant parfois du 18e siècle, illustrations et documents qu'elle a retrouvés dans les Archives historiques de Nancy et de Lorraine. Elle se passionne aussi pour les femmes peintres, célèbres ou moins célèbres.

Son blog :
www.histoiresgalantes.fr

Source : www.histoiresgalantes.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Pascale Debert   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AmIvankovDiaz   05 septembre 2020
Petits riens de Mme de Graffigny de Pascale Debert
Les transport ou il m’entraîne si aisément a present me desolent : ils ne me vont plus, ce coquin la n’est pas contant qu’il ne m’ait donné autant de folie qu’il en a. […] Ce miserable est bien glorieux de me faire oublier moi-meme et de me faire eprouver des folies que

je ne connoissois pas.

(...)

O qu’il est bon, qu’il est aimable, ce cher ami, et qu’il rend heureuse ton Abelle !



(Orthographe d'époque)



(Mme de Graffigny découvre les voluptés de l'amour. A cinquante ans il était temps...) ;)
Commenter  J’apprécie          80
AmIvankovDiaz   17 septembre 2020
Petits riens de Mme de Graffigny de Pascale Debert
Madame de Graffigny ne s’attendait pas à rencontrer un tel succès en écrivant son roman épistolaire « Lettres d’une Péruvienne », et cependant elle va devenir la femme de lettres la plus connue de la fin du XVIIIe siècle, plus de 45 éditions de son ouvrage verront le jour.

Véritable Madonna de son époque, on la reconnait dans la rue, on l’adore, on l’adule, et la "bonne Grosse" se voit comme « dame de la fête ».

Une nouvelle mode, dite « à la Zilia » soit « à la Péruvienne » envahit littéralement Paris.

On se coiffe et s’habille « à la Péruvienne » et les dames de l’aristocratie se font « portraiter » avec des plumes dans les cheveux et portant des étoles chatoyantes.

Notre bonne grosse Lorraine trouve tout de même cela assez ridicule… :

» à Devaux

Mardi matin, 18 juillet 1752

Nous nous separames a cinq heures. J’alai prendre Minette pour aller voir une poupée que le Furstemberg a fait habiller pour porter les modes a sa femme ; et puis nous revi[n]mes ici, ou elle resta jusqu’a neuf heures. Chez cette marchande nous fumes fort surprise de voir des coeffurs toutes nouvelles que l’on nome a la Zilia. C’est la plus ridicule chose du monde. Cette femme ne me connoissoit pas.

Ce vilain Furstemberg me fit connaitre et je fus fort embarassée des venerations de cette marchande. »

Lettre 1894

Correspondance de mme de Graffigny



(orthographe d'époque respectée)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AmIvankovDiaz   13 novembre 2021
Emilie du Châtelet, Philosophe des Lumières de Pascale Debert
Juin 1749, Paris, rue Traversière



Emilie, enceinte de son amant François de Saint Lambert, lui écrit pour lui expliquer les préparatifs de son voyage vers Lunéville. Elle doit accoucher début septembre et le roy Stanislas l’a invitée à la cour.

Elle espère partir le 23 juin, son mari, Monsieur du Châtelet a proposé de venir à sa rencontre à quelques lieues de Troyes, accompagné de Saint Lambert.

Emilie se réjouit de revoir son amant, “mon cœur nage dans la joie, je ne fais pas un pas qui ne m’annonce mon départ, je dis adieu à tout le monde avec une joie délicieuse, …/… il faut que je me rejoigne à vous ou que je meure” (extrait de sa lettre).

Emilie espère arriver en son château de Cirey, le 27 juin.

Par la suite, la petite troupe, le grand ami Voltaire, Saint Lambert, M. du Châtelet et la divine marquise, quitteront Cirey pour Commercy, le 4 juillet puis ils regagneront ensemble Lunéville le 12 juillet 1749.



(NB : Émilie du Châtelet, femme de lettres, mathématicienne et physicienne, meut le 10 septembre 1749, peu de jours après son accouchement.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AmIvankovDiaz   01 juin 2020
Petits secrets des ducs de Lorraine au XVIIIe siècle de Pascale Debert
Toilette de Flore



Pierre Joseph Buch'oz, ancien médecin botaniste du roy Stanislas, publie en 1771, Toilette de Flore, un manuel à l'usage des élégantes.

Il y réunit toutes sortes de recettes de beauté essentiellement réalisées à base de plantes et de fleurs.

"L'ancêtre" d'Yves Rocher indique à ces dames comment conserver leurs charmes ou réparer leurs petits défauts, car la nature, écrit-il, ne répartit pas également les dons...

Cet ouvrage nous fait faire un bond prodigieux et amusant dans l'univers de l'hygiène et de la parfumerie du XVIIIe siècle !



(NB : Une superbe planche d'illustration d'époque, en couleurs, accompagne ce paragraphe.)
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Tristan et Iseut

Qui est le père de Tristan?

le roi Marc
Le roi Rivalen
Le duc Morgan
le roi Arthur

30 questions
1019 lecteurs ont répondu
Thème : Tristan et Iseult de AnonymeCréer un quiz sur cet auteur