AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nice , le 11/09/1941
Biographie :

René Prédal est un universitaire, essayiste, critique cinématographique, théoricien et historien du cinéma.
Chargé du cours Littérature et cinéma à l'Université de Nice au début des années 1970, il est considéré comme l'un des pionniers des études cinématographiques en France. Il a collaboré aux revues Jeune cinéma, Cinéma, La Revue du cinéma, Horizons du Fantastique et a publié une trentaine d'ouvrages sur le cinéma, français principalement (50 ans de cinéma français, monographies sur Godard, Resnais, Rouch, Bresson, Malle, Cavalier, Doillon et Robbe-Grillet)

Il a dirigé l'édition de nombreux volumes de la revue CinémAction tout en enseignant en qualité de professeur émérite d'études cinématographiques (histoire et esthétique) à l'Université de Caen.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Portrait de René Prédal, par Gérard Courant.

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Bazart   11 mai 2014
Histoire du cinéma français des origines à nos jours de René Prédal


Il est donc temps de réhabiliter le poids du passé car tout ceci est une impression, une compression ultrarapide, une suffocation qui ne peut rien capitaliser. On disperse au lieu d'accumuler, et qui ne s'enrichit pas s'appauvrit. L'histoire immédiate n'est qu'un oxymore, utile pour composer avec sérieux la chronique des jours d'aujourd'hui, mais qui ne peut, au mieux, que poser les prolégomènes à l'Histoire qui s'élaborera plus tard dans le recul de la réflexion. De même nature, l'histoire de l'art ne saurait déroger à cette règle. Elle non plus n'est pas une banque de données (style dictionnaire où l'on clique sur des mots) mais un récit. L'histoire du cinéma se raconte, se déploie dans le temps où elle prend sa véritable dimension. Elle est source, alimente le présent, transmet un héritage, construit un réservoir qui a sa logique, sa cohérence et son mouvement. L'état actuel résulte d'un long cheminement. Il a été façonné par un passé historique complexe. L'ignorer, c'est se condamner à ne pas avoir de futur, de profondeur, à consommer une actualité sans perspective. Pour pouvoir aimer, apprécier, il faut connaître et comprendre comment et pourquoi on en est arrivé là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lucioler   27 juin 2011
Michelangelo Antonioni, ou, La vigilance du désir de René Prédal
Le cinéma comme autobiographie sentimentale

L'expression est de Tommaso Chiaretti, et synthétise les propos de l'auteur : " les personnages sortent de nous, ils sont notre intimité". Tout film est donc autobiographique " pas tellement en racontant ce qui a pu m'arriver mais en mettant dans le film ce qu'est mon état d'âme du moment ". Il est donc "tout a fait naturel de prendre la femme avec laquelle on a une histoire comme modèle, si on l'aime et qu'on l'estime. A ce moment-là, on ne sait plus si on cherche une femme pour soi-même ou pour le film qu'on a dans la tête". [voir Identification d'une femme]
Commenter  J’apprécie          20
lucioler   27 juin 2011
Michelangelo Antonioni, ou, La vigilance du désir de René Prédal
Les choses et les formes prennent dans l'eclisse le pas sur les personnages et le mouvement, remplissant les cadrages dans lesquels les hommes semblent désormais se perdre. C'est le terme ultime de l'épure, le poème aux objets a mangé les être comme les signes minéraux de demain ( machines, métal, câbles, pylônes) agressent l'hypersensible Giuliana (Deserto rosso). Mais pendant la conversation sur la Patagonie, quelques plants d'objets représentent "une sorte de "distraction" du personnage. Il est las d'entendre toutes ces conversations, il pense à Giuliana". Selon Antonioni, l'objet est ainsi d'abord une forme sur laquelle poser le regard. De fait, les détails d'une rue ne seront jamais pour le cinéaste signifiants en eux-mêmes, mais ils prendront un sens particulier en fonction du héros qui les observe.

Aussi, le sens est-il rarement univoque. Au milieu du monde hostile des machines de Deserto rosso, le bateau participe de ce monde irrespirable (grosse masse de ferraille), mais il reste néanmoins porteur d'un ailleurs, de l'idée de mouvement. La force signifiante -encore démultipliée par la gamme chromatique- doit s'arracher comme avec difficulté à ce réel réfractaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lucioler   27 juin 2011
Michelangelo Antonioni, ou, La vigilance du désir de René Prédal
Mettre en scène, c'est en effet jouer des rapports entre décors et personnages pous en tirer du sens.
Commenter  J’apprécie          20
lucioler   28 juin 2011
Michelangelo Antonioni, ou, La vigilance du désir de René Prédal
Antonioni sonde les courants profonds pendant que d'autres se laissent porter par les vagues ou balancer par la houle.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx... (2) 📽

Agnès Varda :

Sans toit ni loi
Cléo de cinq à sept

9 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , jeux de mots , films , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur