AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.15 /5 (sur 17 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Monaco , le 07/08/1961
Biographie :

Sylvie Bourgeois Harel est une nouvelliste, romancière et scénariste française.

Elle est mariée au réalisateur Philippe Harel (1956).

Après avoir travaillé pendant quinze ans dans la communication, elle se consacre depuis 2003, date de la publication de son premier livre "Lettres à un Monsieur" (éditions Blanche), à l’écriture de romans et de scénarios.

Sylvie Bourgeois a co-écrit avec Philippe Harel et Eric Assous le scénario du film de Philippe Harel "Les Randonneurs à Saint-Tropez", sortie en avril 2008 au cinéma.

Elle a également co-écrit avec Philippe Harel les scénarios d’"Une vie française" et d’"Un Homme inconsolable", adaptés de romans de Jean-Paul Dubois.

Elle a co-écrit avec Edouard Waintrop le documentaire "Mémoires de mai", réalisé par Philippe Harel et diffusé sur Canal+ en mai 2008.

Sylvie Bourgeois a créé un personnage de femme de 40 ans, qui à chaque début de roman veut changer de vie, qu'elle décline dans ses ouvrages : "Sophie à Cannes" (2011), "Sophie au Flore" (2012), "Sophie a les boules" (2014) et "Sophie à Saint-Tropez" (2016).

Sylvie Bourgeois est connue aussi sous le nom de Cécile Harel avec lequel elle a signé le bouleversant "En attendant que les beaux jours reviennent" (2012).

Sylvie Bourgeois réalise et produit depuis juillet 2017 une web-série "Marcelline l'aubergine" disponible sur YouTube.

son blog : http://www.sylviebourgeois.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sylvie Bourgeois # Coulommiers 2012 Le salon Littérature et cinéma de Coulommiers aura lieu au parc des Capucins le samedi 30 juin 2012.

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Camilleam   23 juin 2015
Sophie à Cannes de Sylvie Bourgeois
C'est une suite sublime. Qui donne sur la mer. Luc sort de la salle de bain en caleçon blanc, sourire éclatant !

- Tu vas prendre ta petite douche Sophie ?

- Non, je suis trop cassée, je vais faire dodo direct.

- Ah bon ? Répond Luc ennuyé.

- Tu dors de quel côté ?

Luc, torse nu, et Sophie, emmitouflée dans un peignoir, sont allongés chacun à un bout du lit. Luc éteint la lumière.

- Sophie, je peux te prendre dans mes bras ?

- Pourquoi ?

- Pour se donner un peu de tendresse.

- Tu te crois où ?

Luc se rapproche de Sophie et se colle contre elle.

- Tu ne veux pas retirer ton peignoir ? Tu vas avoir chaud.

- Ah non, tu bandes en plus... Tu avais promis...

-Il faut avouer que tu es quand même très jolie.

- Je vois pas le rapport. Dors !

- Viens contre moi.

- Non.

- Tu ne veux pas au moins me branler un peu ?

- Ça va pas, non !

- Sinon je ne pourrai pas dormir.

- Et bien, va sur le canapé.

- Vas-y toi.

- Non.

- C'est quand même ma piaule.

- Et moi je suis une fille. Elle ne t'a rien appris ta mère ! C'est fou comme dans le cinéma, vous êtes tous mal élevés.

- Sophie...

- Tais-toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Camilleam   23 juin 2015
Brèves enfances de Sylvie Bourgeois
1ère citation :

C'est peut-être ça être de la même famille, se tenir serré sans se parler et attendre que le temps passe jusqu'à ce que l'on devienne vieux.



2ème citation :

Quand je serai grande, je m'en fiche, je serai curé. J'ai crié et il m'a tapée. Non, je serai une poupée. Toujours bien coiffée et maquillée. Et je cracherai dans la bouche des garçons qui voudront m'embrasser, le souvenir de cette nuit où j'ai cessé de rêver.



3ème citation :

Et là, en face de moi, j'ai vu les fesses de mon papa donner des coups de reins très rapidement dans les fessés de Janine qui était pliée en deux et qui se tenait au rebord du canapé pour ne pas tomber. Ça faisait plein de bruit, flop, flop ! Mon papa, han, han ! Janine, oh oui, oh oui ! Le basset artésien, slurp, slurp ! Pauvre Jules, il suivait du regard en bavant les gros nénés de Janine qui se balançaient. Comme ils avaient le dos tourné, personne ne m'a vie. Et j'ai eu peur car je n'ai que dix ans. Et Janine n'est pas ma maman, mais je n'ai pas crié, j'ai juste pleuré.



4ème citation :

Ma mère, elle me défend de parler à la pute de mon père qui est une folle du cul. J'ai demandé à Paul ce que ça voulait dire. Il m'a dit que j'avais de la chance et qu'il avait hâte de la rencontrer car sa belle-mère ne s'habille qu'avec des jupes qui lui arrivent sous le genou. La pute de mon père s'appelle Sylvette. J'ai regardé sur Internet, mais je n'ai pas trouvé de Sylvette folle du cul.



5ème citation :

- ...Mais ce n'est pas vrai et en plus, elle est moche, a crié ma mère.

- Non, elle me ressemble. Une dame dans le bateau elle a même cru que c'était ma maman parce qu'elle est blonde comme moi et qu'elle a aussi les yeux bleus. Et ca m'a plu parce que papa et toi vous êtes bruns avec les yeux marrons.

- Mais tu sais que tu me fais beaucoup de mal en étant gentille avec elle, tu te souviens de ta promesse d'être méchante avec cette femme ?

Alors là, je me suis mise à hurler. À hurler. À hurler après ma mère qu'elle devait me laisser tranquille, que j'étais contente de passer mes vacances avec ces deux-là qui marchaient main dans la main et qui n'arrêtaient pas de s'embrasser. J'ai hurlé, j'ai hurlé, j'ai hurlé plus fort que ma mère qui criait et pleurait que je devais rentrer tout de suite à Paris. J'ai hurlé, j'ai hurlé, j'ai hurlé, puis j'ai raccroché.

Je me suis précipitée dans les bras de Sylvette qui écrivait sur son ordinateur, je me suis serrée contre elle. Elle m'a dit que j'avais déjà des drôles de problèmes pour une petite fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Camilleam   23 juin 2015
Lettres à un monsieur de Sylvie Bourgeois
Je suis voluptueusement abandonnée sur mon lit à faire l'amour avec mes mots qui sont les seuls amis à qui je peux confier mon intimité. Enfermée sur ces pages de papier pour t'exprimer mes rêves de sexualité, mon esprit imprégnée de ta sensualité voudrait lécher les verbes tels que sucer, pénétrer, haleter, savourer, cambrer, écarter, soupirer, mouiller, succomber.



... Assis sur ton visage, mon sexe s'est pressé fortement à ta bouche afin de filtrer pour toi l'air que tu respires.

Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
La personnalité n’a rien à voir avec le fait de chercher à tout prix la contradiction. Sois subtile, délicieuse, drôle, amusante, spontanée, joyeuse, intelligente, cultivée, intéressée par ses propos, et surtout étonne-le. Certes, de temps à autre, tu peux t’amuser à ne pas être d’accord, mais seulement pour le plaisir de jouer, et en toutes circonstances, n’oublie jamais de rester légère, il n’y a rien de plus pénible qu’une fille capricieuse.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
— Mais je croyais que tu n’avais plus rien.

— Dans le jargon de la finance, mon amour, cela veut dire que je vais enfin prendre le temps de vivre.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
Pour nous, les petits de la société, ça devrait être pareil. Au lieu de râler et de rester dans le chacun pour soi, notre unique solution pour accéder au bonheur est de résister en s’entraidant, en plus c’est valorisant de se sentir utile. Croyez-moi, il faut rétablir la solidarité. Et la compassion. Si nous campons sur nos positions, nous sommes foutus. Nous resterons toujours des esclaves.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
Avant d’accepter de revoir un homme, faites un effort pour analyser qui vous avez en face de vous. Si vous vous concentrez bien pour vous souvenir de votre première conversation, vous verrez, tout a été dit. Les gens se dévoilent toujours au début. Ce n’est qu’à la deuxième entrevue, suivant qui ils ont en face d’eux, que naissent les manipulations.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
. L’amour est une histoire de rencontre entre la peau et l’âme. Je suis ambitieuse, je veux vivre avec l’homme dans les bras duquel je n’aurai pas peur de mourir. Je veux le respect, l’estime, la confiance, tout partager, il n’y a que dans les gestes du quotidien qu’est le véritable amour.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
Refuse d’accorder à quiconque le droit d’avoir un pouvoir de nuisance sur toi, et quand tu ne sais plus comment réagir, choisis de résister par l’humour. Rire est souvent la seule réponse pour sortir la tête haute d’une situation humiliante, cela t’évitera de céder à la colère.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   10 septembre 2015
J'aime ton mari de Sylvie Bourgeois
..si une femme veut vraiment un homme, elle parviendra à ses fins à condition de ne plus vivre que pour ça, que ce but devienne sa priorité sur laquelle elle devra concentrer toute son énergie et ses pensées..
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Occupons nous, faisons un bébé ...

1- On s’ennuie si on faisait un bébé … 2 - Ah non, c’est l’« apocalypse bébé »…

Stephen King
Virginie Despentes
Charlotte Link
Pascal Voisine

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , humour , enfantsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..