AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Guillaume Fournier (Traducteur)
EAN : 9782266159241
434 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (03/05/2007)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 2243 notes)
Résumé :
Qu’elle va être belle la vie quand Tally Youngblood aura seize ans. Après l’opération, elle ira chez les Pretties. Parce que la vie à Uglyville, ce n’est rien comparé à celle qui l’attend à New Pretty Town. Dans ce futur éloigné, les gens sont normaux jusqu’à seize ans. On les rend parfaits ensuite. Évidemment, ils ont alors tendance à tous se ressembler, parce qu’une fois qu’on a défini la perfection, on s’y tient. Et dans ce beau monde uniformisé, paradis high-tec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (346) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  09 mai 2011
Cette série de Scott Westerfeld me tente depuis des années mais je n'avais pas encore eu l'occasion de la découvrir. Je remercie donc Miss Bunny pour ce « troc ».
J'étais curieuse de plonger enfin dans ce premier tome, mais également un peu sceptique et inquiète en ce qui concernait le traitement du thème de la « beauté » dans cette société. J'avais un peu peur de ne pas me trouver d'atomes crochus avec l'héroïne et les autres personnages… et ça a été un peu le cas au début, mais heureusement, les choses s'arrangent assez vite.
Finalement, cette lecture n'a pas été et ne sera pas un coup de coeur, mais elle m'a fait passer un bon moment. Scott Westerfeld est, qui plus est, parvenu à m'intéresser suffisamment pour que j'ai envie de lire la suite ; pari réussi !
Un Book Club est prévu sur Livraddict le mercredi 11 mars à partir de 18 heures. Je vous mettrai les liens vers les discussions et vers l'avis des autres participants dès qu'ils seront en ligne !
Tally attend ses 16 ans avec impatience. Ce jour-là, elle quittera définitivement son visage moche d'Ugly grâce à l'Opération qui la transformera en Pretty. Elle pourra alors rejoindre son meilleur ami, Peris, qui a subi le changement quelques jours plus tôt et vit dorénavant à New Pretty Town où il fait la fête jour et nuit avec d'autres adolescents aussi beaux que lui.
Un soir, quelques jours avant le grand jour, elle décide de rendre visite à Péris. Les Uglies n'ont pas le droit d'entrer dans le quartier, mais Tally parvient sans trop de mal jusqu'à la résidence de son ancien ami. Elle le découvre au détour d'un couloir, beau. L'alerte est donnée, elle doit s'enfuir. Elle vole un « gilet de sustentation », saute du toi et rebondit un peu plus loin. Alors qu'elle s'apprête à traverser le fleuve pour rejoindre Uglyville, elle fait la connaissance de Shay. La jeune fille aura bientôt 16 ans elle aussi, mais rebelle, elle refuse de subir l'Opération.
Tally ne prend pas sa nouvelle amie au sérieux jusqu'au jour où celle-ci lui propose de s'enfuir avec elle et de rejoindre la Fumée, la ville des rebelles, à plusieurs jours de marche. Tally refuse catégoriquement, tout ce qu'elle veut c'est être belle et s'amuser jour et nuit…
Le jour tant attendu arrive, mais au lieu de subir l'Opération tant désirée, l'adolescente voit son rêve s'échapper. Pour le rattraper, elle va devoir infiltrer la Fumée en tant qu'espionne et vendre tous les rebelles aux Specials, la police des Pretties… sans ça, elle restera moche à vie !
Ce qui me tentait le plus dans cette saga « jeunesse », c'est le côté dystopique de l'histoire. Scott Westerfeld nous offre une société future (qui se situe dans 3 ou 4 siècles je pense) qui repose entièrement sur la Beauté et la « norme ». Quand on voit notre société actuelle et ses dérives (les médias qui prônent le culte de la maigreur, par exemple), on se dit que notre futur pourrait bien ressembler à cette fiction.
Dans le monde de Tally, tout est automatisé et jetable/changeable en un claquement de doigt. Les Uglies se déplacent sur des planches qui « volent » grâce au champ magnétique dont est constituée la ville. Tous les matériaux anciens et les énergies premières (le charbon, le bois, le fer,…) sont désuets et plus du tout utilisés. On comprend, face au dégoût de Tally, que la chasse n'est plus dans les moeurs ; elle est outrée lorsqu'on lui dit que hors de la ville, les rebelles mangent des animaux et se vêtent de leur cuir/fourrure. A l'école, les enfants apprennent que la Beauté est une affaire de proportions et de symétrie ; l'Opération consiste à faire entrer le corps et le visage du Ugly dans la « norme ». Si vous n'avez pas subi la transformation, vous êtes forcément moches et devenez donc un paria.
J'ai été presque « choquée » par l'attitude des Uglies entre eux : dès leur plus jeune âge, ils ne s'appellent mutuellement que par des surnoms insultants, les prénoms étant essentiellement utilisés par les professeurs et autres adultes respectables. C'est vraiment du bourrage de crâne qui illustre le côté « stupide » de l'être humain (ou du moins, de 90% de la population) qui ne réfléchit même pas et avale ce qu'on lui sert sans se poser la moindre question !
Cette réflexion intéressante qui se cache dans ce titre « jeunesse » amène un vrai plus à l'histoire. En revanche, la révélation qui se fait dans la dernière partie, au sujet de l'Opération, n'est pas des plus originales. L'originalité vient surtout de rebondissement de dernière minute lié à une décision de Tally…
Tally qui, je dois l'avouer, m'agaçait prodigieusement au début. L'exemple même de la gamine formatée qui n'a pas un sou de jugeote ! Les premières pages ont donc été plutôt énervantes pour moi et j'en ai vite eu assez de son désir d'être belle et de faire la fête (non mais franchement, tu parles d'objectif dans la vie…). Cependant, et c'est là qu'est tout (ou presque) l'intérêt de ce premier tome, Tally évolue. En sortant de la ville, elle ouvre les yeux et découvre la « vraie » vie d'elle-même, sans le parasitage et la propagande des autorités. Elle doute, hésite, ne sais plus qui dit vrai, qui croire… et en plus, elle rencontre David.
Parce que forcément, il y a un personnage masculin et qu'évidemment, il est du côté des rebelles (c'est même le super rebelle de la Fumée…). Bon, l'histoire entre eux est attendue, mais, même si elle n'est pas originale, elle est assez bien « amenée » pour que ça passe.
Les autres personnages sont secondaires et assez peu présents (du moins pour le moment) sauf Shay, la jeune fille par qui l'aventure arrive. Au début, lorsqu'elle apprend à Tally à faire de la planche, elle me plaisait assez, mais elle devient vite… « encombrante ». On notera l'existence des Specials, groupe qui fait un peu office de police… Beaux, ils ont aussi le côté « démoniaque » et inquiétant que n'ont pas les Pretties « normaux ».
Tout tourne autour de Tally, le lecteur découvre tout en même temps qu'elle. Scott Esterel a choisi la troisième personne au lieu de la première pour ce point de vue ; mais même si on n'est pas directement dans la tête de l'héroïne, on ressent bien ses émotions.
A côté de ça, les chapitres sont très courts (une dizaine de pages en moyenne, et comportent chacun un titre), ce qui offre un rythme assez soutenu, aussi bien pour l'intrigue que pour la lecture.
Il s'agit d'un titre adressé aux jeunes lecteurs (adolescents), le style est donc en conséquence ; mais loin d'être simpliste, il permet aux jeunes adultes et aux lecteurs plus confirmés, de plonger agréablement dans cette histoire. J'ai apprécié les descriptions offertes par Scott Westerfeld, pas trop longues et encombrantes, elles permettent de s'imaginer assez facilement les décors et diverses scènes.
J'ai seulement trouvé le démarrage un peu long, mais ce n'est peut-être pas tant la plume de l'auteur que le personnage de Tally qui est en cause. le rythme s'accélère au fil des pages et le dénouement, surprenant, de ce premier tome, ouvre magistralement le second.
Je ferme donc ce premier volume sur une note globalement positive et avec l'envie de poursuivre l'aventure dès que j'en aurai l'occasion !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
verobleue
  13 mars 2013
« Uglies » de Scott Westerfeld est une dystopie qui s'adresse aux ados. Dans cette société futuriste, le bonheur ultime est de subir à 16 ans des opérations de chirurgie esthétique et de grandir dans une société factice, dédiée au glamour, vouée au plaisir sans aucune contrainte. Les ados n'ont donc plus aucun complexe mais cela signifie également qu'ils n'ont aucune individualité et leur transformation va jusqu'au manque de sens critique.
A Uglyville, les « Uglies » dorment dans des dortoirs communs, séparés de leurs parents, présentés comme des êtres sales, laids, quasi répugnants, qui se donnent des surnoms correspondant à leur "tare physique".
À l'âge de 16 ans, survient l'opération qui leur donne un visage et un corps jugés parfaits, codifié pour être dans la moyenne. Comme leur caractère d'ailleurs. Ceux qui ont subi l'opération sont appelés « Pretties ». le rêve de chaque Ugly est de devenir Pretty. Ils habitent tous à Prettyville et leur vie est montrée comme une fête perpétuelle.
Les « Cruels Pretties » constituent les « Specials Circumstances » et sont la caste dirigeante. Différents tant physiquement que mentalement, ils vivent séparés des autres. Certains pretties n'en voient jamais un de leur vie. Ils veulent trouver les rebelles, leur ville « La Fumée » et sont prêts à tout pour cela.
La Fumée est un endroit où se sont réfugiés les rebelles ayant refusé l'opération et où ils vivent sans technologie, à la manière des "Rouillés". La Fumée certainement appelée ainsi parce que les habitants brûlent les arbres, chose jugée inadmissible par les Pretties, ultra écologistes. Les Rouillés, c'est nous qui avons utilisé et laissé rouiller le métal en empoissonnant la terre.
J'ai réellement apprécié cette aventure car les personnages sont attachants, l'univers décrit est réellement captivant et me donne envie de poursuivre la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Saiwhisper
  14 novembre 2018
Cette saga est presque un classique dans le genre dystopie jeunesse/ado ! Il y a plusieurs années, j'avais parcouru le premier tome en diagonale en m'étant juré que je le lirai correctement plus tard. C'est à présent chose faite. Je ne regrette pas d'avoir attendu aussi longtemps, car je ne me souvenais plus des personnages ! Seules quelques éléments concernant l'univers m'étaient restés… du coup, j'ai quand même retrouvé un petit effet de surprise au cours de ma lecture. Si vous ne connaissez pas le genre, cette saga est très bien pour commencer, car elle contient une bonne dose d'action, des revirements de situation, un soupçon de romance et une héroïne qui évolue au fil de l'aventure. couv43052398C'est très dynamique, on ne s'ennuie jamais ! de plus, la plume est fluide et immersive. Les chapitres sont courts, ce qui donne également du rythme. En revanche, si vous avez consommé plus d'une dizaine de dystopies, mieux vaut passer votre chemin, car on reste sur du très classique : une jeune fille appartenant autrefois un monde parfait et idéal qui va côtoyer des rebelles avec qui elle va changer d'avis sur l'univers dont elle appartient… Je ne vous cacherais pas que, pour ma part, j'appartiens à la seconde catégorie. J'ai d'ailleurs trouvé l'intrigue cousue de fils blancs et comportant plusieurs facilités… Mais qu'importe, cela se lisait bien et c'est tout ce que je recherchais.
La force de cette saga réside dans l'univers qui prône le culte de la beauté uniforme. Pendant seize ans, la populace est considérée comme des « Uglies », des personnes normales avec des défauts, mais qui sont irrémédiablement cataloguées comme moches. le jour de leur anniversaire, les adolescents passent alors sur le billard pour une opération lourde et sinistre, puisque l'on va modifier entièrement leur corps, de sorte à ce qu'il représente la société idéale et parfaite. Devenus de beaux « Pretties », les jeunes perdent alors signes particuliers ainsi que leur tempérament souvent explosif… Ils rentrent dans un moule inventé de toute pièce par la société… Même si le concept a été repris à plusieurs reprises, c'était très original lors de la sortie du premier tome. Ces transformations étaient donc intéressantes et sinistres ! Les thématiques de la manipulation de masse et des secrets sont bien creusées. D'ailleurs, Tally est une demoiselle très naïve et on comprend aisément pourquoi : elle a été endoctrinée depuis sa jeunesse. Conditionnée, elle a très envie d'être intégrée dans sa société, au point de commettre le pire comme trahir son amie… On est sur le type d'héroïne classique qui a toujours vécu dans sa bulle, à écouter ce qu'on lui inculquait et à avoir des oeillères… Or, côtoyer des personnes refusant le système va lui permettre d'ouvrir les yeux et remettre en cause son passé. On ne peut pas dire que son caractère m'a surprise ou que je me suis attachée à elle. J'ai simplement trouvé qu'elle jouait bien son rôle et permettait certainement une identification de la part d'un jeune lecteur. Par contre, elle m'a parfois agacée à s'empêtrer dans le mensonge ! C'est le genre de situation où on sait que tout va éclater au pire moment et que tout le monde va lui en vouloir…
Que serait un monde post-apocalyptique sans information concernant le passé de cet univers ? Grâce à des informations qui arrivent au compte-goutte, on découvre des restes des Rouillés. Ces derniers sont tout simplement nous, humains. Quelque chose de grave s'est passé et notre civilisation a dû muter pour devenir celle des Pretties. J'ai trouvé que les éléments concernant ce peuple oublié arrivaient judicieusement sans être indigestes. de plus, j'ai aimé comparer l'ancienne et la nouvelle technologie ! En effet, Scott Westerfeld a inventé plusieurs objets et gadgets technologiques qui donnent un bel aspect futuriste aux romans. J'ai été grandement surprise de voir que même les bâtiments extérieurs comme les ponts étaient équipés de ces nouveautés ! En revanche, j'ai trouvé qu'il me manquait certaines choses. J'aurais, par exemple, souhaité voir un peu plus le quotidien de Tally en tant qu'Ugly. On sait que ses parents sont absents (je me suis d'ailleurs longuement demandé s'ils existaient avant de les voir débarquer) et ses amis sont tous devenus des Pretties. La jeune fille a appris à être isolée, à se débrouiller et à être autonome. Mais elle est toujours toute seule… On ne sait finalement pas trop ce qu'elle fait de ses journées, mais on voit qu'elle a une vie nocturne très active… La retranscription d'une journée type le temps d'un chapitre aurait été sympathique !
Du côté des personnages secondaires, on trouvera beaucoup de tempéraments manichéens… Les méchants sont manipulateurs, froids, impressionnants et avides de contrôle. À l'inverse, les gentils rebelles sont pacifistes, acceptent aisément les nouveaux venus, pardonnent et vivent en harmonie. Il y a très peu de nuances, ce qui est bien dommage… Seule Shay, l'amie de Tally, est un protagoniste qui se démarque des autres : fougueuse, pleine d'énergie et franche, on a parfois du mal à la cerner… Imprévisible, elle sait se montrer très sympathique mais, paradoxalement, peut être aussi pénible que rancunière. J'ai eu un peu de mal avec son lunatisme cependant, j'ai trouvé que c'était un personnage complexe et sortant du lot ! J'ai largement préféré découvrir Shay plutôt que David, l'un des chefs des rebelles… Ce dernier est niais, fade et trop gentil. Il s'attache bien trop vite de Tally et ne réfléchit pas beaucoup, même lorsqu'il a les preuves sous les yeux…
Le dénouement est assez explosif et donnera envie au lecteur de poursuivre l'aventure. Pour ma part, je n'en fais pas une priorité, car je sais ce qu'il va se passer grâce à plusieurs échanges avec quelques lecteurs. Néanmoins, cette saga est disponible dans son intégralité à la médiathèque, au cas où je décide de poursuivre cette lecture dynamique et sympathique, bien que très classique.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Hillel
  17 juillet 2012
On m'avait beaucoup parlé de ce titre. D'ailleurs son auteur n'est pas un inconnu dans le monde de la littérature, notamment dans le genre science-fiction. Alors je m'attendais, à découvrir un roman extraordinaire, (surtout que la couverture du format poche nous indique par une jolie pastille dorée un « best-seller »).
Effectivement c'est un très bon roman jeunesse. Une bonne Dystopie, qui nous rappelle d'autres titres à succès… Et pourtant j'ai eu un peu de mal sur certains aspects.
Oui, l'histoire de départ est assez dure à assimiler. Cette configuration d'un monde dystopique, d'une société régie en castes est troublante.
Ainsi, les Uglies attendent patiemment leurs 16 ans que l'Etat veuille les opérer et les rendre beaux et insouciants, les transformant en Pretties. On ne sait trop pourquoi. Tout cela se passe dans un futur, près de deux siècles après nous… « Nous » c'est les Rouillés, ceux qui ont sacrifié leurs ressources, abattu leurs arbres et ruiné leur société. On ne sait presque rien d'eux. Sauf qu'ils ont tout gâché. par contre, le monde des Pretties apporte un avenir stable et rassurant auquel tous et surtout Tally, l'héroïne, aspirent. Ils souhaitent devenir Magnifiques, gommer toutes leurs imperfections, et par conséquent toute personnalité, tout esprit et libre arbitre...Ils deviendront égal à un "moule" bien établi pour eux.
Un peu compliqué tout ça, et surtout un peu dur à avaler…
Compliqué malgré le ton assez jeune de la narration, avec des termes parlants et simplistes : les Uglies et Pretties (moches et beaux), les rouillés, les Special Circumstances…
Il est certain que l'on a rarement eu ce genre d'histoire. C'est original et osé. du coup j'ai trouvé que les deux premières parties lentes et introductives, plongent le lecteur dans ce contexte, en douceur. Elle m'ont parues longues. de plus, j'ai été un peu agacée par le discours écologiste et moralisateur pour ne pas dire pédagogique du roman.
Enfin j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à une héroïne que j'ai trouvée énervante, soumise, perdue, j'ai eu envie de la secouer plus d'une fois…
Là j'ai été assez vache. Mais ne vous inquiétez pas il y a du positif. Je viens juste de citer les raisons qui me poussent à ne pas donner mon « coup de coeur »…Car malgré tout j'ai beaucoup aimé.
Je reprend sur l'héroïne, elle m'est apparue agaçante, mais difficile d'être une parfaite héroïne dans un monde pareil. Finalement, elle se révèle formidable et étonnante sur les dernières pages. Une véritable héroïne courageuse et téméraire. Une fin qui effectivement nous donne une bonne dose de suspense et d'attente. Car beaucoup de choses se passent dans cette fin. En effet, la troisième partie se démarque des deux premières et détonne par la richesse de l'action, des rebondissements…et le début d'une romance, inattendue et complexe. Oui, il y a bien un beau garçon, et une histoire d'amour…
En bref un assez bon roman jeunesse qui n'est pas anodin et va faire réfléchir sur notre société de consommation, nos relations superficielles, l'apparence, le libre arbitre, et la protection de notre environnement…Donc un roman riche et bien écrit, qui nous permet de passer un bon moment de lecture tout en réfléchissant un peu (ça ne fait jamais de mal !).
Je ne donnerais pas mon coup de coeur pour les raisons citées plus haut, mais je recommande fortement ce roman jeunesse original et intelligent et je commande sur le champ la suite qui promet beaucoup de choses étourdissantes !
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Harioutz
  29 avril 2018
Un bon moment passé à lire le premier tome de cette série, malgré le fait que je sois très nettement hors de la cible "ado" ! Il se lit vite, et peut apporter quelque réconfort à toutes celles et tous ceux qui, en pleine adolescence, se trouvent si souvent très "moches", en leur permettant de se poser quelques questions ... et comme le disait si souvent ma grand-mère "la beauté ne se mange pas en salade" !
Commenter  J’apprécie          281


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 septembre 2007
Lecture jeune, n°123 - Scott Westerfeld, compositeur de musique électronique et concepteur multimédia, a rencontré aux Etats-Unis un énorme succès avec ce premier tome d’une trilogie. Le lecteur français a notamment pu découvrir L’I.A. etson double chez Flammarion (2002) et V-Virus chez Milan (2007, voir LJ n° 122), ses précédents titres de SF. Dans un futur indéterminé, une catastrophe écologique n’a laissé de notre civilisation que des ferrailles rouillées. Une société humaine s’est constituée autour de la promotion de la sécurité, de la perfection physique et de l’équilibre écologique. L’héroïne, Tally, attend impatiemment le jour de ses seize ans pour subir, comme tous, une intervention chirurgicale qui la fera passer du statut de Ugly (moche) à celui de Pretty (belle) et lui permettra de mener, dans des quartiers sécurisés par les Specials, les implacables forces de sécurité, une existence agréable et protégée. Au cours d’une expédition dans une zone interdite, elle rencontre Shay et devient son amie. Cette dernière ,qui refuse l’opération chirurgicale, invite Tally à rejoindre les rebelles réfugiés dans des secteurs qui échappent aux Spécials. Tally découvre leur univers, leur mode de vie et la manipulation des esprits cachée derrière l’opération esthétique. Scott Westerfeld évoque avec beaucoup de justesse le monde de l’adolescence, son ambivalence, son désir d’absolu et son souci de la norme, son esprit de révolte et son besoin d’évasion, son égocentrisme et sa difficile quête d’identité. Il crée un « meilleur des mondes » fondé sur une technologie omniprésente, le diktat de l’apparence et la manipulation mentale, où évoluent des personnages forts, agaçants et attachants à la fois. Ce premier tome prometteur, au suspense bien dosé, séduira les adolescents mais aussi des lecteurs plus âgés ! Marie-Françoise Brihaye
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
KiteInAHurricaneKiteInAHurricane   01 mai 2021
- Alors comment entre-t-on ? demanda David.
- Commençons par là.
Elle indiqua la porte des aérocars.
- Dis-moi, ils ne risquent pas de s'apercevoir que nous ne sommes pas des aérocars, s'ils nous voient débouler par là ?
Commenter  J’apprécie          10
NathalieYokoNathalieYoko   15 janvier 2009
Tally savait maintenant qu’à la Fumée les choses ne perdaient jamais rien de leur valeur. On ne les jetait pas ou on ne les donnait pas sous prétexte qu’elles étaient trop vieilles ou cassées. Tout était réparé, réassemblé, recyclé, et ce qui ne pouvait pas servir à l’un était échangé auprès d’un autre. Peu d’objets étaient donnés à la légère.

[…]

En ville, tout ce qu’elle désirait était presque aussitôt à sa disposition. Cependant, les objets de la ville étaient toujours jetables, remplaçables, aussi interchangeables que les T-shirt, blouson et jupe de son uniforme de dortoir. Ici, à la Fumée, les objets vieillissaient, au fil du temps, portant leur histoire sur eux, des petits chaos, rayures et autres déchirures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
limaginariumlimaginarium   14 mars 2016
La veille , on avait pris les dernières mensurations de Tally en la faisant passer à travers un tube d'imagerie médicale. Devait-elle répondre à ce jeune Ugly qu'on était sur le point de lui ouvrir le corps, de lui écraser les os pour leur donner la forme voulue, d'en rallonger certains ou en rembourrer d'autres, de remplacer le cartilage du nez et des pommettes par du plastique reprogrammable, de lui poncer la peau et lui en semer une nouvelle comme on sème du gazon sur un terrain de foot au printemps ? Qu'on allait lui retoucher les yeux au laser pour lui garantir une vision parfaite toute sa vie, qu'on lui insérerait des implants réfléchissants sous l'iris pour mettre quelques paillettes dorées dans leur teinte brune banale ? Que ses muscles seraient entrainés toute la nuit par impulsions électriques, et que sa graisse de bébé serait définitivement liposucée ? Qu'on lui remplacerait les dents par des céramiques aussi résistantes qu'une aile de navette suborbitale, et aussi que le service en porcelaine du dortoir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
scrambledspiritscrambledspirit   15 janvier 2009
« La nature n’avait pas besoin d’une opération pour être belle. Elle l’était, tout simplement » Scott Westerfeld, Uglies, Tome 1 : Uglies (Pocket Jeunesse, 2007).
Commenter  J’apprécie          740
Kel-LyKel-Ly   15 janvier 2009
- Oh, alors ton prochain projet consiste à te faire tuer. Ca sera encore plus fort que ton truc actuel.
- Quel truc ?
Peris roula des yeux.
- Ce coup fumant qui consiste à rester moche. Drôlement mystèrieux.
Commenter  J’apprécie          390

Videos de Scott Westerfeld (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Westerfeld
Les rescapés ont réussi à sortir de la jungle mais un nouveau défi les attend : ils débarquent dans un désert étouffant, tout aussi hostile que la forêt tropicale à laquelle ils viennent d?échapper. Alors qu?ils se trouvent face à des choix cruciaux pour survivre au Désert du Sang, les survivants en révèlent davantage sur leur passé, et les raisons qui les ont sans doute conduit dans cet endroit hors du commun.
Bourré de surprises et de rebondissements, Deadzone poursuit avec brio la série entamée par Scott Westerfeld : un roman d?aventure et de science-fiction à lire en retenant son souffle !
http://www.albin-michel.fr/ouvrages/horizon-tome-2-9782226399380
+ Lire la suite
autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Série Uglies (test 1)

Quel est le nom de famille de Tally ?

Yougbloud
Younglood
Youngblood
Yougloud

10 questions
191 lecteurs ont répondu
Thème : Uglies de Scott WesterfeldCréer un quiz sur ce livre

.. ..