AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.14/5 (sur 51 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Cockermouth (Cumberland) , le 07/04/1770
Mort(e) à : Ambleside (Cumbrie) , le 23/04/1850
Biographie :

William Wordsworth est un poète anglais.

Wordsworth entre au St John's College de Cambridge en 1787. En 1790, il se rend en France et soutient les républicains de la Révolution française. Il obtient son diplôme l’année suivante, sans mention, puis part pour un tour d’Europe incluant les Alpes et l’Italie. Il s'éprend d’une Française, Annette Vallon, dont il a une fille, Caroline, née le 15 décembre 1792 à Orléans. La même année, le manque d’argent le contraint à rentrer seul en Grande-Bretagne.

Accusé d’être girondin sous la Terreur, il prend ses distances avec le mouvement républicain français ; de plus, la guerre entre la France et la Grande-Bretagne l’empêche de revoir sa femme et sa fille. C’est en 1793 qu’il publie ses premiers poèmes. Il rencontre Coleridge dans le Somerset cette même année. Les deux poètes deviennent vite très amis.

En 1797, Wordsworth et sa sœur Dorothy, elle aussi poétesse, déménagent dans le Somerset, à quelques kilomètres de la maison de Coleridge. L'étroite collaboration entre Wordsworth et Coleridge, ajoutée à l'accueil qu'ils réservent au jeune poète radical John Thelwall soulève une vague d'inquiétude dans la région. Déjà effrayés à l'idée d'une invasion militaire de la France, les habitants se persuadent que Wordsworth et Coleridge ne sont pas des poètes mais des comploteurs politiques.

Les deux hommes publient "Ballades lyriques" (1798), recueil qui s'avère d'une importance capitale pour le mouvement romantique en Grande-Bretagne. Wordsworth, Dorothy et Coleridge se rendent ensuite en Allemagne. Durant l’hiver 1798-1799, Wordsworth commence un poème autobiographique, "Le Prélude".

En 1802, Wordsworth se rend en France avec Dorothy pour revoir Annette et Caroline. Il épousera pourtant son amie d’enfance, Mary Hutchinson. L’année suivante, Mary donne naissance au premier de leurs cinq enfants, John.

Pendant l'année 1804, il travaille beaucoup, ce qui lui permet de terminer "Le Prélude" en 1805, mais il n'aura de cesse de l’améliorer et le recueil ne sera publié qu’à titre posthume. En 1807, ses "Poèmes" sont publiés. Pendant quelque temps, Wordsworth et Coleridge sont éloignés l’un de l’autre en raison de l’addiction de ce dernier à l’opium.

Deux de ses enfants, John et Catherine, meurent en 1812. L’année suivante, il emménage à Rydal Mount, Ambleside; il y passera le restant de ses jours. Il publie en 1814 ce qui est censé être la deuxième partie d’une trilogie, "L'Excursion".
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de William Wordsworth   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

James Chandler - A Revolution in Poetry: Wordsworth and Coleridge, 1798 For several years near the end of the eighteenth century, two talented English writers became neighbors, traveling companions, and most importantly, collaborators in a project to reform the ills of English culture in the age of the French Revolution. Their chosen means? Poetry--ballad poetry. The result was the transformative volume, Lyrical Ballads. We will look at what they thought they were doing, what they wrote, and what changes they effected. We'll pay some attention to Wordsworth's famous Preface about the woes of contemporary society.


Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
William Wordsworth
Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons la force dans ce qui reste après.
Commenter  J’apprécie          1281
William Wordsworth
Notre vrai malheur, pourtant,
N'est pas ce que les ans nous volent
Mais ce qu'ils laissent en partant.
Commenter  J’apprécie          481
William Wordsworth
BEAUTÉ DU CALME


Ce n'est pas seulement la guerre ni l'amour,
Ni les maux éclatants d'une âme inconsolée,
Ni les trônes fameux s'écroulant tour à tour,
Qui peuvent inspirer la poésie ailée.

Elle aime l'humble asile où la Paix fait séjour ;
Il lui plaît de gravir la colline isolée
Et de voir la chaumière à la fin d'un beau jour
Qui fume vers le ciel du fond de la vallée.

L'effort secret lui plaît, le modeste bonheur,
Le cœur simple qui loin des yeux humains se fane ;
Elle aime à contempler le ruisseau diaphane,

Cristallin parce qu'il voyage avec lenteur.
Pour toujours plaire il faut une musique douce ;
La plus suave fleur se cache dans la mousse.
Commenter  J’apprécie          450
C'est un soir calme et libre, et d'infinie beauté,
L'heure sacrée est muette comme une nonne
Eperdue d'adoration; l'astre rayonne,
Epanoui, sombrant dans sa tranquillité.
Commenter  J’apprécie          370
LES JONQUILLES

J’errais solitaire comme un nuage
Qui flotte au-dessus des vallées et des monts,
Quand tout-à-coup je vis une nuée,
Une foule de jonquilles dorées ;
À côté du lac, sous les branches,
Battant des ailes et dansant dans la brise.

Drues comme les étoiles qui brillent
Et scintillent sur la Voie lactée,
Elles s’étendaient en une ligne sans fin
Le long du rivage d’une baie :
J’en vis dix mille d’un coup d’œil,
Agitant la tête en une danse enjouée.

Les vagues dansaient à leurs côtés ; mais
Elles surpassaient les vagues étincelantes en allégresse :
Un poète ne pouvait qu’être gai,
En une telle compagnie :
Je les contemplais, les contemplais mais pensais peu
Au présent qu’elles m’apportaient :

Car souvent, quand je m’allonge dans mon lit,
L’esprit rêveur ou pensif,
Elles viennent illuminer ma vie intérieure
Qui est la béatitude de la solitude ;
Et mon cœur alors, s’emplit de plaisir
Et danse avec les jonquilles.

THE DAFFODILS



I wandered lonely as a cloud
That floats on high o’er vales and hills,
When all at once I saw a crowd,
A host, of golden daffodils ;
Beside the lake, beneath the trees.
Fluttering and dancing in the breeze.

Continuous as the stars that shine
And twinkle on the milky way,
They stretched in never-ending line
Along the margin of a bay :
Ten thousand saw I at a glance,
Tossing their heads in sprightly dance.

The waves beside them danced ; but they
Out-did the sparkling waves in glee :
A poet could not but be gay,
In such a jocund company :
I gazed – and gazed – but little thought
What wealth the show to me had brought :

For oft, when on my couch I lie
In vacant or in pensive mood,
They flash upon that inward eye
Which is the bliss of solitude ;
And then my heart with pleasure fills,
And dances with the daffodils.

Commenter  J’apprécie          260
A UN PAPILLON , 1

Ne t'envole pas ! - Reste là
Encore un peu, que je te voie !
Je trouve en toi tant de subsistancce,
Historien de mon enfance !
Flotte à mes côtés; reste encor !
Gaie créature buissonnière :
Par toi revivent les jours morts
En mon coeur, solennel trésor,
Avec l'image de mon père !

Heureux les jours, heureux le temps
Révolu de nos jeux d'enfants
Où ma soeur et moi nous faisions
Tous deux la chasse au papillon !
En vrai chasseur je me jetais
Sur ma proie; - par bonds après elle
Je sautais de fougère en haie;
Mais elle - Dieu l'aime ! - craignait
D'ôter la poudre de ses ailes.
Commenter  J’apprécie          240
William Wordsworth
Le prélude (extrait)

Notre destin, coeur et foyer de notre être,
Est avec l'infini, et là seulement;
Il est avec l'espoir, qui jamais ne s'éteint,
Avec l'effort, l'attente, le désir,
Et quelque chose toujours sur le point d'advenir.
Commenter  J’apprécie          240
William Wordsworth
Expostulation and Reply

‘WHY, William, on that old grey stone,
Thus for the length of half a day,
Why, William, sit you thus alone,
And dream your time away?

‘Where are your books?—that light bequeathed
To Beings else forlorn and blind!
Up! up! and drink the spirit breathed
From dead men to their kind.

‘You look round on your Mother Earth,
As if she for no purpose bore you;
As if you were her first-born birth,
And none had lived before you!’

One morning thus, by Esthwaite lake,
When life was sweet, I knew not why,
To me my good friend Matthew spake,
And thus I made reply:

‘The eye—it cannot choose but see;
We cannot bid the ear be still;
Our bodies feel, where’er they be,
Against, or with our will.

‘Nor less I deem that there are Powers
Which of themselves our minds impress;
That we can feed this mind of ours
In a wise passiveness.

‘Think you, ’mid all this mighty sum
Of things for ever speaking,
That nothing of itself will come,
But we must still be seeking?

‘—Then ask not wherefore, here, alone,
Conversing as I may,
I sit upon this old grey stone,
And dream my time away.’
Commenter  J’apprécie          212
L'amour, naissance universelle,
D'un coeur à l'autre se répand,
La terre à l'homme, l'homme à elle :
- C'est l'aurore du sentiment.
Commenter  J’apprécie          190
William Wordsworth
L'enfant est le père de l'homme
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de William Wordsworth (107)Voir plus

Quiz Voir plus

Les années 1920-1929

Benito Mussolini, appuyé sur le parti fasciste, prend le pouvoir en Italie

oui
non

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..