AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cactus Inebranl


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Bruno_Cm
  28 janvier 2019
L'homme à la Chimay bleue de J-Philippe Querton
Bon. J'ai pas mal lu sur l'alcoolisme et pour cause, je bosse comme psychologue dans un service qui s'occupe de personnes qui en souffrent.J'ai pas mal lu de livres psychologiques donc, aussi, de fait. J'ai aussi de bonnes connaissances de la justice pénale, les avocats, le système, la lourdeur, la rage et la honte ; et j'ai croisé avec sympathie l'auteur de ce roman.

Ceci étant posé, je peux dire que le personnage principal du livre, que l'on suit en first-person-shooter (si je peux dire) (oui je peux le dire) (en tout cas je l'ai dit) tient parfaitement la route, ce type malade physiquement suite à une vie trop excessive, qui décide de mourir de la plus belle mort qu'il puisse imaginer, s'enquiller des Chimay bleues est authentiquement crédible.

J'ai déjà rencontrés de ces spécimens.



Les détails du comment-réaliser-son-projet sont amusants (ce livre est baigné d'humour, bien nécessaire), bien trouvés, et on sent bien que l'écrivain connaît le sujet.



"Je ne demandais rien.

Si, juste une chose.

Le droit de boire jusqu'à en mourir."



Puis, bam, une rencontre. Une rencontre souvent ça change tout. Ici, la rencontre fait tout révéler, "tout" peut-il se rejouer...



"Elle était seule, la guinguette était boudée par la clientèle. Assise sur l'escalier de la terrasse, elle observait, mélancolique, les jeux des enfants dans la rivière, quelque chose au fond de son regard me portait à croire qu'elle regrettait avoir grandi.

Je partageais son opinion.

Elle me gratifia d'un sourire séraphin et d'un bonjour timide."



Progressivement, dans une forme de pire en pire, on avance. Pas le temps d'être triste qu'il faut être encore plus triste et pas le temps d'être encore plus triste pour exploser de rage et pas le temps d'exploser de rage qu'il faut à nouveau être triste... Assez terrible; D'aucuns pourraient penser que ce parcours (anti-)vita ou parcours mortis est impossible, que l'auteur exagère, qu'il en a trop fait, qu'il aurait dû s'arrêter, que c'est trop n'en jetez plus. Ben, en fait, non.

IRL (si je peux...), j'ai rencontré des parcours pareils, où la compassion est oversaturée tant il y a de quoi-s. Il y a trop. L'excès n'est pas que dans le produit, produit qui souvent aide, espoir de solution, de dissolution, jamais gagnant mais. Bref, oui, ça existe. Je ne sais pas si l'auteur lui-même croit en la crédibilité totale, s'il en a connu, s'il en a l'expérience indirecte, directe... Mais, hélas, oui, ce bleu qui passe au noir profond, ce n'est pas la mort, c'est la vie. La/le pute de chien-ne de vie. Vie à noyer. Voilà.



Un mot sur la construction et le style. Style sans fioriture inutile, les détails précis et justes servent le récit, ils sont nécessaires. Comme je disais, l'auteur insuffle une certaine dose d'humour et de bonhommie qui elles aussi permettent de respirer.

Comme dans une nouvelle (j'ai l'impression que l'auteur avait d'abord envisagé une nouvelle, puis), son personnage et son histoire, après le tournant, se rendent compte d'être sur une route à plusieurs tournants, une route infernale. Un chemin de croix (au pluriel) qui me fait penser à la référence ultime : Malcolm Lowry et son Au-dessous du Volcan, A ceci près qu'ici l'auteur table sur la densité et la brièveté des mots et du texte pour faire effet, alors que Lowry s'étend et étend la souffrance dans une longueur et langueur étouffantes. Deux partis pris pour des conclusions pas si différentes.

Du coup, comme il est court, ce roman peut être mis dans des mains que les pavés rebutent. Impossible de pas être touché. Peu ou prou.



Je re-commande (la tournée), vous l'aurez compris.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Aveclesourire
  27 décembre 2018
L'homme à la Chimay bleue de J-Philippe Querton
Dans ma mythologie festive personnelle, les bières fortes se dégustent à plusieurs et sont le prétexte de discussions animées où tout le plaisir consiste à savourer les histoires qu'on se raconte avec plus d'emphase et d'exaltation sous les effets conjugués de l'alcool et du bon goût du houblon. Il était donc facile pour moi d'entrer dans ce roman un sourire aux lèvres, d'y lire une farce, la plaisanterie d'un homme singulier qui décide de se suicider à la trappiste, un prétexte à faire rire en critiquant la vie de ceux qui ne savent pas y prendre du plaisir. La soûlographie a des rebondissements délectables ! Jean-Philippe Querton a la plume virevoltante et imaginative, quand elle est dopée à la Chimay bleue ! Et si son personnage boit seul, il me semble que c'est pour mieux convier le lecteur à sa table ! Puis, l'histoire prend une tournure plus sombre. L'homme rencontre une jeune fille qui pourrait interrompre sa beuverie suicidaire mais la bière est profondément noire. Et tandis que le lecteur que je suis dégrise, le personnage boit la Chimay jusqu'à la lie. Et la réalité rattrape ma mythologie personnelle : l'alcool triste succède souvent à l'alcool gai et tous deux terminent toujours par une énorme gueule de bois, à assumer seul au petit matin blême. Voilà une plongée profonde dans la vie d'un buveur de bière qui me fera lever mon prochain verre de trappiste avec plus de respect et de philosophie. Santé l'artiste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bruno_Cm
  07 décembre 2017
Des Capiteuses Pensees de Jean-Philip Querton
Recueil d'aphorismes qui tournent autour des 7 péchés capitaux. Comme dans tous recueils, il y a des mots qu'on aurait préféré ne pas lire, ne pas voir, qui sont des facilités, des clichés qui tombent à l'eau. Mais fort heureusement, il y a des petites réussites, qui font sourire, rire, ou réfléchir et elles sont majoritaires.

Comme les jeux de mots, les jeux de phrases, les jeux d'idées sont assez différents dans leur forme, il y a un côté autodiagnostique qui peut s'effectuer et révéler un peu de sa personnalité au lecteur lui-même. Je veux dire que personnellement, j'ai constaté que j'aimais plus les aphorismes comme celui-ci : "Avoir une gueule de lamproie ne veut pas dire que vous êtes faits pour le boulot."

Ou comment un mot qui n'a rien à voir mais qui ressemble au niveau sonore, avec une légère torsion du proverbe, me fait de l'effet.

Dans un autre genre, sans jeu sonore, plus propice à réflexion : "Souvent on prête une oreille attentive à des gens qui ne vous la rendent pas."

Je ne les ai pas comptés, tous ces aphorismes, j'ai juste l'impression globale que c'est positif ! Et, franchement, c'est une gageure pour me convaincre, moi qui ai détesté le Dictionnaire de Laurent Baffie ou les Brèves de comptoir de Gourio. On trouve ici moins de lourdeur-s, et plus de finesse !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20