AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Oxymore Edition


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Oxymore Edition



Dernières critiques
laulautte
  14 juillet 2020
Traverses : Anthologie de fantasy urbaine de Léa Sihol
Franchissez le Seuil de ces terres de magie et d’ineffables merveilles.

Entrez dans la ville, vous y trouverez la « Réponse Intrahissable » (de Peter Crowther) qui fait que la magie peut être partout perceptible. Il suffit d’y croire. « L’Etrangeté du Jour » (de Kristine Kathryn Rush) égaiera alors votre morne quotidien, « L’Arbre de la Vie » (de Léo Henry) déposera ses fruits mûrs dans votre vie quand « L’Hiver était Rude » (de Charles de Lint). Retenez la « Leçon de Nuit » (de Fabrice Colin), votre cœur s’ouvrira sur l’envers invisible de tous ces lieux arpentés d’où vous avez chassé la magie. Laissez-vous envoûter par la mélodieuse berceuse « Trolleriet » (de Luvan), vos rêves se mêleront aux soupirs de la ville.

Prenez toutefois garde de ne pas vous égarer dans un Autre Monde, à « Hashinar/Les Shoshinnes » (de Jérôme Tzakuri) pourraient bien vous faire sombrer dans la folie – pas la folie « de la Vie, de la Mort, de la Guerre… » (de Lélio & Julien Rousselot) des Hommes, non – celle née de la féérie irrésistible, comme une passion irrationnelle qui peut faire autant de ravages que « L’Oiseau Siffleur » (de Emma Bull). Vous vous égarerez sûrement dans une vie souterraine de manière aussi déconcertante que « Les Faits Concernant le Départ de Miss Finch » (de Neil Gaiman), mais vous referez surface accrocher à vos racines. Votre « Héritage » (de David Cathiaux) sera votre balise, vous sèmerez autant de cailloux que « Le Roi des Billes » (de Gary A. Braunbeck) pour ne pas prendre des chemins de traverses impitoyables et cruels, comme peuvent l’être ceux de l’enfance.

Rien ne vaudra une « Fiesta Gobeline » (de Garry Kilworth) pour finir de vous remettre sur les rails. Vous « Noyer[ez] la Nuit avec l’Espoir du Jour » (de Nina Kiriki Hoffman) de pouvoir survivre à la jungle urbaine et vous ne capitulerez pas « Quand il Neige[ra] » (de Elisabeth Ebory). « La Reddition de Paris » (de Claude Mamier) ne se produira pas dans votre ville, « Tout ce qui [y] brasille » (de Tanith Lee) ne cessera tant que vous errerez dans ses lieux de magie « Comme Marchent les Ombres » (de Léa Silhol), éternellement. Il suffira d’y croire.



Léa Silhol est une véritable fay. Elle aime son univers, pleinement. Elle est sous son emprise et le maîtrise tant en sa qualité d’auteur qu’en sa qualité d’anthologiste. Elle est une maîtresse de cérémonie remarquable, elle excelle dans la mise en scène des 18 nouvelles de ce recueil de Fantasy Urbaine par des introductions de chacune d’elles comme des traverses qui consolident l’ensemble. Elle met en valeur les auteurs, « ces êtres de plume et d’air qui vivent déjà ici », en Féérie, ces « écrivains d’ici et d’ailleurs » brillamment traduits par Estelle Valls de Gomis, Sandrine Jehanno, Mélanie Fazi, Denis Labbé et Sire Cédric.

Avec cette anthologie : Traverses, Léa Silhol et la troupe des éditions de l’Oxymore ont su rendre à la Fantasy Urbaine ses lettres de noblesse.

Sans hésiter, Traversez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
laulautte
  04 juillet 2020
Le Dit de Frontier, Tome 1 : Musiques de la frontière de Léa Silhol
It seems no one can help me now

I’m in too deep

There’s no way out

This time I have really led myself away

Soul Asylum - Runaway Train



Pénétrer l’Univers de Léa Silhol par la bonne porte d’entrée, celle de Le Dit de Frontier est un billet aller simple. Pas moyen de sortir de ses profondeurs. Ma tentative de passer le seuil de la Trame par la porte Vertigen et le roman la Sève et le Givre a échouée, je n'avais alors pas toutes les clefs en main. Musiques de la Frontière - Le Dit de Frontier 1 est le passe-partout. Ce recueil des nouvelles Runaway Train - Il ne neige pas à Frontier - Arcane 1 / Le Magicien - Faire Surface - Comme une Balle - Encordés à la Nuit - La Ballade des Égarés - A Bout de Course - L'Encre, le Sang - Vado Mori - Voix de Sève - Comme marchent les Ombres, compile certes ces chroniques - dont il ne s'agit pas de leur première publication pour certaines - dans un désordre temporel comme les bribes d'un rêve, mais met l'Ami Lecteur sur la bonne voie, le mène sur ce chemin à sens unique, trop loin pour permettre à ceux qui croient aux fays de Faire Surface sans peine. 



I straight

I won’t crack

On my way

And I can’t turn back

I’m okay

I’m on track

On my way

And I can’t turn back

I  stayed 

On this track

Gone too far

And I can’t come back

I stayed

On this track

Lost my way 

Can’t come back

NIN – Even deeper - morceau introductif de Il ne neige pas à Frontier.



Frontier, cité utopique du bord du monde des USA, offre « une vision d’une beauté presque douloureuse […] de ce qui pourrait être un monde idéal », est en ce XXIème siècle la Terre Promise des fays qui ne s’enfoncent pas Comme une Balle dans l’hiver froid et amer des affres de la persécution. Il ne neige pas à Frontier. 

Ce refuge s’appellerait dans un autre univers L’Institut Xavier, sauf qu'ici il ne s'agit pas d'une école mais d'une cité. Shade, meneur de la révolte des enfants fays, ces changelins qui grandissent mystérieusement au sein de familles humaines, ne fait pas pâle figure face au Professeur. Les pouvoirs des fays peuvent être tout aussi terrifiants que des griffes rétractiles, qu'une vision à énergie cinétique, ou autres contrôles du métal et des pensées. Les bads fays, autrement appelées coucous, effraient et mènent ce même combat pour leur acceptation, leur liberté d'être et de vivre, dans les rues, Encordés à la Nuit, guns gravés de runes à la ceinture. 



Look

If you had 

One shot

Or one opportunity

To seize everything you ever wanted 

In one moment

Would you capture it 

Or just let it slip ?

Eminem – Lose yourself, morceau qui résonne Comme une Balle dans cette nouvelle.



Les fays ont su saisir leur chance. Prêts à tous les sacrifices, qui prennent des airs de Vado Mori ou de Ballade des Egarés, ils font couler L’Encre, le Sang,  dans et sur leur peau, pour A Bout de Course sortir de la noirceur de ce monde conformiste et trouver la paix à Frontier.



Léa Silhol nous conte une utopie enchanteresse qui fait du bien, regorgeant de personnages inoubliables et d'idées époustouflantes. Son Univers bastonne, est sombre et mélancolique, empreint d’onirisme, de magie, de poésie, empli d’espoir… et de Musiques. Les morceaux qui ont accompagné l’auteur dans son écriture ont sonné sans fausse note à mon oreille, les Voix de Sève de David Bowie, de Trent Reznor (dans un Juke Box!) ou encore d'Amy Lee ont fait l'effet d'un baume sur mon âme écorchée par ce monde intolérant et intolérable.

Un seul regret, celui de ne pas avoir pu imprégner plus profondément ma lecture avec la bande son composée par PFR, qui complète une édition "fission" limitée. Un autre membre du gang des éditions l’Oxymore est présent dans cette édition, Natacha Giordano signe une postface remarquable qui donne les clefs du vaste Univers, et permet d'apprécier l'ampleur du travail et le talent immense de l'auteur, Le Magicien.



Léa Silhol et les siens signent désormais leur travail sous le label Nitchevo Factory, dont le grand chantier est la réédition des ouvrages de l’auteur. Une qualité de fabrication à la hauteur de l’ampleur de la tâche, titanesque, avec des couvertures signées Dorian Machecourt de toute beauté.



A voler trop Près des Nids de Coucous (titre de la postface) on finit Comme Marchent les Ombres par demeurer à jamais sur le Seuil de la porte de l'Univers exceptionnel d'une véritable Fay. Je vais poursuivre mon chemin avec le tome 2, le roman Possession Point, et retrouver les douloureux amants Jay et Anis. Dans l'attente du troisième opus, Burn, en cours d'écriture, je vais quitter les USA pour le Japon et poursuivre la piste de fays, celles-ci, mangaka/samouraïs, dans le cycle de 4 tomes Seppenko Monogatari. Je prendrai des chemins de Traverses mais je m'en reviendrai toujours à cette symphonie littéraire qui brûle désormais dans mes veines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
alberthenri
  25 mai 2020
Mythophages : 16 Sagas d'hier et d'aujourd'hui de Léa Silhol
Parue en 2004 cette anthologie présentée par Léa Silhol, aborde la thématique des mythes anciens voire antiques.



Nous retrouvons des textes de noms connus des lecteurs et lectrices de littératures de l'imaginaire :

Karim Berrouka, Léo Henry, Jean-Philippe Jaworski, Jérôme Noirez, pour n'en citer que quelques uns parmi les seize auteurs et autrices présents.



Notons que depuis 2004, certains noms sont devenus incontournables de l'imaginaire littéraire français.



Comme presque toujours dans le cas d'une anthologie rassemblant diverses plumes, les textes ne sont pas tous de même intérêt, encore que cela soit aussi une question d'appréciation personnelle, car en revanche la qualité de l'écriture est présente dans chaque texte.





Une anthologie joliment illustrée par Frédérique Berthon.



Commenter  J’apprécie          190