AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ginkgo


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Ginkgo



Dernières critiques
Lecturespartagees49
  15 décembre 2017
Siméon l'ascenseurite de Petru Cimpoeşu
(Lecture partagée de 2013)



Littérature roumaine



Critique à venir
Commenter  J’apprécie          00
sylvierochon
  14 octobre 2017
La prophétie d'Abouna de Fawaz Hussain
Il s'agit ici du deuxième volet d'une trilogie autobiographique annoncée par l'auteur, après le remarquable " Les sables de Mésopotamie ".



Où se situe ce roman, paru en 2013, dans le parcours littéraire de Fawaz Hussain? "La prophétie d'Abouna " est le roman après lequel s'opère un changement dans la construction narrative des livres qui suivront ("Orages pèlerins" en 2016 et "Le rêveur des bords du Tigre" en 2017). Il est le roman dans lequel l'écrivain fait ressortir le contraste entre le rêve qui habitait un jeune étudiant universitaire en exil et les déceptions que la vie réserve à tous. En ce sens, c'est un roman sur le désespoir humain, sur les errances, sur l'impossibilité de véritablement prendre racine quelque part.



C'est un roman dans lequel la tristesse est poignante. Le petit garçon à qui Abouna (enseignant catholique) avait prédit un avenir radieux s'il allait à Paris, n'a rien perdu de sa curiosité et de sa naïveté lorsqu'il quitte le Kurdistan syrien pour la France. Mais, au fil des ans, le personnage de Mohamed se rend compte que ce qui se passe dans son pays (et les pays tout autour de la Syrie) met son peuple en danger et jette une ombre sur les exilés. Et Fawaz Hussain fait très bien voir le gouffre qui se crée entre les événements dramatiques qui surviennent au Proche-Orient et l'indifférence des Occidentaux face à cette violence. Cette indifférence qui s'ajoute au mépris largement affiché envers les migrants sera l'occasion, pour Mohamed, de prendre conscience de l'absence d'assises dans sa propre existence: faudra-t-il toujours être désigné comme un migrant, multiplier les preuves d'un savoir-être et d'un savoir-faire (après des études ayant mené au doctorat)?



Mohamed, dans son incertitude existentielle, fait des choix douteux pour sa propre vie. La relation amoureuse qui l'entraîne loin de cette France idéalisée a échoué. Là n'est pas le plus important puisque nombre de relations échouent. Toutefois, comment demeurer insensible au témoignage vibrant d'un père qui perd peu à peu ses droits sur son enfant alors que rien dans son comportement envers sa fille ne semble le justifier? Une souffrance aiguë qui va générer chez Mohamed un questionnement bouleversant sur le droit-à-être des exilés et particulièrement des Kurdes.



Il y a beaucoup de descriptions sexuelles dans le roman, ce qui était aussi le cas dans "Chroniques boréales" (L'Harmattan, 2000) et dans "Prof dans une ZEP ordinaire" (Le Serpent à plumes, 2006). La liberté sexuelle est un droit et Mohamed le revendique au nom de sa jeunesse, de ses frustrations passées et d'une confrontation avec la religion musulmane, qui est la sienne. Ici, Fawaz Hussain aborde encore une fois un problème sur lequel il faut que tous réfléchissent lorsqu'il s'agit de condamner les valeurs et les moeurs des musulmans, à savoir combien il est difficile pour l'individu de trouver sa voie, même dans la sexualité, alors que l'éducation en a édulcoré le sens. Actuellement, tout le travail littéraire de l'Algérien Amin Zaoui porte sur cette démystification de la sexualité chez les musulmans. Le Mohamed de "La prophétie d'Abouna" se cherche, n'a que peu de certitudes sinon celle que la littérature et Paris sont ses plus grandes maîtresses.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nrisovics
  22 septembre 2017
La Locomotive ivre et autres nouvelles de Mikhaïl Boulgakov
Boulgakov arrive çà Moscou sans le sou et nous souffre des nouvelles retraçant quelque peu sa trajectoire et l'état d'esprit, le système dans la Russie communiste des années 20.

A u menu lourdeur bureaucratique, ironie mordante et absurdité à bien des étages.

Intéressant, plein d'esprit mais très inégal.
Commenter  J’apprécie          20