AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions du chat noir


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions du chat noir


Dernières critiques
Mallou14
  09 août 2020
Le Tour d'écrou de Henry James
Je n’avais jamais lu Le tour d’écrou d’Henry James et c’est grâce à la réédition par les éditions du Chat Noir, illustrée par les beaux dessins de Mina M, que j’ai pu découvrir cette histoire qui m’intriguait depuis un moment. Lecture terminée, j’avoue ne pas trop savoir qu’en penser…



Le texte a été publié en 1898 pour la première fois, le style de l’auteur est assez narratif et faible en dialogue. Ce que j’ai plutôt bien apprécié, j’ai trouvé que cela donnait une certaine intensité à l’histoire.



Au niveau de l’intrigue en elle-même, j’ai directement pensé qu’il y avait très certainement quelque chose qui clochait chez Miles et Flora. Deux enfants trop sages, trop beaux, trop parfaits pour être vrai. Ça sentait le coup fourré à plein nez tout cela. L’institutrice qui débarque pour s’occuper d’eux est le personnage que l’on suit dans ses réflexions, c’est aussi elle qui a le don de voir les fantômes qui s’intéressent aux deux petits anges blonds.



Sur la fin, j’ai eu du mal à bien comprendre le délire de l’institutrice par rapport à l’exclusion de Miles de son collègue, ce pourquoi il revient au début de l’histoire, par rapport à ce qu’il aurait fait de mal ou non. Ça m’a complètement retourné le cerveau et je ne savais plus qui croire. Les enfants sont-ils vraiment diaboliques ou est-elle juste folle ? Ou un peu des deux ? Et je pense que c’est ça le gros point fort de cette histoire, cette incertitude qui plane encore après avoir terminé le livre !



Bref, Le tour d’écrou d’Henry James a mis mes élucubrations sans dessus dessous, je ne savais plus que croire. L’effet fut réussi car après avoir terminé l’histoire et fait quelques recherches d’analyses dessus et je n’arrive toujours pas à me décider de quel côté je suis, si toutefois il y en a un…
Lien : https://thenotebook14.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Carolivra
  09 août 2020
Waterwitch de Alex Bell
Waterwitch est un roman court destiné aux ados qui m’a servi de pause entre deux gros pavés. On suit Emma qui est en fauteuil roulant à la suite d’un accident. Sept ans après le drame, elle revient en Cornouailles pour dire un dernier adieu à sa grand-mère mourante. C’est l’occasion pour Emma d’aller sur les lieux de son enfance et notamment l’auberge de sa grand-mère, le Waterwitch, maintenant abandonnée et condamnée.



On raconte de drôles de choses sur cette auberge. Elle aurait été construite avec le bois de l’épave du Waterwitch, un bateau maudit par une sorcière. La grand-mère d’Emma défend à sa petite fille de se rendre dans l’auberge qui est hantée. Mais la curiosité pousse Emma à pousser les portes du Waterwitch…



Alex Bell plonge son lecteur dans une ambiance sombre, faite de légendes et de contes merveilleux. Mais dans ses contes, il n’y a pas de belles princesses et de valeureux princes. On a plutôt affaire à des sorcières vengeresses et des malédictions, des monstres tapis dans les ténèbres et des bruits suspects la nuit. Ce petit roman fantastique ravira les jeunes lecteurs du genre et saura leur procurer quelques frissons. Alex Bell reprend tous les codes qui nous terrifient durant l’enfance: le noir, les sorcières, les bruits étranges la nuit, les vieilles légendes oubliées. Les ados adoreront!



Elle aborde aussi des thèmes intéressants comme le handicap, la maltraitance infantile. Ces deux aspects sont bien développés et permettent d’aborder des thèmes délicats sans tomber pour autant dans le pathos.



Le seul bémol que j’apporterai au roman est sa traduction pas toujours à la hauteur. Il y a des erreurs grossières mais également un gros manque de structure dans la syntaxe avec une absence de négation correcte ou de recherche de vocabulaire précis. C’est dommage. Ce n’est pas parce que le roman s’adresse aux ados qu’il faut simplifier les choses. Au contraire, soyons exigeants!



« Waterwitch » séduira les plus jeunes d’entre nous en mal de sensations fortes.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Clem_YCR
  06 août 2020
Les amoureux de la lune de Lizzie Felton


Je ne vous cacherai pas que c'est, une fois encore, la très jolie couverture qui a attiré mon attention sur Les amoureux de la lune. Le résumé me laissait un peu plus incertaine, et c'est pour cette raison que j'ai mis un peu de temps à me laisser convaincre de lui donner sa chance. L'un des bienfait du COVID (si l'on peut dire) aura été de me faire découvrir Les amoureux de la lune, puisque c'est durant que le confinement que j'ai finalement craqué.

J'ai été happée par la plume de Lizzie Felton dans un univers qui m'est totalement inconnu : celui de la jeunesse dorée et de ses excès. L'élite de la société, où l'argent coule à flot mais où manque l'essentiel. Lucie est une ado qui m'a tout de suite parue détestable : gâtée par ses parents qui lui cèdent tout, ou presque, on a l'impression qu'elle considère que tout lui est dû. Le paraître est également essentiel pour elle, après tout, elle sort avec le plus beau mec de la capitale. Et puis...

Et puis Lucie est déracinée. Arrachée à son monde par la mutation professionnelle de son père. Elle boude. Un peu. Et elle se lie avec les jeunes du coin. Les jeunes de cette résidence huppée et ultra recherchée (certains restent plusieurs années sur liste d'attente avant de pouvoir acheter). Un monde à part quoi. Une communauté fermée sur elle-même, dans laquelle chacun rivalise de richesses. Villas immenses, plages privées, parents absents et décadence. Lucie est encore au lycée, mais elle côtoie des fêtes où l'alcool ne manque jamais.

Marie, Achille, Diego… Nous découvrons des adolescents attachants, perdus, en rupture. Des adolescents qui nous énervent et nous touchent en même temps. Et arrive Ulysse. Ulysse qui fascine et effraie à la fois.

Lizzie Felton nous offre un voyage onirique, poétique aussi par moment, et nous nous laissons bercer par le mystère, puis la magie qui percent à travers les pages. Mystère de cette famille Lovelasse, qui semble vivre la nuit et mener de bien étranges activités. Cette famille Lovelasse qui habite un manoir tout droit sorti d'un conte et qui fait surgir les idées les plus folles ! Magie des mots, magie de la beauté qui nous entoure, et que nous oublions (trop souvent). Magie de voir le monde autrement et magie du premier amour.

Lentement, mais sûrement, Lucie va se métamorphoser. Si, au départ, tout est encore basé sur le paraitre (puisque c'est la beauté magnétique d'Ulysse qui l'obsède), les sentiments naissant sont purs et tellement forts. Lucie se (re)découvre à mesure qu'elle ouvre les yeux sur le monde, et elle n'en devient que plus belle. Jeune-fille naïve, prête à accepter les règles qu'on lui impose pour passer du temps avec Ulysse, prête à croire à toutes les explications, aussi invraisemblables soient-elles, pour s'expliquer l'inexplicable. Ou alors pour ne pas envisager le pire ? Lucie est un peu trop crédule, mais elle est jeune et amoureuse.

C'est un roman tout en douceur, avec une pointe de fantastique (ou d'imaginaire); une pointe seulement. Un roman qui évoque l'art, à travers la peinture, la musique, l'écriture ou encore la couture. Mais également l'amitié et le poids du secret. Une ode à la vie, à travers un mal peu connu, mais surtout pour l'amour qui en ressort (de soi, des autres, de la nature…).

Ce qui m'a totalement conquise, ce sont les derniers chapitres. Les réactions de Lucie face à la vérité. Et surtout ce magnifique épilogue qui offre une fin (ou un départ) parfaite et si humaine à ce superbe roman. Je l'ai fini en larmes et en même temps étrangement apaisée.
Lien : https://sawisa.wixsite.com/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30