AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Taïfu Comics

Maison d`édition française fondée en 2004, Taïfu Comics est spécialisée dans l`édition de manga. En 2012 la maison se spécialise dans la publication de manga pour adultes, pour certains à caractère érotique et pornographique, notamment du style Yaoi.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Taïfu Comics



Dernières critiques
starmornielna
  14 octobre 2021
Let's be a family de Tomo Kurahashi
J’ai eu un immense (euphémisme) coup de cœur pour le sublime prequel Let’s be together, aussi il me fallait lire ce one-shot ! Sorti au Japon un an avant, en 2016, c’est donc la première fois que l’on découvre les personnages, maintenant adultes, dans ce joli manga qui parle d’homoparentalité.



Très amoureux, Chiaki et Kazuma sont ensemble depuis 8 ans mais ne vivent toujours pas ensemble, Kazuma ne le souhaitant pas. Cependant, leur petite vie se retrouve vite bouleversée lorsque Tomoe, leur amie de toujours avec qui ils ont grandi, revient les voir après plusieurs années enceinte. Une fois qu’elle a accouchée, Tomoe décide de leur laisser la petite Ayu pour repartir à l’étranger. Kazuma et Chiaki se retrouvent donc pères et vont devoir apprendre à s’occuper du bébé tout en conservant leur vie de couple.



On retrouve toute la douceur du trait de Tomo Kurahashi à travers ses jolis dessins toujours aussi expressifs. Même si le trait évolue beaucoup par la suite (pour donner les sublimes planches de Let’s be together), c’est toujours aussi beau ! Le manga est plutôt soft, mais il y a quelques scènes sexuellement explicites (et pleine de consentement ! ^^).



Si le fait de devenir responsable d’un enfant leur tombe dessus de manière soudaine, Kazuma et Chiaki s’investissent très vite dans leur nouveau rôle qui les oblige à ne plus fuir. Kazuma accepte donc qu’ils vivent ensemble et ils trouvent leur rythme rapidement dans l’éducation de la petite Ayu. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’homoparentalité est traitée ici, avec justesse et douceur, tout en évitant les écueils des clichés de genre... Kazuma et Chiaki me plaisent toujours autant !



J’ai aimé voir un peu de leur passé, c’était d’ailleurs drôle de comparer ces scènes avec leur développement dans le prequel. On sent que le lien qui les unissait tous les trois alors qu’ils étaient enfant n’a pas changé. Et même si Chiaki et Kazuma s’aiment, Tomoe sera toujours leur sœur et ils formeront toujours une famille ensemble.



Finalement, c’est une histoire vraiment touchante, de cette jeune mère célibataire dont on apprend petit à petit les origines de sa fille et dont on comprend pourquoi elle la laisse à Kazuma et Chiaki. Derrière l’apparente douceur et l’humour du manga se cache en fait beaucoup de pudeur pour traiter justement de sujets plus graves. J’ai beaucoup aimé la façon dont c’était fait, c’est pour le développement de ce genre de propos que j’aime tellement Tomo Kurahashi.



J’ai donc beaucoup aimé ce manga et je suis bien contente de l’voir finalement lu après les deux tomes de Let’s be together. Ainsi, j’ai pu trouver plus de profondeur aux personnages et j’ai aimé les voir adultes ! Je ne me lasse jamais des histoires de Tomo Kurahashi, aussi je ne peux que recommander à fond cette série, en espérant que le troisième prequel (quand ils sont à l’université) sortira rapidement chez nous !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MangaNews
  13 octobre 2021
Notre Paradis de Ari Uehara
Notre Paradis se présente comme un one-shot globalement pas désagréable, mais anecdotique. Il y a quelques bonnes idées, mais soit elles sont sous-exploitées, soit elles diviseront. Et dans tous les cas, le récit semble avoir peu de chances de vraiment toucher, tant tout y est abordé de façon lisse.
Lien : https://www.manga-news.com/i..
Commenter  J’apprécie          00
starmornielna
  07 octobre 2021
Notre Paradis de Ari Uehara
Voilà une histoire pleine de malaise que je n’ai pas beaucoup aimée. J’ai été attirée principalement par la couverture que je trouvais superbe, et le résumé m’avait bien plu aussi. Sauf que, voilà, entre des personnages trop détruits et le manque de consentement, ce n’était pas une histoire pour moi !



Un soir alors qu’il passe la nuit dans un cybercafé, Agei rencontre Takahashi et surtout Nahoko qui l’emmène avec lui. Nahoko, dont on ne verra jamais le visage, vit avec ces deux hommes qu’elle entretient en échange de faveurs sexuelles. Ils passent ainsi plusieurs mois à cohabiter dans l’appartement de Nahoko, qui appelle l’un ou l’autre en fonction de ses envies. Jusqu’au jour où elle ne rentre plus chez elle. Sans argent ni nourriture, les deux hommes doivent quitter l’appartement. N’ayant plus aucun repère, ils décident de rester ensemble, mais pourront-ils le rester ?



J’ai tout de même trouvé des choses intéressantes dans ce manga. Déjà, j’ai apprécié le dessin, le trait est fin et joli et les personnages expressifs. J’ai aussi apprécié le fait qu’on ne voit jamais Nahoko, même pas en photo. Elle est comme un fantôme, ou plutôt comme quelque chose d’irréel qui peut disparaître à tout instant autour d’eux, voire même comme un dieu dont les faveurs ne peuvent être éternelles… Mais voilà, à part ça, je ne me suis pas attachée aux personnages.



Que ce soit Agei ou bien Takahashi, j’ai trouvé qu’ils étaient très clichés. Ils sont trop émotionnellement détruits et trop dépressifs. C’est parfois si agaçant que ça donne envie de les secouer… Du coup, leur relation étrange ne m’a ni émue ni touchée, de même que les flashbacks sur leur passé. Honnêtement, je n’ai été surprise par aucun des développements.

Concernant l’aspect érotique du manga, à destination d’un public averti, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de scènes de sexes avec le cliché du personnage hypersexualisé, soumis, en manque affectif, qui accepte tout.



Et, évidemment, le gros du problème vient du manque de consentement dans le manga, avec pas moins de deux viols normalisés. J’avais l’espoir que ce serait dénoncé après la première scène de viol que l’on ne voit finalement pas vraiment, mais en fait pas du tout. Tout est normal, et le pire reste la deuxième qui couvre plusieurs cases… De manière générale, pour Agei, n’importe quoi se traduit forcément par du sexe, ça en devient parfois ridicule.



Ainsi, malgré de jolis dessins, je n’ai pas apprécié ce manga dont les thématiques ne correspondent pas du tout à ce que j’aime dans le BL. Je préfère quand il n’y a pas de problème de consentement, ou bien quand l’agression sexuelle et le viol, s’ils ont lieu au cours de l’histoire, sont dénoncés par l’auteur et non normalisés.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10