AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sociolitte


Sociolitte
  05 avril 2018
« Le salaud, c'est parfois un gars formidable qui renonce. »

« Mon traître », il s'appelle Tyrone Meehan. C'est un leader indépendantiste nord-irlandais important. Un héros, mais un traître aussi...

Je l'ai rencontré il y a presque neuf ans déjà. C'était en 2009, alors qu'il tentait de montrer à Antoine comment pisser sans éclabousser ses chaussures. C'était dans un roman bien sûr. C'était dans le roman « Mon traître » de Sorj Chalandon.

Revivre l'histoire de l'Irlande du Nord à travers ses combats pour la liberté dans les yeux de ces deux hommes que tout rapproche pour finir par être séparés par un abîme qui porte un nom, celui de trahison. Une faille. Superbement représentée dans cette adaptation illustrée. Pierre Alary effectue un travail libre de toutes contraintes pour dessiner les traits anguleux de ses personnages et colorer ses croquis de teintes ternes et chaudes à la fois, rendant parfaitement compte de l'atmosphère du roman initial.

Comme le dit lui-même l'auteur de cette BD : « Tout y est : la beauté, la force, la mort, la vie... ». « Les mots de Sorj Chalandon m'ont attrapé par le coeur. », écrit-il encore...
Laissons donc M. Chalandon nous inviter à commencer la lecture : « Voilà Tyrone, voilà Antoine, voilà les rues sombres, la brique, l'injustice, les teignes magnifiques, la pluie, la nuit des opprimés. Voilà l'Irlande et sa terrible beauté. Rien ne manque à l'injustice et à la colère. Rien ne manque à la sidération du trahi. Voilà l'histoire de cet ami, ce frère et ce traître pourtant... »

Sorj Chalandon, alias Antoine, et Tyrone, alias Denis. Une histoire vraie pour une vraie histoire d'amitié, de fraternité, de lutte, de combat, de mort aussi et de vie toujours...

Lu en janvier 2018.
Commenter  J’apprécie          11116



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (108)voir plus