AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Squirelito


Squirelito
  03 septembre 2019
« C'est un petit pas pour l'homme, un pas de géant pour l'humanité ». 21 juillet 1969

L'humanité… versus l'inhumanité.

De 1943 à 1945, seront fabriqués les V2, des missiles qui devaient révolutionner la guerre et dont l'armée nazie avait grand besoin. L'un des principaux ingénieurs développe un programme et la fabrication est effectuée par des déportés dans l'enfer impitoyable de Dora, des conditions de vie qui feront des V2 une arme plus destructrice par leur fabrication que par leur utilisation. L'un des ingénieurs responsables de ce programme létal s'appelle Wernher von Braun. Après s'être rendu aux alliés en mai 1945, il s'envole aux Etats-Unis quelques mois plus tard, et, devient l'un des pionniers de la conquête spatiale américaine, il sera, d'ailleurs, naturalisé en 1955. L'un des pères du 21 juillet 1969 est un nazi notoire, responsable de centaines de morts au camp de Dora.
Dora, d'comme Dora. Là, où a été déporté Paol, le grand-père de Jean-Luc Coatalem qui livre sa part dans un récit déchirant, mais également cathartique, sur cet aïeul disparu trop tôt dans le camp de Bergen-Belsen le 12 mai 1944.

Kergat. L'océan et son infini. L'immensité et ses espoirs. Mais aussi les vents contraires, les vents mauvais venus d'Est et qui vont souffler sur l'Europe dans les années 30 pour se transformer en une tornade destructrice quelques années plus tard ; une noirceur totale avec une grande faucheuse n'ayant aucune pitié pour le commun des mortels… et agitée par des mortels.
Au sein de cette géhenne belliqueuse, l'horreur va supplanter l'horreur avec son lot de crimes, de tortures… et de délations, délations qui arpentent les places, les rues, les ruelles… par vengeance, par jalousie. Paol en sera une victime en ce 1er septembre 1943, emmené sans ménagement par la Gestapo. de Brest, il passe à Compiègne, puis le 20 octobre, affaibli par les privations, les interrogatoires, les coups et autres maltraitances, c'est le départ vers l'Hadès final : Buchenwald, Dora, Bergen-Belsen.
Disparition. Silence. Silence de mort. Deuil inachevé…

Un récit romancé mais qui relate la pérégrination d'un petit-fils pour retrouver une trace de son grand-père dans le dédale de la deuxième guerre mondiale. Un grand-père qu'il n'a jamais connu et même peu entendu parler, son père s'étant enfermé dans le silence du souvenir.
Qui était Paol, né en 1894 ? Un combattant, un homme qui ne reculait devant rien. Il a connu quatre ans de guerre dans les tranchées, le corps à corps, la faim ; se battre dans la boue entouré de rats et de cadavres, parfois ceux de ses compagnons les plus proches. Puis, l'Indochine où il aurait peut-être mieux valu rester même si « le pays ne lui appartenait pas » et enfin le retour en Bretagne où il coulait des jours plus tranquilles en travaillant dans le civil même si la vie l'avait déjà fouetté en lui prenant un de ses enfants. Il restait ses deux fils mais l'un partira en Angleterre combattre et mènera une vie assourdissante, tant, que l'on pourrait croire en un personnage de roman. Et pourtant.
Et puis, il y a le dernier, Pierre qui grandira sans son père, seul avec sa mère Jeanne. Parce qu'il y a cette délation qui va conduire Paol dans un tourbillon mortuaire…

Face à cette tragédie universelle, mais également personnelle pour l'auteur, la narration cogne à chaque mot. Des phrases brèves, certaines elliptiques pour mieux signifier l'absence ou le désastre du parcours du déporté. le train de la déportation où déjà il faut résister, lutter contre le néant qui frappe mais un néant qui fait mal, qui serre, oppresse, humilie. Puis les camps, avec leurs administrations, leurs règlements, leurs cerbères avec tout le raffinement de la torture, des sévices, des crimes indéfinissables… Et le camp de Dora… là où « la conquête spatiale a commencé » selon la phrase de Robert Carrière, rescapé de ce camp créé en 1943 pour la fabrication des V2. Une galerie minière creusée par les déportés pour cacher la production des missiles et qui a été l'une des machines infernales du III° Reich broyant des milliers de vie.

En alternance, le lecteur découvre quelques passages plus légers sur les années asiatiques du grand-père mais aussi du père et du petit-fils. Une chevauchée lointaine comme des respirations nécessaires, celles qu'offrent les grands espaces, les territoires lointains et la référence surprise à Henry Jean-Marie Levet… comme une carte postale lancée depuis Bénarès…

La suite de l'histoire, on ne peut la raconter car elle se lit directement ; elle se lit pour comprendre combien le journaliste a eu envie d'en savoir plus sur cet inconnu dont les gènes sont en lui, pour comprendre le gigantesque travail de recherches effectué, pour comprendre les périodes de trouble, d'effarement mais aussi de retrouvailles par les archives et les mots posés sur des feuilles de papier. Réaliser également que Paol n'était pas seul, des milliers d'humains ont subi le même sort. Au nom d'une idéologie sans nom.

Depuis un crépuscule Jean-Luc Coatalem a semé vers l'aube des lumières des petits cailloux pour retrouver la trace de celui qui est « mort pour la France », pour colmater une douleur qui paraissait inénarrable, pour tendre la main vers l'invisible. Peut-être également pour colmater la souffrance de l'âme et quoi de mieux que la psyché de l'écrit. Parce qu'elle libère, parce qu'elle se partage. Et semer cette mémoire qui ne doit pas s'effacer et même être marquée, comme une pierre de Dora déposée sur la montagne de Menez-Hom…


Lien : https://squirelito.blogspot...
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus