AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La trahison de Rembrandt (14)

Lilou08
Lilou08   25 novembre 2015
– Mr Kapinski va bien ?
Les deux détectives échangèrent un regard.
– Est-ce que Mr Kapinski va bien ? répéta Philip en élevant la voix.
– Qui êtes-vous ?
– Je suis son avocat, mentit Philip.
Le policier lâcha son bras, le laissa entrer dans la chambre.
– Erreur, marmonna l’un des inspecteurs d’un air las. Vous étiez son avocat.
Philip tressaillit, baissa les yeux sur la masse inerte recouverte d’un drap.
– Puis-je le voir ?
– C’est-à-dire…
Pris d’un mauvais pressentiment, Philip interrogea l’inspecteur du regard.
– Eh bien, on lui a arraché les yeux… murmura le type.
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08
Lilou08   24 novembre 2015
– Ohé, Marshall ! appela quelqu’un dans Albemarle Street. Je savais bien que c’était toi…
Avec sa façon de marcher comme sur des œufs, Timothy Parker-Ross se hâta vers Marshall. Son ami l’étreignit avec tendresse, avant de le lâcher, l’air embarrassé.
– Désolé, Marshall, mais je suis si content de te voir… C’est triste, pour ton père.
– Moi aussi, je suis content de te voir, dit Marshall avec chaleur. Je te croyais à l’étranger.
– Je suis rentré… Et je ne tarderai pas à repartir. Tu me connais, j’ai toujours aimé les voyages…
– Je me souviens. Tout jeune, tu disais que tu voulais visiter chaque pays de la planète. Et apprendre toutes les langues.
– Eh bien, pour les langues, je ne dois pas avoir le cerveau fabriqué pour. Je n’ai jamais été un intellectuel… dit-il en riant, dépliant et repliant ses longs bras, tels des tentacules. En revanche, je passe ma vie en voyages. Il faut dire que j’ai le temps, et l’argent. Depuis la vente de la galerie, je roule sur l’or, ou presque…
Il promena son regard sur la rue, déserte à cette heure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
Un jour, un client m'a dit que la vérité absolue est un instrument qui n'appartient qu'aux virtuoses.
- que lui est il arrivé?
- je lui ait conseillé de se mettre au mensonge.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
S'il les avait peints sur un fond noir, les couleurs auraient été avalées. les peindre sur un fond plus clair permettait de faire ressortir la lumière de la base.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
Perdu quelqu'un. Pas égaré. pas oublié. perdu. Quelle preuve de négligence. de manque d'intérêt. Oh la cruauté des mots.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
Le Caravage fut le premier à fonder sa carrière hors de la lumière, mais sa force bestiale et sa violence le mirent au ban, alors que vint Rembrandt.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
Rubens par exemple privilégiait la lumière, on peut même dire qu'il la traquait dans toutes ses nuances, que ce soit pour représenter un animal sauvage ou une galerie de personnage.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
MonCharivariLitteraire   16 mars 2019
La carrière de Owen Zeigler était lancée. Non pas à la façon d'un puissant transatlantique, mais plutôt comme un frêle esquif maintenant son cap, en dépit des vagues scélérates déferlant sur le monde de l'art.
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08
Lilou08   24 novembre 2015
Ils s’appréciaient l’un l’autre, n’étaient pas dupes de l’humanité et savaient voir derrière les apparences. Flatté, valorisé, Teddy s’était révélé comme le support idéal, le parfait allié. L’espion exemplaire.
Et sans doute le seul homme de ce monde à connaître vraiment Owen Zeigler. À savoir tout de lui.
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08
Lilou08   25 novembre 2015
– Samuel, écoutez-moi…
– Ne me dis pas que tu t’inquiètes pour moi, répliqua sèchement Samuel. La dernière fois que nous nous sommes parlé, j’ai eu l’impression d’être Satan réincarné. En fait, tu as même laissé entendre que tu ne me faisais pas confiance.
– Je suis désolé, Samuel, vraiment. C’est tellement difficile.
– Ça l’est pour chacun de nous.
Marshall inspira profondément. Son intention n’était pas d’effrayer Samuel Hemmings, mais il voulait s’assurer de la sécurité du vieil historien. Vivre seul, qui plus est handicapé, dans une maison isolée n’était pas prudent dans les circonstances actuelles. Si Stefan Van der Helde, Owen Zeigler et Charlotte Garday, tous valides et en bonne santé, avaient été assassinés, Samuel Hemmings saurait encore moins se défendre.
– Vous devez aller à l’hôtel.
– Non.
– Samuel, je vous en prie !
– Et toi, Marshall ? Vas-tu te terrer dans un hôtel ?
– C’est différent…
– Parce que tu es jeune et bien portant ?
– Oui, admit Marshall. Et parce que je n’ai pas le choix.
– Depuis quand ? riposta Samuel. Qu’y a-t-il de changé ?
– Je dois trouver qui a tué mon père.
– Oublie ça, répondit Samuel, en essayant d’adopter un ton détaché. Si tu veux mon avis, c’est terminé. Je pense que le tueur a les lettres en sa possession.
– Non, il ne les a pas. C’est moi qui les ai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Quelle guerre ?

    Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

    la guerre hispano américaine
    la guerre d'indépendance américaine
    la guerre de sécession
    la guerre des pâtissiers

    12 questions
    1824 lecteurs ont répondu
    Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre