AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : édition de la paix (31/12/1950)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
babounette
  05 juin 2017
Alexander Foote, Les secrets d'un espion soviétique, traduit de l'anglais (Handbook for spies), Editions de la paix, 63 rue Vanneau, Paris 7ème, 1951.
Déniché dans la boîte à livres de ma commune.
C'est par hasard que j'ai trouvé ce très vieux livre fascinant, que l'on peut encore trouver sur internet. L'auteur, Alexander Foote (1905-1957), membre du parti communiste anglais, s'engage dans les Brigades Internationales, puis raconte comment il est tâté, soupesé, pour devenir insensiblement un espion au service de l'URSS. Il nous livre un fascinant témoignage de l'intérieur. Son premier poste est Munich, où il mange régulièrement dans le même restaurant qu'Hitler, lequel n'y est pas protégé. Il prépare un attentat qui aurait changé le cours de l'histoire, quand tout est remis en question car Staline s'allie à Hitler, pour le plus grand désarroi moral d'espions mus par un idéal antinazi. Notre espion est ensuite basé en Suisse, pays neutre. Son réseau obtient des succès remarquables. Par exemple, il prévient Moscou bien à l'avance de la rupture de l'alliance germano-soviétique par le Führer, et de l'invasion de la Russie par les armées allemandes. Il reçoit notamment des informations déterminantes d'un très haut placé dans l'Etat-Major allemand, par exemple sur la position et l'importance des troupes allemandes sur le front de l'Est, et leurs mouvements. L'auteur explique de l'intérieur la vie quotidienne d'un espion, les techniques utilisées, l'extraordinaire codage des informations, les précautions prises par les agents, les imprudences, la façon dont il a déjoué les agents doubles, et une foule de détails pittoresques et intéressants. Il finit par être arrêté par les Suisses, qui se proposent de le relâcher rapidement car il n'agit pas contre les intérêts suisses et bien qu'il refuse de parler, mais il supplie les Suisses de le garder en prison. Une libération rapide laisserait croire au Kremlin qu'il a parlé, et lui vaudrait d'être abattu par un autre réseau, ou de disparaitre en Sibérie. Il finit par être libéré, et est rappelé à Moscou. Les chapitres les plus intéressant sont les derniers, à partir du chapitre XVII, où cet idéaliste communiste découvre la réalité du communisme, les privilèges exorbitants de la nomenklatura, l'état policier, et la liquidation physique de ceux dont on doute. Il est choyé et assimilé aux généraux de l'armée rouge, et a de ce fait accès à des magasins spéciaux où les prix sont au moins dix fois plus bas que pour le peuple (p. 171). Il est cependant soumis à des interrogatoires intensifs pour s'assurer qu'il est toujours “dans la ligne”. Il ne songe pourtant plus qu'à fuir, et pour cela, le seul moyen est d'être renvoyé en mission à l'Ouest en feignant un zèle à toute épreuve. Il est finalement envoyé à Berlin, et le 2 aout 1947 – le mur n'existant pas encore – passe dans le secteur britannique, se rendant compte que “Partout où le Kremlin exerce son contrôle, c'est la suppression de la liberté de pensée et de parole, l'oppression policière, les épurations, les arrestations...” (p. 197). Les deux intérêts de ce livre sont d'une part tous les détails très concrets qu'il livre sur le fonctionnement d'un réseau d'espionnage, et d'autre part, la manière dont cet idéaliste communiste est complètement bouleversé et désenchanté par ce qu'il découvre en URSS. Tout ce en quoi il a cru s'écroule.
Pour plus de renseignements sur l'auteur, voir Wikipedia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
autres livres classés : espionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
801 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre