AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Salsa38


Salsa38
  08 mars 2018
"Pourvu que la nuit s'achève" est le troisième roman de Nadia Hashimi que je lis en l'espace d'une année, après "Si la lune éclaire nos pas" et "La perle et la coquille". Si j'ai beaucoup aimé les deux premiers, j'avoue avoir eu plus de mal à rentrer dans l'histoire pour ce nouveau roman, auquel j'ai trouvé beaucoup de longueurs, notamment dans la première partie.
A travers l'histoire tragique de Zeba, l'auteure traite de la condition sociale des femmes en Afghanistan, qui ne semble pas avoir beaucoup évoluée depuis l'époque où les talibans étaient au pouvoir . Les hommes y ont tous les droits et les femmes aucun, la religion y est souveraine, les coutumes pèsent très lourd.
Nadia Hashimi dénoue petit à petit le fil de l'histoire et lève le mystère sur le drame à l'origine de l'emprisonnement de Zeba. Au fil des pages, le lecteur passe par toute une palette de sentiments : l'injustice, la révolte, la compassion mais aussi l'espoir dans cette prison de femmes.
Malgré ses quelques longueurs, je vous conseille ce roman bouleversant, à l'écriture pudique et sensible, que l'on referme en se disant que l'on a beau être en 2018, certains pays ont encore du chemin à faire pour l'égalité des sexes et la justice ! Et on se félicite, en tant que femme, d'être née au bon endroit....
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox