AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de BazaR


BazaR
  18 septembre 2018
Nouveau wagon du train de la deuxième guerre punique. Une fois lancé, on n'a pas envie de descendre aux arrêts (moi en tout cas…). Ça vaut la peine que je précise que c'est encore du tout bon ?

Alors Minucius le bagarreur a fichu un peu la honte au dictateur Fabius l'attentiste. Il est à présent co-directeur (heu co-dicTAteur) et lance ses légions à l'assaut d'une colline qui ressemble au mont Ventoux point de vue végétation, c'est-à-dire qu'il n'a en a pas. En haut il y a les frondeurs (armés de fronde, pas des rebelles de l'époque Louis XIV, suivez quoi !) qui balancent des cailloux. En bon romain, les assaillants font le gros dos (la tortue chez eux).
Minucius se croit malin. Mais Hannibal, c'est Kasparov et Bobby Fisher réunis ; il a vingt-cinq coups d'avance. Ça fait un peu peur.
Alors, nouveau désastre pour les Romains ? Ben on va dire qu'ils auront connus pire, grâce à l'intervention entre autres de Scipion auprès de Fabius.

Puis on retourne à Rome pour de nouvelles élections au consulat après la dictature de Fabius. Et un nouveau candidat très sûr de lui et beau parleur fait son apparition. Il manipule bien l'opinion en jouant sur la carte offerte par Hannibal : le soupçon induit par l'absence d'attaque de ce dernier sur les terres de Fabius. Il est conscient du génie tactique d'Hannibal et veut l'écraser simplement sous le nombre.
On découvre aussi la fiancée de Scipion… une gamine. Fiançailles de raison plus que d'amour dirait-on.

Et voilà. Je deviens accroc. C'est grave ?
Commenter  J’apprécie          236



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (23)voir plus