AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Une enquête philosophique (17)

mariech
mariech   12 mai 2012
Je me faisais un peu l'impression de celui qui aurait donné un demi litre de son sang dans l'espoir de sauver une vie humaine pour découvrir que ledit sang n'était destiné qu'à un zoo soucieux de nourrir sa colonie de vampires du Brésil .
Commenter  J’apprécie          80
Balthazar21
Balthazar21   07 décembre 2015
Je leur tire toujours dans la tête. Pas seulement pour être sûr de ne pas les rater. Mais aussi parce que c'est la tête, la leur et la mienne, qui est à l'origine de tous nos ennuis: les leurs et les miens.
Commenter  J’apprécie          30
Balthazar21
Balthazar21   07 décembre 2015
Le coup de la folle de Jésus: il ne ratait jamais. Se retrouver obligée de consommer seule dans un bar était une situation qu'elle avait appris à maîtriser depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          30
Balthazar21
Balthazar21   07 décembre 2015
Au début des années 1990, l'analyse informatisée des enquêtes menées tout au long du siècle en Grande-Bretagne sur les meurtres multiples a permis à la criminologie statistique de constater que le taux de réussite en matière d'arrestations était beaucoup plus élevé lorsque les enquêteurs disposaient dans leur équipe d'un cadre supérieur féminin.
Commenter  J’apprécie          30
line70
line70   22 juin 2012
C’est cette aptitude rarissime à pouvoir entrer dans le tableau ou en sortir qui fait la spécificité de la lecture. C’est peut-être ce que voulait dire Keats quand, dans une lettre à sa sœur, il décrivait le plaisir qu’il y aurait à s’asseoir à une fenêtre donnant sur le lac Léman et à passer toute la journée à lire, offrant ainsi le tableau de quelqu’un qui lit. Offrant le tableau de quelqu’un qui lit… voilà une bien jolie phrase, qui en dit long. Tout à fait typique de ces romantiques, qui passaient leur temps à essayer d’échapper à eux-mêmes. Elle évoque l’image tellement puissante de quelqu’un qui non seulement vit dans les pages d’un livre mais s’y perd, oublieux du monde extérieur, de la main qui tourne les pages, et même de l’œil et du champ visuel censés transmettre l’information imprimée au cerveau. Sans livre, je suis enchaîné à la terre, la lecture fait de moi un Prométhée dé-livré.
Commenter  J’apprécie          30
Balthazar21
Balthazar21   07 décembre 2015
Seule la perspective de la mort - la sienne ou celle des autres, peu importe - donne une réalité à la vie. La mort est notre seule certitude. A la mort, le monde ne change pas, mais cesse. La mort n'est pas un événement de la vie. En revanche, l'assassinat, lui, en est un.
Commenter  J’apprécie          20
bilodoh
bilodoh   17 décembre 2013
Si l’on peut dire « vivre dans les pages d’un livre », [...] c’est parce que le corps humain n’est plus essentielle pour le l’expérience arrive. Je dirais même que certaines de mes expériences les plus marquantes se sont produites dans les pages d’un livre. Des expériences qui ont affecté ma vie.(p.234)
Commenter  J’apprécie          20
bilodoh
bilodoh   17 décembre 2013
Toute description en disait autant sur celui qui la faisait que sur celui qui en était l’objet. (p. 104)
Commenter  J’apprécie          20
Tiguidou
Tiguidou   13 février 2019
Toute vérité n'est pas aussi douce à entendre que le chant de l'oiseau,toute découverte n'est pas forcément la bienvenue au royaume de l'occulte, toute lumière n'est pas forcément bien accueillie au royaume de l'ombre.

Platon à Dyonisius.
Commenter  J’apprécie          10
daniel_dz
daniel_dz   05 février 2018
J'ai pris mon petit-déjeuner et j'ai parcouru les journaux du dimanche, à la recherche d'un article qui parlerait de moi. Comme d'habitude, j'ai trouvé sans peine --c'est un problème de quantité: il suffit de tuer beaucoup de monde et vous n'avez aucun mal à faire la une des journaux.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Bernie Gunther, un privé chez les nazis...

    "Je ne suis pas un nazi. Je suis un Allemand. Ce n'est pas la même chose. Un Allemand est un homme qui arrive à surmonter ses pires préjugés. Un nazi, quelqu'un qui les change en lois" On m'a viré de la Kripo en 1934, et comme il faut bien vivre, je me suis retrouvé déguisé en privé dans l'établissement le plus select de Berlin :

    Hôtel Savoy
    Hôtel Berlin
    Hôtel Regent
    Hôtel Adlon
    Hôtel Otto

    10 questions
    74 lecteurs ont répondu
    Thème : Philip KerrCréer un quiz sur ce livre