AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Citations sur Défendre Jacob (54)

Crazynath
Crazynath   03 juillet 2018
Le cerveau de l'ado est le théâtre d'un bras de fer incessant entre bêtise et intelligence.
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz
Ziliz   25 octobre 2012
La taille [de mon fils], sa ressemblance avec moi, la probabilité qu'il allait s'étoffer et me ressembler plus encore, tout cela m'anéantissait. Tout père connaît ce moment déroutant où il voit en son enfant un double bizarre et déformé de lui-même. Comme si, l'espace d'un instant, nos identités se superposaient. On a, face à soi, en chair et en os, l'idée, la conception que l'on se fait soi-même du jeune homme qu'on a été. C'est soi sans être soi, un être familier autant qu'inconnu. C'est soi remis à zéro, rembobiné ; et, en même temps, aussi étranger et impénétrable que le premier venu. (p. 320-321)
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz
Ziliz   24 octobre 2012
Cela me faisait bizarre de penser que, dans quelques années, [mon fils] Jake me quitterait. Il partirait faire ses études et mon temps serait révolu, celui où j'étais père au jour le jour, en permanence sur le pont. Je le verrais de moins en moins, puis notre relation se réduirait à de rares visites pendant les vacances et les week-ends d'été. J'avais de la peine à me l'imaginer. Qu'étais-je si je n'étais pas le père de Jacob ? (p. 30)
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz
Ziliz   24 octobre 2012
Les présomptions ne vont jamais toutes dans un seul sens, pas dans une affaire aussi compliquée que celle-là. C'est d'ailleurs le problème. On n'a pas assez d'informations, le dossier est incomplet. Il n'y a pas de schéma clair, de réponse évidente. Alors les inspecteurs font ce que tout le monde fait : ils se fabriquent une histoire dans leur tête, une théorie, et ensuite ils vont consulter le dossier pour trouver des preuves de ce qu'ils avancent. Ils arrêtent d'abord un suspect et ensuite ils cherchent un élément pour l'inculper. Du coup, ils se désintéressent des éléments qui en désignent d'autres. (p. 93)
Commenter  J’apprécie          100

Analire
Analire   27 septembre 2013
Un mariage réussi tisse derrière lui une longue traîne de souvenirs. Un seul mot, un seul geste, une intonation peuvent faire remonter tant de choses du passé.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz
Ziliz   25 octobre 2012
On réserve aux parents des jeunes accusés un étrange purgatoire lors de ces procès. Nous devions être présents, mais muets. Dans le crime de Jacob, nous étions impliqués à la fois comme victimes et comme auteurs. On nous plaignait, puisque nous n'avions rien fait de mal. Nous avions simplement joué de malchance, perdu à la loterie des grossesses et hérité d'un enfant perverti. Spermatozoïde + ovule = meurtrier - quelque chose comme ça. On ne pouvait rien y faire. En même temps, on nous méprisait : il fallait bien que quelqu'un réponde de Jacob, or nous l'avions engendré et élevé, et nous avions donc forcément fait quelque chose de mal. Pire, nous avions maintenant le front de soutenir ce meurtrier ; nous cherchions son acquittement, ce qui ne faisait que confirmer notre nature antisociale, notre méchanceté foncière. Le regard du public sur nous était si contradictoire et si chargé d'émotion que nous ne savions comment y répondre, quelle réaction avoir. Les gens penseraient ce qu'ils voudraient, ils nous prêteraient la noirceur ou la souffrance intérieures de leur choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shan_Ze
Shan_Ze   30 mars 2014
A un moment donné de notre vie adulte, nous cessons d'être les enfants de nos parents pour devenir les parents de nos enfants.
Commenter  J’apprécie          80
Ziliz
Ziliz   25 octobre 2012
Quand on est parent, on s'exprime souvent avec une crânerie ridicule lorsqu'il s'agit de ses enfants. On jure pouvoir encaisser toutes les injustices, relever tous les défis. Aucune barre n'est trop haute. On ferait tout pour nos petits. Mais personne n'est blindé, les parents moins que les autres. Nos enfants nous rendent vulnérables. (p. 309)
Commenter  J’apprécie          70
Ziliz
Ziliz   25 octobre 2012
Je revis Jake bébé, être minuscule et précieux, tout beau, tout blond, avec ses grands yeux. En songeant que cet adolescent, cet homme-enfant, ne faisait qu'un avec ce nouveau-né, j'eus l'impression de faire une découverte, de ne l'avoir jamais su. Le bébé ne s'était pas transformé en adolescent ; il ETAIT déjà l'adolescent, la même créature, identique à ce qu'il serait. C'était ce bébé-là que j'avais tenu dans mes bras. (p. 211)
Commenter  J’apprécie          70
ChristopheBrestois
ChristopheBrestois   22 septembre 2018
Le même système hiérarchique, qui déjà l'obligeait (NDLR le flic) à faire appliquer un système grotesque, lui imposait maintenant de s'incliner devant un magistrat massif et ridicule en costume bon marché, qui n'avait qu'une vague idée de ce qu'était un flic, qui ne savait pas que le travail des flics ne se retrouvait qu'en proportion infime dans les dossiers transmis à des procureurs ignares et virginaux, cloîtrés dans leur tribunaux comme des nonnes dans leurs couvents.
Commenter  J’apprécie          61





    Autres livres de William Landay (1) Voir plus




    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    2452 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre