AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Skritt


Skritt
  12 décembre 2011
Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Livraddict et Folio pour ce partenariat.

Le Haut-Lieu est un recueil de nouvelles de Serge Lehman, auteur de Science-Fiction doué.

Dans le Haut-Lieu, le personnage principal est confronté à son propre esprit, il s'enferme psychologiquement et physiquement entre les murs d'un appartement. Dans le gouffre aux chimères, une équipe d'agents secrets traquent l'essence même de l'art chez les citoyens.

Dans La chasse aux ombres molles, le personnel d'une entreprise d'un service particulier se doit de connaître les attentes de tous les employés, mais l'un d'eux se pose une question primordiale. Dans Supersience, Metropolis est une ville construite sur une base artistique. Il en ressort que suite à l'hitlérisme dont on n'imagine que les idées ont été poussées jusqu'à leur finalité, la ville retrouve les oeuvres de ce monde parallèle qu'est le nôtre. Dans Origami, un employé en passe d'une promotion d'une société participe à un séminaire particulier. Dans La régulation de Richard Mars, un esprit supervise l'univers et collabore avec un peuple de rats, dont la correspondance avec l'homme est aisée.

Dans ce condensé de l'oeuvre de Serge Lehman par ses nouvelles, on ressent une forte inspiration de H.P. Lovecraft pour les univers que l'homme crée par la seule force de son esprit, et les mondes parallèles dans lesquels pullulent des monstres abjects. Mais son écriture est bien différente. Malgré son étrangeté et l'originalité de ces nouvelles, la plume de l'auteur est fluide. La première nouvelle, qui dure une centaine de pages, sur le seul thème de l'enfermement en est le parfait exemple. Elle se lit d'une seule traite sans décrochage à la lecture, l'auteur arrivant à tenir en haleine le lecteur alors que la fin reste assez prévisible. D'ailleurs, ces nouvelles ne se lisent pas pour un dénouement déroutant mais pour la complexité des idées mises en oeuvre. Mais la référence de Lovecraft n'est pas unique. Les rats reviennent souvent dans son oeuvre ainsi que les références à George Orwell dans 1984. On imagine alors que certaines de ces nouvelles sont une vision probable de notre futur très lointain, une manière de créer un univers possible et effrayant.

Des nouvelles d'une grande qualité, à l'originalité marquée, la découverte de cet auteur que je ne connaissais pas fut un réel plaisir de lecture.

Je remercie Livraddict et Folio pour ce partenariat.
Lien : http://skritt.over-blog.fr/a..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (2)voir plus