AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'Homme du Jeudi (22)

Taktik
Taktik   19 août 2015
"Personne ne peut vous procurer le bien-être si vous ne l'avez pas déjà en vous" - Sandro Veronesi. (Page 220)
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Quand on hésite, il se crée une forme de vide, de sensation ­désagréable, qu’on nie ou qu’on fuit. J’ai malgré tout continué à hésiter, jusqu’au moment où j’ai conclu qu’il ne servait à rien de remuer les cendres.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
La vie, comme l’amour, comme les saisons, ne se chargeait-elle pas de réparer elle-même les injustices ?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Elle avait même, sous le couvert de la plaisanterie, employé le mot narcissique. L’adjectif l’avait heurté. Il se considérait comme un homme qui accomplissait un travail ingrat, tout le contraire d’un bellâtre s’admirant dans une mare. Geneviève avait précisé sa pensée : son rôle de protecteur, endossé d’abord envers sa mère, puis envers la société, n’était pas désintéressé, mais plutôt le reflet d’un besoin d’amour et de considération. Ce rôle lui pesait, l’alourdissait. S’il voulait être heureux, libre d’aimer, il devait se libérer de cette ombre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Je ne suis pas une poupée gonflable, je ne suis pas un concept, je ne suis pas ta mère, je suis une femme ! Une personne !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Notre souffrance d’adulte n’est jamais que l’écho d’une souffrance ancienne.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
On n’a jamais envie de révéler sa lâcheté.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Pour lutter contre le sommeil et se donner du courage, il se représentait la mobilisation de son organisme. Son cerveau et ses reins avaient depuis longtemps sonné le branle-bas de combat. Ses vaisseaux périphériques se contractaient pour concentrer le sang vers les organes centraux. Son hypophyse sécrétait des flots d’hormone antidiurétique, ses surrénales, de l’épinéphrine et du cortisol. Ses reins concentraient l’urine pour maintenir la circulation et la tension artérielle. Son foie relâchait du sucre à partir de ses réserves de glycogène. Malgré tout, il brûlait déjà ses protéines, comme un ­locataire qui jette le mobilier au feu pour se chauffer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Chez l’homme, le mal s’exprimait de façon plus gratuite, comme s’il s’agissait d’un prolongement des pulsions sexuelles et agressives. Si elle gardait assez d’autocritique pour tempérer ses opinions, elle n’avait pas craint de s’en ouvrir à Surprenant, qui y avait vu une marque de confiance.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   24 avril 2014
Les femmes commettaient bien sûr des crimes, mais elle gardait envers elles un préjugé favorable : les délinquantes, les criminelles réagissaient à des blessures profondes ou à des situations intolérables
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1762 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre