AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de RenoRaiden


RenoRaiden
21 mai 2017
Comment faire une suite à Fight Club ? Pari impossible selon moi et Chuck Palahniuk a réussi à me détromper sur ce sujet. En lisant le scénario j'en aurais bavé d'envie : « Jack » devenu « Sebastian » vit sa petite vie de banlieusard avec une Marla Singer frustrée qui rève de faire revenir Tyler Durden, le révolutionnaire qui l'avait tant séduite. Pour se faire elle diminue les doses de cachets de son mari à son insu. Si le postulat de départ semblait une bonne idée, Palanhiuk va vite sombrer dans un scénario complètement raté : Fight Club 2 est (selon moi) l'expression de la frustration d'un écrivain qui a vu le film adapté de son roman devenir plus culte que le matériau de base.

L'auteur passe son temps à référencer le film aux moyens de reprises de scènes dans le second opus que ça soit des plans de caméras repris à l'identique ou carrément des dialogues, comme une manière de dire « ouais ok, le film est bon, mais moi aussi je peux le faire » sauf que ça ne marche pas, parce que ces références on les connaît déjà. le second point négatif vient du fait que Palanhiuk flingue lui-même un tas de choses qu'il a mise en place et qui étaient irréversible après le premier opus (vous savez de quoi je parle et non je ne spoilerais pas. Enfin le livre est totalement incohérent, un tas de scènes sont totalement irréalistes et ne sont explicable par le biais de la blague méta, car, oui Chuck Palahniuk lui-même est dans le livre et se permet de jouer les deus ex machina en choisissant lui-même de changer tel ou tel truc. Pire encore l'auteur nous gratifie d'une scène ou il rencontre son lectorat (nous) en prévoyant que le livre allait créer une réaction de tôlé et le résultat est un énorme mollard craché à la gueule de tout ceux qui ont lu et/ou vu le premier opus : nous sommes représenté par des décérébrés arborant des pin's aux slogans de Tyler Durden, parce qu'évidemment nous sommes incapables de faire la part des choses.

Ce qui est ironique c'est que Palahniuk semble dynamiter son premier opus juste pour que nous collions à l'image des fans qu'il décrit dans son oeuvre, sauf que s'il avait décidé de faire une suite valable nous n'aurions pas été aussi en colère, faire un étron et prétendre avant sa sortie que les gens ne vont pas aimer c'est comme si je lâchais un stylo par terre en prédisant qu'il va toucher le sol. Ce livre passe son temps à cracher sur le lectorat de la première heure et sur son premier opus et encore une fois j'ai la sensation que Palahniuk est le premier conscient que le film du génial David Fincher est devenu plus culte que le roman et que ça frustre l'auteur au point qu'il reprend des parties du film pour finir par flinguer l'histoire à la fin. Bref oubliez ce second opus et regardez le film qui est et restera visiblement à jamais la meilleur adaptation .
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle