AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Alfaric


Alfaric
  04 avril 2014
Un livre Jeunes Adultes français de très bonne facture. Dans un univers tropical, la Cité des Six Clans est une oasis de prospérité au sein d'un désert sans fin. Elle est partagée entre Sourciers, Planteurs, Dresseurs, Façonniers, Couteliers et Guérisseurs qui travaillent de concert pour le bien de la Cité. Nous y suivons une jeune paria qui vient de perdre son partenaire dans le travail et dans la vie. Obligée de se faire déterreuse de cadavres, elle va toucher de trop près d'inavouables secrets... Car la Cité des Six Clans n'existe que grâce à la magie, et celle-ci ne semble plus aussi bien marcher qu'avant.
Marie Pavlenko se la joue "Dune" de Frank Herbert (l'ouvrage de SF le plus proche des codes de la Fantasy ?) : elle nous immerge dans un univers intéressant avant de le détruire complètement dans une ambiance très lutte des classes ! (vous savez, le truc qui est censé ne pas exister, mais que les certaines élites déclarent être en train de gagner…)

Je n'ai pas encore lu les ouvrages YA de Brandon Sanderson, mais franchement le mélange action / intrigue / thématiques sociales qu'on retrouve dans ses autres ouvrages en est assez proche. Sauf que l'auteur américain tire à la ligne, alors qu'ici on a un roman d'une grande densité mené tambour battant. On courre presque tout le temps et on ne s'arrête que rarement. Les événements sont en branle dès les premières pages et le destin est en marche avant même ces dernières !
La prose percutante est une grand force mais peut éventuellement être aussi un point faible car le style hyperimmersif est volontairement constitué de phrases courtes qui s'enchaînent vite voire s'entrechoquent. En nous racontant sa propre histoire, on craint, on souffre, on vibre, bref on vit avec elle le temps de lire les 430 qui constituent le roman.

Avec ce rythme effréné difficile de développer et approfondir le background (notamment les jeux de pouvoirs entre Clans), pourtant l'auteure parvient à nous offrir un livre de Fantasy avec un univers plaisant, avec un cadre et une ambiance réussis. Pour ne rien gâcher les nombreux personnages de ce roman indépendant le sont vraiment pas mal du tout. On fait la part belle aux personnages féminins, et cela tombe bien car ils ont tous bien campés.
Il est d'ailleurs assez symptomatique que le personnage masculin le plus présent soit Arkadi, le camarade handicapé d'Erine, autour duquel on est sûr qu'aucune romance bidon ne sera nouée. Car l'auteure ne tombe pas dans le piège traditionnel de ce genre d'ouvrage : exit les triangles amoureux qui permettent de tenir la jambe des lecteurs en tirant à la ligne…
Pourtant des triangles amoureux, ici il y en a deux :
- plein champ nous avons une adolescente qui essaie de retrouver avec son amant mentor plus âgé une figure paternelle bienveillante
- hors champ nous avons une adolescente qui essaie d'échapper avec son amant complice plus âgé à une figure paternelle malveillante
L'intrigue n'est absolument pas parasitée par ces romances car l'un est déjà mort et l'autre meurt assez vite.
Ce sont 2 adolescentes qui vont devoir s'en sortir par leurs propres moyens. Et je dois reconnaître qu'à ce jeu là, Erine est une héroïne forte et courageuse qui vaut largement une dizaine de Katniss Evergreen ("Hunger Games") car elle se prend en main, mieux elle prend son destin en main !
A noter aussi Diulé, chef des Orklas du Sud, dont les propos est les projets n'ont à rien à envier à ceux d'Arlette Laguiller, 6 fois candidate aux élections présidentielles sous les couleurs de Lutte Ouvrière ! Bref, on parle bien du Grand Soir de la Cité des Six-Clans. Et cela fait du bien un peu de réflexion sur la lutte des classes dans un monde de pensée unique assez pour ne pas dire très bourgeoise.

Comme toujours, tout n'est pas parfait évidemment :
- quand le secret de la Cité des Six est éventé, on explique le pourquoi du comment avec des indices peu mis en avant auparavant, alors que d'autres assez évidents sont passés sous silence
- on va vite, très vite, trop vite… le whodunit fait son effet, mais en aurait eu encore plus s'il on avait pris un peu plus de temps pour l'amener et c'est un peu la même chose pour les mystères (révélés en bloc lors des rares pauses que fait l'intrique dans des passages explicatifs qui tranchent un peu avec le reste), ou pour l'affiliation de certains protagonistes du roman (grosso modo un qui roule pour qui ? avec les jumeaux Sootar et Loltar, il y avait de quoi faire…)
- la manière dans la ville bascule dans le chaos m'a parut un peu précipitée, mais est-ce du aux contraintes du format choisi ou a de réelles maladresses, je serais bien en peine de trancher…
- on se retrouve pour mieux se perdre (ah ça on meurt souvent dans le roman, et parfois assez salement !)
Le choix de tout montrer par les yeux d'Erine est assumé, mais du coup les autres personnages font un peu léger…

C'est à regret que j'ai conclu l'aventure mais je suis heureux d'avoir découvert l'imaginaire de Marie Pavlenko. Et pourtant, je suis loin d'être le client idéal pour tout ce qui touche aux ouvrages YA.
L'univers et les personnages sont plein de promesses : on a vraiment envie de les retrouver. D'ailleurs les prophéties du voyant Chiros sont l'un des éléments qui pourraient laisser penser qu'on avait prévu une suite qu'on ne lira sans doute jamais… C'est bigrement dommage !
Commenter  J’apprécie          172



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (15)voir plus