AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de JustAWord


JustAWord
  13 août 2019
Emmanuelle Pireyre est une artiste protéiforme. À la fois écrivaine, poétesse, autrice de théâtre et de fictions radiophoniques ou encore performeuse et conférencière, difficile de ne pas trouver une discipline où la française ne s'est pas illustrée ces dernières années.
Après son remarqué Féerie Générale (Prix Médicis) en 2012, elle nous revient pour la rentrée littéraire, toujours aux éditions de l'Olivier, avec un ouvrage inclassable et inattendu : Chimère.
Et pour vous en parler, nous allons patiemment décortiqué ses personnages et son histoire pour le moins…déroutants !

L'humour au temps des OGMs
Chimère comprend plusieurs fils narratifs qui en font une sorte de pelote de laine humoristique à la réflexion aussi dense qu'un film d'auteur roumain.
Tout d'abord, nous suivons le double littéraire d'Emmanuelle que l'on nommera Emmanuelle-bis, une écrivaine française qui semble particulièrement effrayée par les films d'horreur regardés par ses enfants (sans se rendre compte de la profondeur du genre ni de ses subtilités sociales et anthropologiques) et qui se veut rationnelle avant tout.
Un beau jour, contactée par le journal Libération, elle se met en tête d'écrire un papier sur les OGMs, son film d'horreur moderne à elle.
Partant à la rencontre de Tatiana et Brigitte, deux scientifiques aux antipodes l'une de l'autre, elle se penche sur les fameuses chimères, des hybrides hommes-animaux de moins en moins science-fictifs mais qui n'atteignent pas encore les fantasmes les plus fous d'H.G Wells et de son docteur Moreau, loin de là.
De façon tout à fait inattendue, Emmanuelle-bis est conviée ensuite à une conférence de citoyens où des citoyens européens tirés au sort dans chaque pays de l'Union se penchent sur un sujet précis. Celui de la France a pourtant de quoi surprendre (tout en permettant de mettre au pas ces bouffeurs de grenouilles prétentieux) puisqu'ils vont devoir s'intéresser à la notion de…Temps Libre.
Une occasion en or pour Emmanuelle-bis qui était déjà sous le charme des idées de Jacques Testart (l'homme à l'origine du premier bébé-éprouvette) arguant qu'aujourd'hui que la science devrait être encadrée par le citoyen puisqu'après tout, c'est ce même citoyen qui la paye sur ses impôts.
Une idée fumeuse qui oublie bien vite le cancer moderne des fake news et qui ouvrirait la porte à des interdictions vaccinales ou le retour en force de l'homéopathie. Un joyeux programme pour les générations futures.
Pour discuter de ce genre de notion et d'idées, les différents pays impliqués dans ces conférences de citoyens réunissent des gens de tous horizons.
Côté français, on retrouve une candidate à Koh-Lanta, un entrepreneur particulièrement zélé, un employé d'Amazon fumeur de cannabis ou encore une psychanalyste musulmane. Une réunion surréaliste qui ne serait pas complète sans la présence de Wendy, une Manouche rêvant d'ouvrir les yeux aux gadjés/paysans (comprendre par là les non-Manouches) pour les ramener sur la voie du Seigneur et remettre l'Europe sur le devant de la scène. D'ailleurs, les Manouches ne seraient-ils pas les seuls vrais Européens digne de ce nom en faisant fi comme ils le font de toutes les frontières étatiques ?
Et si tout ce joyeux bordel n'était pas encore assez farfelu, voilà que Tatiana, obsédée par la création d'un hybride homme-chien parvient à donner naissance à Alistair qui se retrouve dans les pattes de Brigitte, une normopathe adoratrice de Rohmer réajustant constamment la norme pour conserver sa petite vie aseptisée (et un peu chiante, il faut bien l'avouer).
Si vous avez suivi jusque là, soyez pourtant certains qu'il vous reste pas mal de choses à découvrir dans Chimère, de l'eurodéputé dépressif au guérisseur Manouche en passant par Jean-Claude Juncker lui-même, excusez du peu.
Dans cette folie littéraire, où veut bien en venir Emmanuelle Pireyre ?

La réflexion démocratique et ses limites
Même si l'on peut ne pas être d'accord avec toutes les opinions d'Emmanuelle-bis, Chimère procure une sensation étrange au lecteur dès le départ. Prenant au dépourvu par sa propension à mettre le peuple Manouche en avant grâce à l'utilisation du personnage truculent de Wendy, le roman mélange à la fois l'essai et le romanesque, le burlesque et l'horreur.
D'un côté, Emmanuelle Pireyre vient nous parler d'un sujet grave et qui fait froid dans le dos, à savoir la création d'êtres hybrides humains-animaux, mais elle le fait par l'intermédiaire d'Alistair, un homme-chien (ou un chien-homme, comme vous voulez) féru de critique et amateur d'Eric Rohmer qui n'a pas grand chose d'effrayant si ce n'est son physique repoussant et sa propension à surchauffer. L'utilisation de l'humour par le récit permet de dédramatiser et de poser de façon plus rationnelle la réflexion en évitant de tomber dans la caricature horrifique pure et dure, comme lorsque l'on croit naïvement que le film d'horreur n'est qu'un ramassis de gore et d'outrances picturales à même de traumatiser les jeunes.
Pourtant, Chimère pose de nombreuses questions sur notre gestion des OGMs qui ont d'ors et déjà percé nos défenses et se répandent comme un cancer dans nos cultures. Sommes-nous prêts à risquer le même désastre avec des organismes de chair et de sang ? Pas sûr.
Chimère, surtout, réfléchit sur la façon de s'interroger sur ces sujets graves et sensibles grâce aux conférences citoyennes, maître-étalon de la démocratie participative, et sur ses limites. le constat ici semble assez alarmant, surtout au regard du Conseil Européen, géant aux pieds d'argiles qui reste beaucoup trop passif (ou corrompu) face aux menaces extérieures.
Pour autant, doit-on tout rejeter en bloc et avoir un contrôle total sur la science ? Comme on l'a dit plutôt, voilà bien une idée désastreuse surtout quand la populace en question est plus portée sur le mythe que le tangible, sur les témoignages biaisés que les études en double aveugle de forte puissance.
Entre laxisme total et contrôle populaire (ou totalitaire), où placer le curseur pour la science moderne ?

Une certaine idée de l'Europe
L'autre élément croustillant et souvent à mourir de rire, c'est la narration Manouche choisie par Chimère qui, pour une bonne moitié, passe son temps à ériger le peuple Manouche comme le modèle Européen du futur.
Une idée farfelue que de faire de ces gens très souvent détestés et au mode de vie incompris par les gadjé une référence internationale.
Ce qui amuse surtout, c'est le sentiment de ces Manouches qui voit les gadjés comme des gens sales, vulgaires, imbéciles et sans aucun respect pour les autres. C'est à peu près tout ce que pense les gens ordinaires de ce peuple envahissant, irrespectueux, sale et vulgaire (a-t-on oublié des clichés dans cette liste ?) !
En retournant la situation sociale avec son humour coutumier, Emmanuelle Pireyre offre une composition déroutante qui illustre la proximité de deux civilisations-miroirs et qui semblent se détester exactement pour les mêmes raisons.
Reste cependant que la notion même de peuple Européen s'applique théoriquement bien plus sûrement aux Manouches qu'aux citoyens des différents pays européens.

Rationalité vs Croyances
Enfin, Chimère oppose deux systèmes : celui de la croyance et celui du rationnel/scientifique.
De son propre aveu, Emmanuelle-bis est une scientifique convaincue qui ne supporte pas qu'on déborde des cases de la rationalité.
Pourtant, son voyage l'amène au contact de Wendy, fermement convaincue du pouvoir Divin capable de remettre l'Europe sur le devant de la scène et de guérir les gadjés égarés.
Deux conceptions aux antipodes qui, pourtant, semblent reposer sur les mêmes mécanismes de certitude et d'inflexibilité.
Emmanuelle Pireyre s'interroge donc notre capacité à se remettre en question en confrontant ces deux points de vues à l'existence d'Alistair, création humaine et abomination ou miracle inattendu définissant une nouvelle norme sociale ?
La question de norme d'ailleurs revient souvent dans ce récit où les chimères se multiplient à vue d'oeil (Alistair, évidemment, mais aussi ces conférences citoyennes hybridant les personnalités les plus éclectiques, cette double-entité croyante/savante formée par le duo Emmanuelle-Wendy ou encore l'Union Européenne elle-même, chimère de peuples et de cultures).
Doit-on tout accepter, tout tolérer ? Voilà une bonne question de plus pour ce récit drôle et enlevé qui nous met le cerveau en ébullition.

Roman déroutant à plus d'un titre, Chimère nous parle avec humour de réalités d'aujourd'hui et demain. Récit foisonnant et absurde, l'ouvrage d'Emmanuelle Pireyre possède ce don rare de prêter à la réflexion sur un nombre hallucinant de thématiques tout en s'amusant. Voilà une aventure atypique qui devrait plaire à ceux qui aiment sortir des sentiers battus.
Lien : https://justaword.fr/chim%C3..
Commenter  J’apprécie          140



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (13)voir plus