AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations sur Le dernier battement de coeur (18)

Ydamelc
Ydamelc   16 février 2016
J'étais désormais incapable de me guérir de ces adieux expéditifs et répétés, de la culpabilité et de la perplexité qu'ils ne cessaient de creuser en moi. Toute ma vie, j'ai continué à avoir l'impression d'être oubliée. C'est devenu ma façon d'être au monde. Depuis lors, je suis celle qui reste en retrait, qui se perd, qui n'arrive pas à finir ses études, à garder un amoureux, à trouver un travail décent, à se marier. A faire un enfant.
Commenter  J’apprécie          120
Ydamelc
Ydamelc   17 février 2016
Je suis redevenue Alice. J'avalerai cette pilule et je rétrécirai, je deviendrai minuscule jusqu'à disparaître. Ou bien je deviendrai tout à coup géante. Je percerai le plafond, passerai par-dessus les toits et, d'une foulée, j'écraserai cet hôpital.
Je prends le medicament du bout des doigts. Je le pose sur ma langue. Pietro me donne un verre d'eau. Je bois, et je l'avale.
Commenter  J’apprécie          110
calypso
calypso   03 janvier 2021
La vie n’est pas toujours un don, me dit-il, et elle n’est pas non plus un devoir. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est que d’une certaine manière nous a été donnée la possibilité de choisir. Un autre genre de don, oui. Aussi absurde que cela puisse paraître, la possibilité d’une mort sans agonie. Faire en sorte que notre enfant s’endorme sans avoir vu autre chose que le monde à l’intérieur de moi.
Commenter  J’apprécie          90
Ladydede
Ladydede   18 janvier 2016
Ma joue est écrasée contre la vitre de la portière. Le flou de la buée qui se forme devant moi est comme le monde que nous sommes en train de traverser.
Commenter  J’apprécie          90

Ladydede
Ladydede   18 janvier 2016
Nous sommes toutes là.
Chacune aborde son trophée, plus ou moins en évidence, et tient son dossier médical sous le bras. Nous sommes toutes gentiment assises, comme à l'école lorsque le maître fait l'appel. Certaines feuillettent distraitement une revue, avec l'air satisfait et ne doutant nullement que tout se passera bien, d'autres, tendues en revanche, gardent la tête baissée et les mains jointes. Comme si derrière cette porte couleur pastel se profilait réellement la menace de se faire renvoyer.
Nous sommes toutes des mères en attente d'une échographie.
Commenter  J’apprécie          50
ILLE
ILLE   31 mai 2016
En partant,Lorenzo a éteint toutes les lumières.Il a juste oublié de fermer la porte.
Commenter  J’apprécie          30
Mar-Khe
Mar-Khe   16 octobre 2020
J'étais une huître qui transformait le sable en perle. Je tamisais l'infinité de la mer pour fabriquer quelques chose de petit et d'inestimable. Mon fils.
Commenter  J’apprécie          10
Mar-Khe
Mar-Khe   15 octobre 2020
Le prix de l'examen varie en fonction des maladies que l'on veut rechercher. Le "package" traditionnel comprend les maladies les plus communes, de la trisomie 21 à la mucoviscidose. Mais si l'on veut pousser plus loin, vers un examen moléculaire ou l'étude de l'ADN pour savoir si le fœtus peut être atteint d'autres pathologies, le prix augmente sensiblement. Le marché des diagnostics prénatals. Syndromes incurables vendus au détail. Capables de changer le cours d'une vie, comme les manettes d'un flipper qui empêchent la boule d'acier de s'engager sur le plan incliné et de finir dans le précipice.
Commenter  J’apprécie          10
leslivresmapassion
leslivresmapassion   05 mars 2019
Je n'ai pas vu son visage. Je l'ai laissé partir de cette chambre d'hôpital sans bouger un muscle. Pietro, lui, l'a caressé, a serré sa petite main entre ses doigts. Il ne m'a rien dit de son aspect, des sensations qu'il a éprouvées, je ne lui ai pas permis. Mais il est tellement en paix avec lui-même et avec Lorenzo qu'il veut revenir à Londres pour l'enterrement, rapporter ses cendres et les placer dans l'urne du caveau de famille. "Nous devons réessayer, Luce. Le plus tôt possible". Je me demande où il trouve la force pour le dire. Moi je voudrais lui dire que j'ai mal dans les os, et je sais que ce n'est rien par rapport à la souffrance qu'aurait pu éprouver notre enfant. C'est bien pour cela que nous l'avons fait, c'est ça ? Parce que nous voulions lui épargner une vie atroce. Mais n'est pas parti, tu sais, Pietro. Il est encore là. Non, il n'est pas un météore qui a traversé le ciel sans provoquer de dégâts, il a tout détruit sur son passage. Il a fait table rase du monde entier. Si toi, tu es encore debout, c'est bien, tant mieux pour toi. Mais moi j'en suis incapable. Je ne peux imaginer le remplacer comme on le ferait d'une paire de chaussures ou d'une voiture qui a parcouru trop de kilomètres. Je n'arrive pas à faire quoi que ce soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaRecreationLitteraire
LaRecreationLitteraire   12 avril 2016
Je sens les regards des autres m’envelopper comme les tentacules d’une méduse, venant de toute part, urticants, vénéneux. Mais c’est dans cette brûlure que je trouve le sens de ce que je viens de dire. Tout à coup, c’est comme si Lorenzo n’était plus un enfant « perdu », un fait honteux et tragique qu’il faut taire. Non Lorenzo a été un choix, un choix bien clair. Douloureux et lucide, qui doit seulement être revendiqué haut et fort pour être compris. Un choix que j’ai fait en pleine conscience, en tant que mère et compagne de l’homme que j’aime. Nous nous sommes saisis d’un droit dont mon enfant avait été privé, par la science ou par la nature, peut-être aussi par Dieu. Un droit simplissime, basique : celui de se défendre. Et ce choix, tellement intangible, mais qui ne pouvait être que murmuré, à demi-mot, les mois passant, est devenu un marécage nauséabond. Maintenant que je m’en suis extirpée, j’ai la sensation d’avoir restitué sa dignité à mon fils. Que ce n’est qu’aujourd’hui, d’une certaine façon, que je l’ai mis au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10





    Autres livres de Simona Sparaco (1) Voir plus




    Quiz Voir plus

    Grandes oeuvres littéraires italiennes

    Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

    Si c'est un homme
    Le mépris
    Le désert des Tartares
    Six personnages en quête d'auteur
    La peau
    Le prince
    Gomorra
    La divine comédie
    Décaméron
    Le Nom de la rose

    10 questions
    713 lecteurs ont répondu
    Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre