AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de stellade


stellade
  30 mars 2017
Dès que l'occasion de lire à nouveau Estelle Tharreau s'est présentée, je n'ai pas hésité. Après "Orages", c'est définitif, je lirai Estelle Tharreau à chaque roman.
Cette auteure a le don de nous présenter des personnages palpables de réalisme! Les décors nous sortent de ce qu'on a l'habitude de lire.. Des régions peu connu pour certains... Avec "Orages", je suis même allée faire des recherches sur la Franche-Comté et maintenant, je m'y intéresse , tellement le décor de cette intrigue m'a passionné.
Ici, c'est différent, le genre est plutôt un thriller qui ne s'étend pas tellement sur le décor. ... Plus sur la rudesse de la vie , les souvenirs de la mine, le chômage, les rumeurs, les secrets...
Un autre registre où l'auteure excelle avec brio, je trouve.
Je n'ai pas pu le lâcher... David , l'enquêteur m'a embarqué avec lui pour savoir qui a tué cet homme.
Comme dans certains polars, David, n'a pas une vie facile de policier, il est écorché, et c'est plaisant de découvrir ce genre de personnages. Les"rôles" secondaires ne m'ont pas interpelés de la même manière.
Les chapitres sont courts et nombreux, ce que j'affectionne, ça retient le lecteur... A que l'écrivain est terrible parfois pour le retenir ! Je plaisante, mais Estelle, vous êtes forte!
Le style est agréable à lire et les mots assez recherchés. J'ai senti certaines tournures assez travaillées c'est ce que j'aime dans le style d'Estelle Tharreau.
Un exemple, page 226 " Il avait poussé le perfectionnisme en traçant les contours de sa nouvelle vie...dans la misère ,l'opprobre et la solitude" (je n'ai pas mis la phrase intégrale pour ne pas spoiler).
De plus, j'ai toujours plaisir à lire un livre des Editions Taurnada, le papier est agréable au toucher, j'adore.
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (4)voir plus