AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Melieetleslivres


Melieetleslivres
  06 septembre 2021
Ce n'est pas un livre qu'on lit en une nuit ! Ce n'est pas un roman non plus. C'est... une... bible ? C'est une encyclopédie.... C'est un livre inédit pour moi, qui aime depuis longtemps le peuple martyrisé mais toujours vivant des indiens. Des Indiens. On ne sait plus quel est le mot correct... Amérindiens ? Pas pour moi, j'y entends "mer" et du coup je visualise les îles du Pacifique. Ça ne me va pas. "Premières Nations"? C'est ce qu'on entend partout aux USA avec le "politiquement correct". D'ailleurs c'est l'expression que j'utilise le plus souvent.... mais ça me paraît artificiel. L'auteur propose "autochtones", (et j'ai bien peur que le traducteur ait mis ce mot compliqué à dire en lieu et place d'"indigenous" qui là, traduit par "indigènes" aurait pour le coup un effet tellement connoté).. (notez, je n'en sais rien, pour cette traduction : je suppute.), "indiens" je trouve ça parfait, compréhensible par tous. J'utiliserai dorénavant ce terme.
L'auteur est indien Ojibwé par sa mère, son père, survivant de l'Holocauste s'est installé dans le Minesota, et a tout de suite adopté la communauté de la réserve de Leach Lake, et la cause des Indiens. David Treuer a grandi dans cette réserve, dans la nature, et au bord du ruisseau qui est en fait la source du Mississipi. Il a fait des études poussées et deux doctorats, dont l'un en anthropologie. Il a été très marqué pendant sa vie étudiante par le livre de Dee Brown " Enterre mon coeur à Wounded Knee" un livre qui a eu un énorme impact en particulier sur les jeunes étudiants dès sa sortie : en pleine guerre du Vietnam, pendant la période de prises de conscience, de la lutte pour les droits civiques, ce livre raconte comment l'homme indien a été réduit à néant, avec le massacre de Wounden Knee en 1890 en point d'orgue. Ou comment les américains blancs ont tué les grands chefs, les anciens, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un seul. " Un bon indien est un indien mort".
Ici, David Treuer prend le contrepied de ce livre et montre que les indiens sont toujours là, vivants, que leur culture n'est pas morte non plus. On peut même dire ceci au pluriel : leurs cultures ne sont pas morte : il y a beaucoup de différence entre une tribu et une autre. Oubliez cette image de vieux alcoolos assis au bord de vieux trail parks et presque mis en cage, vous n'y êtes pas. Oubliez les quelques noms de tribus dont vous vous souvenez, les Sioux, les Cheyennes, les Apaches, les Pawnees qui étaient toujours les traitres dans les films... oubliez Pocahontas, aussi.
Avec une immense maîtrise, avec des milliers de sources, d'études, de documents, de reportages, de connaissances en fait, l'auteur nous ramène en arrière sur cette terre indienne: du Mexique au Canada, jusqu'à la préhistoire. Parce qu'il y a des ossements, des grottes, des poteries, des traces des humains remontent 19 000 ans en arrière. Oui, oui, on part de là. Les premières traces des premiers indiens d'Amérique. Leurs artefacts. Et ensuite, pour qu'on comprenne mieux la suite, l'Apocalypse, de 10 000 "avant JC" à 1890, David Treuer reprend l'histoire en partageant l'Amerique du Nord en plusieurs grosses régions, et c'est là un voyage passionnant dans cet immense pays peuplé de tribus avec leur propre langue, leurs dialectes inter tribus, les chiffres donnent le tournis : 300 dialectes, 200 langues différentes, et 500 tribus et ce uniquement sur le territoire qu'on nomme la Californie. Les noms des tribus des années 1500 sont inconnues pour moi, mais très exacts. Il y avait là plus d'indiens que partout ailleurs sur le territoire "Américain". Les changements climatiques avérés, les tertres et tumulus renfermant des tombes et des objets précieux, des traces de "commerce" et d'échanges, des traces de batailles. Certaines tribus étaient des sédentaires, faisaient de l'agriculture, avaient des vergers. D'autres étaient plutôt des trappeurs. D'autres étaient des chasseurs-cueilleurs. J'ai découvert qu'il y a des milliers d'années il y avait des chameaux ! Et il y avait les batailles, lorsque les uns convoitaient le bien des autres. Beaucoup de tribus furent anéanties, et ce n'est que le début.
C'est vraiment "dépaysant", c'est le grand inconnu qui arrive à nous avec ce livre. Ce pavé. Passionnant.
Mais voici l'époque des Conquistadors. Des Missionnaires. de Christophe Colomb et de ses exactions (qui n'ont eté révélées qu'en 2006 !!) et consors. Cortès et compagnie, qui amenèrent la barbarie à un niveau très élevé, mais battus sur ce plan par les Franciscains. (L'auteur cite toutes ses sources. 50 pages de sources). Et avec la barbarie, les maladies. La grippe, la rougeole et la variole ont fait une hécatombe,et dans des largeurs inimaginables, tuant des centaines de milliers d'indiens. On ajoute là-dessus les autres envahisseurs, puis la Ruée vers l'or, et un gouvernement américain qui, à coups de traités signés avec des Grands Chefs, des traités de traîtrise, en fait, jamais respectés, qui voleront les terres ancestrales pour les allouer à de "Vrais américains" jusqu'aux pires massacres. Jusqu'à celui de Wounded Knee, et il a laissé des traces dans la presse de l'époque, et des photos.
Et après celà, le "Purgatoire". le gouvernement américain essaie de trouver un moyen de traiter le problème de l'Indien, puisqu'on ne peut plus les massacrer. C'est l'époque des scandaleux internats obligatoires pour tous les enfants indiens, où l'on tente de les américaniser. Cheveux coupés, vêtements brûlés, objets et possessions aussi, et interdiction de parler leur langue. Mauvais traitement, esclavagisme, déviances sexuelles des "professeurs", maltraitances qui mènent à la mort, et encore aujourd'hui des associations essaient de retrouver les corps des enfants disparus, enterrés sans signalétique, à même des tombes communes. le dernier internat de ce type a fermé en 1990. Un génocide culturel, très documenté par ailleurs au Canada.

Oups, je m'emporte, moi. Je ne vais pas tout raconter. Mais ce qui suit dans la troisième partie du livre, c'est la résilience, c'est la résurgence de la culture amérindienne, à travers ses traditions, son histoire, orale et écrite, sa spiritualité, ses racines qui s'enfoncent dans cette terre-là depuis la préhistoire. À travers de nombreuses organisations, mouvements comme le Red Power, à l'époque des Black Panthers, en passant par les "bobos" qui décident de vivre comme les indiens de l'époque du Paradis, mais ne sont pas capables de survivre sans une quantité de connaissances et de traditions millénaires. Un livre tourné sur le présent et l'avenir dans cette troisième partie, avec des témoignages, ou plutôt l'histoire de personnages qui ont dans le sang, ou dans les traditions, le sens d'appartenance à cette terre-là.
Un livre passionné, et passionnant, qui vous tient dès le début comme un plongeon dans un monde peu connu, étrange, mais qui nous prend aux tripes.


Lien : https://melieetleslivres.fr/..
Commenter  J’apprécie          239



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (22)voir plus