AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.29 /5 (sur 154 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alberta, Louisiane , le 29/02/1908
Mort(e) à : Little Rock, Arkansas , le 12/12/2002
Biographie :

Dee Brown, né Dorris Alexander Brown, est un romancier et historien américain.

Il grandit dans le comté d'Ouachita puis déménage à Little Rock en Arkansas, en 1924, où il se lia d'amitié avec plusieurs Amérindiens qui lui firent prendre conscience de la manière biaisée dont les films américains dépeignaient leurs "frères de race".

Diplômé en 1927, Brown travailla comme journaliste à Harrison en Arkansas puis fait ses études supérieurs d'histoire à l'Université d'Arkansas (1928-1931). Il obtient un diplôme en science des bibliothèques à l'Université de Washington en 1935, puis travaille dans la bibliothèque du Département de l'Agriculture des États-Unis de 1934 à 1942.

En 1942, il publie son premier roman, "Wave High the Banner", récit romancé de la vie de Davy Crockett, qui était une connaissance de son arrière-grand-père.

De 1948 à 1972, il dirigea la bibliothèque agricole de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign, y acquérant un master en science des bibliothèques, puis devint professeur.

En 1973, il choisit de retourner en Arkansas à l'heure de sa retraite professionnelle, et y consacra désormais tout son temps à l'écriture.

Son œuvre la plus célèbre est "Enterre mon cœur à Wounded Knee : la longue marche des Indiens vers la mort" (Bury my heart at Wounded Knee, an Indian history of the American West, 1971), qui relate la relation conflictuelle entre les Amérindiens (Native Americans) et l'expansionisme américain.

La publication de cette œuvre a conduit l'"Américain moyen" à porter un autre regard sur les cultures amérindiennes et, parallèlement, a amené les Amérindiens à voir d'un autre œil la Conquête de l'Ouest.

Il écrivit une bonne douzaine de livres, y compris des ouvrages pour des enfants. Il fut de nouveau récompensé par un succès populaire accordé à son roman "Creek Mary: La Magnifique" (Creek Mary's Blood, 1980) qui racontait la vie de plusieurs générations d'une famille de pionniers de l'Ouest américain.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_Moon   21 octobre 2015
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
Depuis l'expédition de Lewis et Clark vers la côté Pacifique au début XX° siècle, les récits décrivant l' "ouverture" des territoires de l'Ouest américain se sont multipliés. [...]

Cette période vit la destruction des cultures indiennes et la naissance de pratiquement tous les grands mythes de l'Ouest américain - des histoires de trappeurs, de négociants en fourrures, de pilotes de bateau à vapeur, de chercheurs d'or, de joueurs professionnels, de bandits armés, de Tuniques Bleues, de cox-boys, de catins, de missionnaires, de prudes institutrices et de pionniers. Les rares voix indiennes qui s'y faisaient entendre étaient la plupart du temps transcrites par une main blanche. L'Indien était la menace sombre hantant ces mythes.





[ incipit de l'Introduction]
Commenter  J’apprécie          180
basilic92   17 janvier 2012
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
"Où sont les Pequots aujourd'hui? Où sont les Narragansetts, les Mohicans, la Pokanokets, et toutes ces tribus de notre peuple autrefois si puissantes? Elles ont disparu face à l'avarice et l'oppression de l'Homme blanc, telle la neige sous le soleil d'été.

Allons-nous à notre tour nous laisser détruire sans lutter, abandonner nos maisons, cette terre que nous a léguée le Grand Esprit, les sépultures de nos morts et tout ce qui nous est cher et sacré ? "Jamais! Jamais!" crierez-vous avec moi."



Tecumseh, du peuple shawnee
Commenter  J’apprécie          150
Leiji   24 juillet 2014
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
Je suis né dans la prairie, là où le vent souffle sans obstacle, où rien n'arrête la lumière du soleil. Là où je suis né, il n'y avait aucune clôture et chaque chose respirait librement. C'est dans cet endroit que je veux mourir, pas entre quatre murs.
Commenter  J’apprécie          130
nilebeh   10 septembre 2015
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
"Je ne comprenais pas, alors, que nous avions atteint la fin amère. Lorsque du sommet de ma vieillesse je fais un retour sur le passé, je vois encore les femmes et les enfants massacrés, jonchant le fond du ravin tortueux dans toute son étendue avec autant de netteté que si j'avais la scène sous les yeux, comme à l'époque de ma jeunesse. Et je m’aperçois que quelque chose d’autre est mort dans ce bain sanglant, enseveli par la tourmente de neige. Le rêve de tout un peuple... C’était un beau rêve... l'alliance de la nation est brisée, dispersée aux quatre vents. Le noyau n’est plus, et l’arbre sacré est mort."



ÉLAN-NOIR.

(p. 550)

"Où sont les Pequots aujourd'hui? Où sont les Narragansetts, les Mohicans, la Pokanokets, et toutes ces tribus de notre peuple autrefois si puissantes? Elles ont disparu face à l'avarice et l'oppression de l'Homme blanc, telle la neige sous le soleil d'été.

Allons-nous à notre tour nous laisser détruire sans lutter, abandonner nos maisons, cette terre que nous a léguée le Grand Esprit, les sépultures de nos morts et tout ce qui nous est cher et sacré ? "Jamais! Jamais!" crierez-vous avec moi."



Tecumseh, du peuple Shawnee
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
annie   11 décembre 2012
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
« Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. »

de Les Brown
Commenter  J’apprécie          120
Under_the_Moon   21 octobre 2015
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
On ne trouvera pas ici matière à sa réjouir. Mais il arrive que l'histoire éclaire le présent, et peut-être mes lecteurs comprendront-ils mieux qui sont les Indiens d'Amérique aujourd'hui en apprenant ce qu'ils furent. Ils seront peut-être surpris d'entendre des paroles marquées du sceau de la raison provenant de la bouche d'Indiens invariablement présentés comme des brutes sauvages dans la mythologie américaine. Ils en sauront peut-être plus sur leur propre relation à la terre, grâce à un peuple sincèrement soucieux de son environnement et conscient que la vie dépendait de la terre et de ses ressources, un peuple qui savait qu'il vivait dans un paradis et ne voyait pas pourquoi les envahisseurs venus de l'est s'acharnaient à anéantir tout ce qui était indien et à détruire l'Amérique par la même occasion.

Et si jamais mes lecteurs découvrent la pauvreté, le désespoir et la misère noire dans laquelle vivent les Indiens sur les réserves modernes, ils en comprendront alors peut-être les vraies raisons.



(introduction)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Azeline   23 mai 2020
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
L'homme blanc serait il devenu un enfant pour tuer avec insouciance des animaux dont il ne mange même pas la viande? Quand les hommes rouges tuent du gibier, c'est pour survivre, pour ne pas mourir de faim.

Satanta, chef des Kiowas

(chapitre 11: La guerre pour sauver les bisons)
Commenter  J’apprécie          100
Azeline   09 mai 2020
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
Le massacre Fetterman marqua profondément le colonel Carrington. Les mutilations - éviscérations, membres tranchés, "parties génitales coupées et disposées de manière indécente sur le corps" - l'horrifièrent. Obsédé par les raisons qui auraient pu expliquer une telle sauvagerie, il finit par écrire un essai sur le sujet, dans lequel il émit l'hypothèse que les Indiens étaient poussés par quelque croyance païenne à commettre les actes terribles qui hanteraient à jamais son esprit. Mais s'il s'était rendu sur les lieux du massacre de Sand Creek, qui précédait seulement de deux ans celui de Fetterman, il aurait vu les mêmes mutilations infligées aux Indiens par les soldats du colonel Chevington. Les guerriers qui avaient organisé l'embuscade fatale n'avaient fait qu'imiter leurs ennemis, pratique qui, à la guerre comme dans la vie civile, serait dit-on la plus sincère des flatteries.
Commenter  J’apprécie          90
Ledraveur   02 février 2014
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
Enterre mon cœur



... Comme à la fin de la journée une tempête de neige s’annonçait, les Indiens morts furent laissés sur place, gisant à l’endroit même où ils étaient tombés. (Après la tempête de neige, un groupe retourna à Wounded Knee pour enterrer les morts ; il découvrit les corps, y compris celui de Grand-Pied, complètement gelés, offrant un spectacle grotesque.)

Les voitures portant les Sioux blessés (quatre hommes et quarante-sept femmes et enfants) arrivèrent à Pine Ridge après la tombée de la nuit. Les baraquements disponibles étant bondés de soldats, les blessés furent laissés dans les voitures sans toit, malgré le froid glacial, tandis qu’un officier partait à la recherche d’un abri. Finalement, on leur ouvrit les portes de la mission épiscopale, on en sortit les bancs et on répandit à l’intérieur de la paille sur le sol raboteux.

C’était le quatrième jour après la fête de Noël en l’an I890 de Notre-Seigneur. Lorsque les premiers corps déchiquetés et ensanglantés furent transportés dans l’église éclairée aux chandelles, ceux qui n’avaient pas perdu connaissance purent apercevoir des guirlandes de Noël suspendues aux chevrons sous le ciel ouvert. Au-dessus de la chaire, à travers le sanctuaire, était tendue une bannière qui portait l'inscription peinte d’une main malhabile : PAIX SUR LA TERRE, AUX HOMMES DE BONNE VOLONTÉ.

(p. 550)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ledraveur   02 février 2014
Enterre mon coeur à Wounded Knee de Dee Brown
"Je ne comprenais pas, alors, que nous avions atteint la fin amère. Lorsque du sommet de ma vieillesse je fais un retour sur le passé, je vois encore les femmes et les enfants massacrés, jonchant le fond du ravin tortueux dans toute son étendue avec autant de netteté que si j'avais la scène sous les yeux, comme à l'époque de ma Jeunesse. Et je m’aperçois que quelque chose d’autre est mort dans ce bain sanglant, enseveli par la tourmente de neige. Le rêve de tout un peuple... C’était un beau rêve... l'alliance de la nation est brisée, dispersée aux quatre vents. Le noyau n’est plus, et l’arbre sacré est mort."



ÉLAN-NOIR.

(p. 550)
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-50177

Dans quel pays se trouve le fleuve Mississippi?

au Canada
aux Etats-Unis d'Amérique
dans les deux

13 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : fleuve , mississippi , Géographie historique , villes américaines , littérature américaine , pièges , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..