AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Pois0n


Pois0n
  23 juillet 2020
Y a-t-il encore besoin de présenter la série connue outre-Atlantique sous le nom « Jane Austen Addict », ayant également rencontré son petit succès ici-bas ? le seul concept de cette duologie composée de tomes complémentaires suffit à la faire sortir du lot. D'un côté, il y a Courtney qui se retrouve dans la peau de Jane ; de l'autre, Jane dans celle de Courtney. Deux siècles, un océan et un continent entier les séparent. Leurs points communs ? Leurs vies sentimentales sont un merdier complet et elles sont fans de Jane Austen.

« Confessions d'une fan de Jane Austen » peut être considéré comme le tome 1, étant donné qu'il est sorti deux ans avant l'autre, et se focalise sur Courtney, qui se réveille en 1813 au lendemain d'une soirée pourrie dont elle ne garde que des souvenirs confus. Impossible de le classer « romance historique » pour autant puisque d'une part, la narration à la première personne est bien celle d'une femme d'aujourd'hui, avec ses souvenirs du 21e siècle et un mode de pensée qui tranche quelque peu avec les moeurs de son époque d'adoption ; d'autre part, parce que la romance ne constitue en fin de compte qu'une partie de l'intrigue.

Point commun entre les histoires de type « time travel » et les isekai : le choc culturel du personnage principal. Ici, ça ne rate pas : si Courtney, en bonne férue des romans de Jane Austen, ne se retrouve pas larguée en terre totalement inconnue, se plier aux injonctions d'une société où la femme n'a aucune prise sur sa propre vie va à l'encontre de ses principes. Mis à part ça, l'accent est surtout mis sur l'hygiène toute relative de l'époque. Et c'est à peu près tout pour le côté « dépaysement ». Les descriptions, qu'il s'agisse de celles des décors, des tenues ou tout simplement des activités de Courtney sont assez sommaires ; l'on ne se retrouve pas vraiment immergés au 19e siècle à ses côtés. Ceci dit, ce n'est en fin de compte pas vraiment gênant tant la narration se révèle fluide. « Confessions d'une fan de Jane Austen » fait partie de ces bouquins qui se lisent tout seuls et très vite, portés par une plume certes légère, mais pas simpliste. On est loin de la pauvreté stylistique d'un Calendar Girl et c'est tant mieux.

Autre indispensable des récits où le protagoniste se retrouve catapulté dans une autre réalité : le « qu'est-ce-que-je-fais-là-comment-rentrer-chez-moi ». Et là où Laurie Viera Rigler tire son épingle du jeu, c'est que jamais Courtney n'oublie totalement son objectif, à savoir retourner d'où elle vient, même si elle se plie au jeu et s'intègre de mieux en mieux dans cette vie qui n'est pas la sienne.

Et s'intégrer, pour Courtney, ça revient à gérer une mère acariâtre et des sentiments confus envers le beau gosse du coin. Mais la romance n'est clairement pas le point fort du livre. Si l'on appréciera de ne pas savoir, jusqu'au bout, si Edgeworth est honnête ou pas, le fait que Courtney n'aie pas l'intention de s'éterniser dans la peau de Jane pèse lourdement sur ses décisions à son égard. En un mot comme en cent : je n'ai pas du tout eu le sentiment de lire une romance, plutôt « Courtney fait du tourisme au 19e siècle ». Tantôt elle flirte avec lui, tantôt elle s'en méfie, mais en fin de compte, on ne peut pas dire qu'ils échangent beaucoup tout au long des 415 pages du roman.

Ce qui n'aide franchement pas à digérer la fin, aussi abrupte que confuse.
Alors que le récit garde plus ou moins le même rythme d'un bout à l'autre, tout à coup, paf, c'est fini. Sans explication ou presque. Et là, je parle non seulement de la romance, mais aussi de tout le reste : on ne sait pas vraiment ce qu'il se passe, on ne comprendra probablement jamais le pourquoi du comment, ce qui est arrivé à Courtney, à Jane... Tout au plus nous donne-t-on des éléments d'interprétation, mais aucune piste concrète. Bref, en l'espace de quelques pages seulement, ce qui était jusque-là une lecture agréable se retrouve complètement torpillé par une conclusion ô combien bâclée. de quoi qualifier l'aventure de Courtney/Jane, au final ? Fantastique ? SF ? Rêve prémonitoire ou télépathie à deux siècles d'écart ? Un peu de tout ça ? Fiction totale ? On n'en sait foutrement RIEN.
Alors d'accord, le chemin compte plus que la destination, tout ça, mais pas quand la destination en question nous est sans cesse rappelée tout au long du livre et influe à ce point sur les actions de l'héroïne.
Ceci dit, il ne faut pas oublier que « Confessions d'une fan de Jane Austen » n'est pas vraiment un one-shot, mais seulement la moitié d'un tout. Peut-être le tome compagnon apportera-t-il des réponses plus concrètes...

En l'état, et en faisant abstraction de cette fin, on passe quand même un bon moment. le 19e siècle vécu à travers un regard moderne et critique est une expérience littéraire des plus intéressantes et Laurie Viera Rigler sait assurément maintenir éveillé l'intérêt du lecteur d'un chapitre à l'autre.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus