Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Nancy Springer (30)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par belette2911, le 21/06/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    - J'ai un plan.
    - Je n'en attendais pas moins. Peut-être même allez vous m'en faire part ?

    Silence. L'aîné se renfonce dans son fauteuil avec un sourire pincé.

    - Toujours ce besoin de vous draper de mystère, hein, Sherlock ?

    Alors le cadet - que d'autres nomment "le grand détective" - hausse les épaules éloquemment. Il a retrouvé son flegme, plus coriace encore que celui de son aîné.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation


  • Par Syl, le 28/05/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 1 : La double disparition de Nancy Springer

    "- (...) jamais je n'irai parfaire mon éducation dans un pensionnat de jeunes filles.
    - Vous irez (...)
    - Je n'irez pas. Donnez-moi une gouvernante s'il le faut, mais je n'irai pas dans un pensionnat. Vous ne pouvez m'y forcer.
    Il radoucit le ton, mais ne céda pas.
    - Je le peux et je le ferai.
    - Et comment donc ? En m'enchaînant pour m'y traîner ?
    Il leva les yeux au ciel.
    - Bien comme sa mère, dit-il au plafond, puis il riva son regard sur moi, d'un air de persécuté si certain d'être dans le vrai que j'en eus le frisson. Sa voix se fit plus douce encore :
    - Ecoutez-moi bien Enola. Je suis votre tuteur légal - et celui de votre mère aussi, d'ailleurs, c'est la loi qui l'affirme. Je peux, si je le veux, vous enfermer dans votre chambre jusqu'à ce que vous vous rendiez à la raison. Je peux prendre toute autre mesure nécessaire pour parvenir à l'objectif souhaité. Qui plus est, en tant qu'aîné, j'ai une responsabilité morale envers vous. Or il tombe sous le sens que depuis trop longtemps vous êtes livrée à vous même. J'interviens peut-être juste à temps. Et vous m'obéirez.
    A cette seconde, il me sembla comprendre - comprendre immensément - ce qu'avait dû ressentir Mère au temps de cette brouille avec ses fils, à la mort de mon père. Et comprendre aussi pourquoi jamais elle n'avait parlé d'aller voir mes frères à Londres ni de les recevoir à Ferndell.
    A cette seconde, il me sembla comprendre ce qui l'avait poussée à soutirer des fonds en cachette, des années durant, à son fils aîné."

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation


  • Par Deuzenn, le 30/03/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 6 : Métro Baker Street de Nancy Springer

    - Enola, me dit alors Sherlock - et l'émotion qu'il laissait transparaître était sans doute la plus vive que je lui verrais jamais -, notre soeur bien-aimée, je vous en conjure, soyez ce que vous jugez bon d'être. Je crois qu'égoïstement j'ai pris goût à vous, à qui vous êtes, à votre intuition, à votre flair, cet art de pressentir sans jamais être sûr de rien. En toute franchise, il me tarde de voir ce que vous pouvez bien nous réserver pour la suite.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation


  • Par Rebus, le 20/07/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    C'était bien moins le froid qui me faisait frémir que le sentiment d'être prise au piège, prise entre deux feux. à cause de mon aîné Sherlock.
    Il faut savoir que cet aîné-là, je l'adorais comme un dieu. Sherlock était mon héros. Mon grand rival. Je n'étais pas loin de l'aduler. Mais s'il parvenait à me retrouver, c'en était fait de ma liberté. Adieu, mon indépendance !

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation


  • Par Arlavor, le 25/02/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 5 : L'énigme du message perdu de Nancy Springer

    -Ah! D'un seul coup, Florence Nightingale comprend tout. Vous l'avez menacée de pensionnat!

    Sherlock Holmes lève vers elle un regard décontenancé, presque un regard de gamin qui n'y comprend plus rien. "Menacée? Mais quel...

    -Dieu du cie! votre mère ne vous a donc rien appris? Encore que cette ignorance soit le lot de plus des neuf dixièmes du genre masculin. Les souffrances endurées par une jeune fille dans un pensionnat sont à peine moindres que celles qu'endure un criminel au pénitencier. Je veux parler là des douloureuses contraintes corporelles qui débouchent invariablement su des déformations, parfois la mort."

    Bouche ouverte, le grand détective ne suit plus.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation


  • Par Deuzenn, le 30/03/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 1 : La double disparition de Nancy Springer

    S'il est une chose que j'aimerais savoir, c'est pourquoi ma mère m'a nommée "Enola". Enola, qui, à l'envers, se lit : "alone".
    Mère avait toujours eu un goût marqué pour les messages codés, les énigmes à décrypter. Peut-être avait-elle alors une sorte de pressentiment? Peut-être m'accordait-elle là, fée penchée sur mon berceau, un don équivoque?

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par Pays_des_contes, le 08/07/2011

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    En la dessinant, je me mettais mieux en tête qui je devais être à présent.
    Quand le besoin de croquer quelqu’un à grands coups de crayons me prenait, c’était comme une démangeaison. J’aurais pu dessiner Ivy Meshle, si je l’avais voulu ; ou ma mère, ou Sherlock, ou Mycroft. Et ces portraits, indulgents u féroces, étaient toujours assez ressemblants, n’en déplaise à ma modestie. Une seule personne m’échappait vraiment : Enola Holmes. Je ne parvenais pas à me camper moi-même sur le papier. Bizarre. Ou peut-être pas.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par belette2911, le 21/06/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    - Nous ne serions pas dans cette situation déplorable, déclare le plus jeune et le plus longiligne des deux messieurs en grande discussion dans ce petit salon feutré, si vous ne vous étiez mis en tête, à toute force, de la placer dans un pensionnat !

    Sec comme un coup de trique, les traits taillés à la serpe, il arpente le parquet ciré à longues enjambées d'échassier. Son costume noir de la tête aux pieds - jaquette à queue de pie, pantalon à pli, souliers étincelants - fait de lui un grand héron sévère.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par Judinours, le 13/04/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 4 : Le secret de l'eventail de Nancy Springer

    Ces deux vaillantes âmes se présentèrent bientôt devant moi, coiffées de la même charlotte blanche et arborant la même mine réservée sur leurs faces rondes un peu fripées. Employées depuis plusieurs mois par un Dr Ragostin qu'elles n'avaient encore jamais vu - même si il payait leurs gages rubis sur l'ongle -, elles devaient commencer à soupçonner que j'étais un peu plus qu'une simple secrétaire. (Mrs Fitzsimmons et Mrs Bailey)

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par belette2911, le 21/06/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    - Même s'il est indéniable que la jeune écervelée se trouve seule dans ce chaudron de ville et qu'elle pourrait fort, à l'heure qu'il est, s'être déjà fait dépouiller de tous ses biens, si ce n'est pire, je ne vois là aucune raison de vous laisser emporter par vos émotions.
    - Et le moyen de faire autrement ?

    Pivotant sur ses jambes sans fin, l'arpenteur jette à son ainé un regard d'aigle.

    - C'est notre sœur !
    - Une sœur tellement plus jeune qu'en tout et pour tout, dans votre vie, vous avez dû la voir deux fois !"

    L'échassier s'arrêta net.
    - Une fois aura suffit.

    Sa voix s'est radoucie. Ce n'est pas son aîné qu'il regarde, mais le lambris de chêne ou plutôt, par-delà le lambris, un point invisible, quelque part dans l'espace et le temps.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par Gwerelaouen, le 31/07/2014

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 1 : La double disparition de Nancy Springer

    Toute la pièce est sens dessus dessous. Les deux moitiés d'un corset s'offrent au regard éhontément,ainsi que d'autre accessoire indécent sur le marbre de la table de toilette, sans parler d'un étrange objet qui leur fait écho sur la coiffeuse, sorte de coussin évidé, bourrelet en forme de croissant -comment nommer la chose et que peut-elle bien être? En tout cas, elle est formée d'un fibre blanche qui ressemble fort a du crin de cheval, enroulé, torsadé sur lui-même. Je touche d'un doigt prudent. C'est rêche mais élastique au toucher - et cela ne ressemble à rien.

    J'ai horreur de ne pas comprendre. Je me saisit de la chose et dégringole l'escalier.
    Au rez-de-chaussée, dans le hall d'entrée, Lane astique les boiseries. Je lui présente ma découverte.

    "Lane, s'il vous plaît... J'aimerais savoir : qu'est ceci?"

    En parfait majordome, Lane reste impassible, mais la réponse est un brin embarrassée.

    "C'est un... euh... c'est une... une garniture, Miss Enola. Une parure... d'ajustement."

    Une parure d'ajustement?
    Mais pas pour l'avant, assurément. Pour l'arrière, par conséquent.

    Ah. Je vois.

    Ce que j'ai dans les mains, ici, offert sans vergogne à la vue d'un représentant masculin, fait partie des "ce-que-vous-savez", ces accessoires que la bienséance interdit de nommer.
    [...], bref, du rembourrage de ce qu'on nomme vulgairement un faux-cul...

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par Jangelis, le 18/04/2014

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    C'est alors que, déboulant sur une large rue pavée, je reconnus l'endroit brusquement. J'étais déjà venue ici.
    Baker Street.
    Mais bien sûr.

    Mes pieds, apparemment plus futés que ma tête, m’avaient menée vers le dernier endroit au monde, sans doute, où mon frère avait des chances de songer à venir me chercher.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par belette2911, le 21/06/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    Et il reprend à mots lents :
    - Elle me rappelle l'adolescent que j'étais à son âge. Tout en bras et en jambes. Trop de nez, trop de menton. Gauche et solitaire, à sa place nulle part...

    - Ridicule ! Elle est de sexe féminin. Son intellect est peu développé, elle a besoin de protection... Votre comparaison ne vaut pas.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation


  • Par Jangelis, le 18/04/2014

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 1 : La double disparition de Nancy Springer

    Mon plan consistant à n'avoir pas de plan me semblait plus fumeux de minute en minute.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Ivy-Rose, le 23/09/2013

    Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 5 : L'énigme du message perdu de Nancy Springer

    Ma mère, suffragiste convaincue, avait eu tendance à négliger mon éducation dans les arts de salon, m'encourageant à lire, à faire de la bicyclette, à m promener dans les bois - voire à grimper aux arbres - plutôt qu'à modeler des roses de cire, à confectionner des colliers de coquillages, à orner de jours échelle des mouchoirs de batiste ou à garnir de perles des étuis à lunettes.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Deuzenn, le 30/03/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 3 : Le mystère des pavots blancs de Nancy Springer

    Enola Holmes.

    D'un trait décidé, je barrai ces deux mots - mon propre nom, celui dont il m'était interdit de faire usage. Car j'étais condamnée aux pseudonymes, seul moyen d'échapper à mes frères aînés, Mycroft et Sherlock, qui s'étaient mis en tête de prendre en main mon éducation et de faire de moi une jeune lady, autrement dit un ornement de salon digne de la bonne société.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Arlavor, le 09/02/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 4 : Le secret de l'eventail de Nancy Springer

    -Et que voulez-vous qu'elle fasse? rétorque le cadet, qui n'a pas coutume d'entendre ses dires se faire traiter de sornettes. Qu'elle se lance dans une carrière de recherche des disparus et d'arrestation des malfrats?

    -Je n'exclus rien.

    -Quoi? Vous la verriez s'établir dans le métier? Me faire concurrence? Sous l'irritation, l'humour pointe.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Arlavor, le 07/02/2012

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 2 : L'affaire Lady Alistair de Nancy Springer

    Mais enfin que vous arrive-t-il? Pourquoi vous laisser affecter à ce point? En quoi retrouver notre jeune soeur, rebelle à toute discipline et en fugue manifeste, serait un problème différent de n'importe quel autr...

    -En ce qu'elle est notre soeur!

    -Une soeur tellement plus jeune qu'en tout et pour tout, dans votre vie, vous avez dû la voir deux fois!

    L'échassier s'arrête net.

    -Une fois aurait suffi.

    Sa voix s'est radoucie. Ce n'est pas son aîné qu'il regarde, mais le lambris de chêne ou plutôt, par-delà le lambris, un point invisible, quelque part dans l'espace et le temps. Et il reprend à mots lents: "Elle me rappelle l'adolescent que j'étais à son âge. Tout en bras et jambes. Trop de nez, trop de menton. Gauche et solitaire, à sa place nulle part...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Onclepaul, le 16/02/2011

    Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 5 : L'énigme du message perdu de Nancy Springer

    Je soutiens que les majordomes, même s’ils n’en laissent rien voir, sont après tout des êtres humains, et donc curieux par nature

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation


  • Par Gwerelaouen, le 31/07/2014

    Les enquêtes d'Enola Holmes, Tome 1 : La double disparition de Nancy Springer

    Il me semblait que ce serait de ma faute s'il lui était arrivée quelque chose. Toujours je me sentais coupable, peu importait de quoi au juste - coupable de respirer, coupable d'exister, coupable d'être née si tard dans la vie de ma mère, au-delà de toute décence, scandale et fardeau à la fois. Et toujours je m'était dit que je réparerait ce tort, une fois adulte. Un jour, je l’espérais de toutes mes forces, je ferais de ma vie un rayon de lumière qui me tirerais à jamais de la disgrâce.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation





Faire découvrir Nancy Springer par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz