AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 5 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 08/04/1963
Biographie :

Professeur à l’université Paris Diderot-Paris 7, Antoine Cazé est spécialiste de poésie américaine, à laquelle il a consacré sa thèse sur Emily Dickinson, un ouvrage sur John Ashbery (John Ashbery : A contre-voix de l’Amérique, coll. « Voix Américaines », Belin, 2000) ainsi que de nombreux articles universitaires
. De 2000 à 2008 il a dirigé un master de traduction d’édition (Sciences Humaines et Domaines Artistiques) à l’université d’Orléans ainsi que le programme de recherche « La Pensée étrangère », consacré à l’analyse critique de la traduction en sciences humaines.
Depuis 2008, Antoine Cazé dirige l’Observatoire de la Littérature Américaine (ODELA) à l’UFR d’Etudes Anglophones de Paris Diderot ainsi que le master professionnel de Traduction Littéraire. Il a reçu le Prix de traduction de l’américain Maurice-Edgar Coindreau en 2005 pour Une boîte d’allumettes et La Taille des pensées de Nicholson Baker (Christian Bourgois).
Il prépare actuellement l’Anthologie bilingue de la poésie américaine en collaboration avec Christine Savinel.



+ Voir plus
Source : CGDL
Ajouter des informations
Bibliographie de Antoine Cazé   (12)Voir plus

étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Macabea   15 mars 2017
The Complete Poems, Elizabeth Bishop de Antoine Cazé
ONE ART



The art of losing isn’t hard to master;

so many things seem filled with the intent

to be lost that their loss is no disaster.



Lose something every day. Accept the fluster

of lost door keys, the hour badly spent.

The art of losing isn’t hard to master.



Then practice losing farther, losing faster:

places, and names, and where it was you meant

to travel. None of these will bring disaster.



I lost my mother’s watch. And look! my last, or

next-to-last, of three loved houses went.

The art of losing isn’t hard to master.



I lost two cities, lovely ones. And, vaster,

some realms I owned, two rivers, a continent.

I miss them, but it wasn’t a disaster.



—Even losing you (the joking voice, a gesture

I love) I shan’t have lied. It’s evident

the art of losing’s not too hard to master

though it may look like (Write it!) like disaster.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura