AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Quimper , 1953
Biographie :

Romancier, nouvelliste et traducteur, Bruno Krebs est né à Quimper en 1953. Après des études d’anglais, il voyage notamment en Écosse et en Irlande, puis enseigne en Angleterre. Par la suite, il séjourne en Grèce, à Malte, et choisit d’abandonner l’enseignement pour organiser des concerts. De lui, L’Arpenteur a publié trois recueils de nouvelles, Dans la nuit des chevaux (2003), La mer du Japon (2004), Chute libre (2005), un essai, Bill Evans live. Portrait (2006) et des mémoires, La traversée nue. Fragments (2009).
Dans les prairies d'asphodèles, publié par l'atelier contemporain (2017).

Source : L'arpenteur gallimard
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   21 juin 2018
Norvège de Bruno Krebs
De la ville lumière, Oslo, au cap le plus septentrional du continent, Nordkapp ; de l'église en bois debout richement sculptée, la stavkirke de Borgund, au plus grand glacier d'Europe, le Jostedal ; du paradis des baleines, les îles Lofoten, au royaume des aurores boréales, l'archipel du Svalbard ; de la kyrielle de fjords du Rogaland aux longues plages de sables dorées de Mandal... le pays du soleil de minuit vous offre une nature éblouissante, des cités chatoyantes et des paysages vertigineux.
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   21 juin 2018
Norvège de Bruno Krebs
Les Harald à la Belle Chevelure, Erik Hache-Sanglante et autres vaillants Vikings sillonnent pendant des siècles les mers du globe ; les trolls, lutins, monstres et gnomes des forêts profondes enflamment toujours l'imaginaire des Norvégiens... la Norvège, pays nourri de sagas et de légendes, dévoile un peuple chaleureux qui conjugue savamment modernité et traditions, sports et culture, technologie et écologie.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   15 avril 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
 

 

Écoute – si tu écoutes la cloche, la cloche de l'église sonner, égrener les heures – écoute jour après jour la cloche tinter, sonner les heures – non les heures ne signifient rien absolument plus rien pour toi mais la cloche – la cloche oui qui sonne tinte résonne quelque part dans ton corps quelque part où – ta tête ton cœur tu ne sais pas, ta mémoire peut-être oui ta mémoire c'est cela : elle sonne la cloche résonne dans ta mémoire, sonne le glas de quelque chose fait tinter quoi le souvenir ou l'oubli ou le souvenir de l'oubli, la cloche te rappelle quelque chose ou quelqu'un ou toi-même – oui toi-même la cloche te rappelle à toi-même te ramène te retire en toi-même citadelle – ta cloche citadelle écoute la cloche sonner le glas de ta citadelle fissurer ses murs, écoute comme ta mémoire au son de la cloche frémit bat faiblement au choc du marteau vibre, vibre un temps, deux temps, lentement secoue voiles et haillons, couches de feuilles et de cendres, sourdement s'éveille et revit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Seraphita   13 février 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
Chevelure, ciel tissé de nuages, estuaire tramé de brumes – lac diapré d’algues, forêt d’émeraude, roches, dos de baleines, mauves écumes – en elle je trouverais le tout, le rien, le plein et le vide –

le silence et le vent –

mon centre et mon sens et mon souffle, épanouis sans borne aucune. (p. 29.)
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   15 avril 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
 

 

L'été vient et rien avec.

L'été bientôt sa tiède chaleur ses bras nus, sombres ses feuilles et rien tu ne vois rien venir que le soleil jour après jour plus installé quand cet hiver rappelle-toi comme tu l'avais guetté le printemps et puis l'été.

Mais rien – ou si peu de chose – le vent peut-être oui, le vent qui sous les branchages s'infiltre doré ou la blancheur peut-être, la blancheur voilée du ciel là-haut –

n'avais-tu guetté rien d'autre qui vaille d'attendre, si longs jours gris si longues nuits si blêmes –

mais non peut-être rien ne devait venir rien d'autre que cet été-là qui juste commence –

s'anime houle matinale se lève mauve au soleil, se déploie, doucement ourle sa lèvre, et silencieuse étale son écume

Commenter  J’apprécie          00
coco4649   15 avril 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
 

 

Pédalant soleil dans mon dos – pas le soir encore mais plus si loin projette mon ombre sur la route droit devant moi – l'ombre de ma chemise battue déchiquetée par le vent la vitesse – et celle de ma chevelure.

Un frisson m'a saisi, en dépit de la chaleur.

Pédalant, fixant cette ombre, j'y ai reconnu la même exactement que vingt ans, trente ans plus tôt – en arrière.

Identique cette ombre, immuable cette découpe fouettée par le vent, la vitesse.

Grande frayeur.

Face à l'ombre de moi-même, lambeau flottant la mort en ombre légère m'apparut d'un coup très proche, comme si j'avais pédalé, effrangé, repoussé par le vent, ma vitesse – en arrière

Commenter  J’apprécie          00
Medulla   20 janvier 2018
L'île blanche de Bruno Krebs
Nuit aphone villas flanc des collines

murs sous le lierre jardins et fontaines

feux blancs et bleuâtres sautillent follets s'évanouissent

se rallument plus loin brume peut être et reflets

un éclair au bout de l'avenue s'éteint
Commenter  J’apprécie          10
Seraphita   13 février 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
Mais au terme de ma vie consciente, avec la mort ou la folie je veux qu’aussi revienne ce torrent, qu’il m’emporte dans ses bras glacés, qu’il m’emporte loin, jusqu’aux lointaines et douces prairies d’asphodèles. (p. 26.)
Commenter  J’apprécie          10
Seraphita   15 février 2018
Dans les prairies d'asphodèles de Bruno Krebs
Jours – amours sables vents furieux s’écroulent, sous mon pied me manquent.

Amours de rien ne me protègent, ne m’habillent – me laissent peau nue écaillée au soleil – aux brûlures de l’absence. (p. 75.)
Commenter  J’apprécie          10
Marti94   21 juin 2015
Brésil de Bruno Krebs
Voix traditionnelle des brésiliens, la samba reste indissociable du carnaval. Mais la bossa nova (nouvelle vague) n’est pas moins représentative du Brésil et de son lien de naissance, Rio.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..