AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.98 /5 (sur 221 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : North Hollywood, Californie
Biographie :

Ancien membre de l'U.S. Air Force (1998-2008), C.J. Roberts vit en Californie avec son mari et ses deux filles.

Sa série atypique "The Dark Duet", dont le "Captive in the Dark" (2011) est le premier tome, est un vrai best-seller au États-Unis et est en cours d'adaptation pour la télévision.

son site: http://www.aboutcjroberts.com/

Ajouter des informations
Bibliographie de C. J. Roberts   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'auteur Cj Roberts, de passage à Paris, a annoncé la sortie d'Epilogue, le troisième livre de sa série Dark Duet, pour le 7 décembre 2016.


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation

Un livre troublant ... Voici le mot qui pour moi le décrit le mieux. D'abord perturbée par l'entrée en matière du récit, puis viscéralement retournée par la violence endurée par l'héroïne, et finalement bouleversée par la tournure des événements ... Je ne sais trop quoi dire pour vraiment résumé toutes les palettes d'émotions ressenties durant ma lecture ! Il me tarde le tome 2 avec impatience. Livre à ne pas mettre entre les mains d'un public trop jeune.

Commenter  J’apprécie          70

En plus de mon œil au beurre noir, j’avais les cheveux emmêlés. Bizarrement, j’essayai de me recoiffer. Je me sentis soudain complètement stupide. C’était absurde. C’est ça, Livvie, n’oublie surtout pas de te pomponner pour ton beau ravisseur. Idiote !

Commenter  J’apprécie          70

La porte de la chambre s’ouvrit d’un seul coup, me faisant sursauter. Je cherchai désespérément autour de moi une sortie ou une cachette. C’était irrationnel, je savais qu’il n’y avait pas d’issue. Mais l’instinct se fout de la raison. Mon instinct me disait de me cacher, même pour les quelques secondes qu’il lui faudrait pour me débusquer. 

Commenter  J’apprécie          50

J’aurais voulu ne jamais les quitter. Rester dans ses bras pour toujours, blottie contre son torse, ses doigts caressant mes cheveux, les battements de son cœur contre mon oreille : tout va bien, aie confiance, je t’aime. Je t’aime ? Est-ce que je voulais qu’il m’aime ? Oui. Je voulais que quelqu’un m’aime. Et quelqu’un qui risquait sa vie pour vous sauver, n’était-ce pas ça l’amour ? Caleb m’avait sauvée. Cela signifiait-il qu’il m’aimait ? Une part de moi voulait le croire. Croire à un idéal romantique qui n’existait pas. J’avais envie de croire au mensonge. Mais plus que tout, j’aurais voulu que ce ne soit pas un mensonge.

Commenter  J’apprécie          40

La vengeance, se rappela Caleb. La vengeance était son but ultime. La vengeance qu’il préparait depuis douze ans et qui serait enfin accomplie dans quelques mois.

En tant que dresseur d’esclaves novices, il avait discipliné un certain nombre de filles. Certaines consentantes, s’offrant de leur plein gré à l’esclavage pour échapper à l’indigence, sacrifiant leur liberté pour la sécurité. D’autres venaient à lui contraintes et forcées, filles de pauvres fermiers vendues par leurs parents pour se décharger d’un fardeau. D’autres encore, quatrièmes ou cinquièmes épouses de cheikhs ou de riches banquiers, lui étaient envoyées par leurs maris afin d’apprendre à satisfaire leurs appétits particuliers. Mais la fille qu’il surveillait de l’autre côté de cette rue passante était d’une autre espèce. Elle n’était pas consentante, elle n’était pas vendue par son père, elle ne lui était pas envoyée. Elle serait sa conquête.

Commenter  J’apprécie          30

— Est-ce que tu as faim ? dit-il, loin derrière moi – il ne m’avait pas suivie.

Je ne me retournai pas, complètement absorbée par l’obscurité au-dehors, tout le reste n’étant que parasites.

— Plus ou moins.

Ce fut tout ce que je parvins à répondre.

— Disons que c’est « plus ou moins » une question à laquelle j’attends un oui ou un non. J’aimerais que tu me répondes correctement et que tu me regardes quand je te parle.

Commenter  J’apprécie          30

Seule dans la douche pour la première fois depuis plus de trois semaines, je laissai mes pensées vagabonder. Quand je sortirais de cette cabine, j’allais entamer le périple le plus difficile de ma vie. Je ne devrais compter que sur moi-même. Je devrais me montrer forte, intelligente et courageuse. Je devrais laisser l’autre moi, la fille dure et impitoyable, prendre le dessus et celle que j’étais… cesserait d’exister. 

Commenter  J’apprécie          30

Il était mon bourreau et mon seul réconfort; le créateur de l'obscurité et ma seule lumière.

Je me fichais qu'il ait le pouvoir de décider de me faire souffrir à tout moment ; en cet instant, j'avais juste besoin que quelqu'un me tienne dans ses bras, soit gentil avec moi et me dises exactement ces mots-là. Tout ira bien.

Commenter  J’apprécie          30

Mordant à l’hameçon, elle a tenté de meubler le silence qui s’installait.

— Caleb… sois raisonnable. Tu sais très bien que tu vas me sauter dessus dès que j’aurai posé mes fesses sur ce canapé.

De nouveau, elle s’est mordillé la lèvre, tirant dessus nerveusement avec ses doigts.

— Caleb ? Tu ne veux pas répondre ? Oh, je vois. Tu vas juste rester assis là avec ton air de « tu sais très bien que tu as envie de moi » ? Je n’ai plus peur de toi, Caleb.

Elle a croisé les bras sur sa poitrine pour essayer de m’intimider.

— J’ai une bombe au poivre dans mon sac !

Je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai éclaté de rire.

— Bon Dieu, quel crétin tu fais, a-t-elle dit.

Elle est venue vers moi et s’est laissée tomber sans façon sur le canapé.

— Très bien ! Je suis là.

Je me tenais encore les côtes quand mon rire s’est enfin calmé et j’ai pu la regarder sans pouffer de nouveau.

— Je suis désolé, Livvie, vraiment. Tu me tues. Une bombe au poivre ? J’ai traversé la planète pour te retrouver et tu crois que c’est une bombe au poivre qui va m’arrêter ?

Le franc sourire qu’elle m’a offert était une sorte de récompense après toutes les gifles et les insultes qu’elle m’avait balancées depuis le début de la soirée.

— D’accord, ça ne t’arrêtera peut-être pas. Mais ce serait quand même très marrant de te voir te rouler par terre en pleurant.

Elle a haussé les épaules.

— Oui, je crois que j’aimerais ça.

Commenter  J’apprécie          10

Mais au bout de douze ans, ce n’était plus uniquement la vengeance qui poussait Caleb à continuer d’avancer dans le noir. Mais plutôt l’espoir insensé de trouver la lumière de l’autre coté.

Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
554 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur cet auteur