AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.77 /5 (sur 24 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) le : 30/08/1964
Biographie :

Catriona Seth est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Lorraine anciennement Université de Nancy II.

Elle est spécialiste du siècle des Lumières, en particulier de l’histoire des idées et de la littérature.

Après des études à l'Université d'Oxford (Magdalen College) et à la Sorbonne, elle exerce pendant quelques années dans le privé comme traductrice-interprète, puis comme consultant.

En 1995 elle soutient sa thèse et est reçue à l'agrégation de Lettres modernes. Après quelques années dans le secondaire, elle devient maître de conférences à l'Université de Rouen (2000), puis professeur des universités à l'Université de Nancy II (2006).

Elle est professeur invité à Indiana University (Bloomington) pour le semestre de printemps 2010 et professeur associé au département d'histoire de l'Université Laval (Québec) à partir de 2011.

Elle a été commissaire d'exposition, avec Élisabeth Maisonnier, pour Marie-Antoinette : femme réelle, femme mythique à la Bibliothèque municipale de Versailles, a fait partie du comité scientifique pour Les Enfants du secret au Musée Flaubert et d'histoire de la médecine (Rouen).

Elle est directrice de collection pour les Classiques Garnier et dirige la série diffusée par Le Monde, des Grands classiques de la littérature libertine.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Révolte et révolution, une plongée dans l'Histoire pour mieux comprendre le présent - Extrait


Citations et extraits (8) Ajouter une citation
cecilit   14 février 2015
Lettres à Sade de Catriona Seth
Cher Marquis,

..

Vos oeuvres sont désormais toutes publiées, commentées, traduites. A ce sujet, vous serez sans doute heureux d'apprendre que le rouleau de papier sur lequel vous aviez reporté, en pattes de mouches, le manuscrit de vos Cent vingt journées de Sodome, a été retrouvé lors de la vente publique à Berlin de la bibliothèque d'un médecin psychiatre, et figure maintenant en bonne place parmi les trois mille pages de l'édition complète de vos oeuvres dans l'édition de la Pléiade, - ce qui se fait de mieux en matière d'édition, "sur papier bible" , comme le précise la publicité.

Vos héritiers qui, durant quelques générations, ont affecté n'avoir aucun rapport avec vous, assument aujourd'hui sans complexe, votre auguste patronyme. Un vin de notre belle Provence porte votre nom, et votre château, ou plutôt ce qu'il en reste, a été racheté par un célèbre couturier qui y organise, l'été venu, un festival de théâtre et de musique qui remporte un certain succès. Ah si les pierres pouvaient parler ! je pense qu'elles se feraient l'écho d'autres audaces, toutes ces folies que vous avez jouées ici !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilit   14 février 2015
Lettres à Sade de Catriona Seth
Cher Marquis,

Je tenais à vous remercier. Tant que vos livres continueront à circuler, ils seront un recours contre les fades tisanes de l'érotisme. On continue à nous fatiguer avec la vulgarité prétendue de la pornographie, son manque d'esthétisme, alors que l'érotisme, n'est-ce pas, ce serait tellement mieux, tellement plus artistique, tellement plus sublimé. Les mots prévisibles arrivent comme des perles qu'on enfile : suggestion, mystère, allusion, etc. A chaque fois que j'entends ça, je revois les photographies floues des nymphes en robes vaporeuses que David Hamilton, naguère, disséminait partout. Avec des petits bouts de seins bien mignons, des petites fesses bien lisses. Dégoûtantes pâtisseries.
Commenter  J’apprécie          40
cecilit   14 février 2015
Lettres à Sade de Catriona Seth
Donatien, tu es mort depuis deux cents ans, et je sais que, comme moi en cet instant, tu aurais souri d'une lettre qu'on aurait promis de t'adresser dans l'autre monde, comme on dit, convaincus l'un et l'autre qu'une telle lettre ne te parviendra jamais à une telle adresse, car n'étant plus ici, tu n'es nulle part.

Il t'est arrivé d'être condamné à mort par contumax, d'avoir été exécuté en effigie, un mannequin ayant eu la tête tranchée sur un billot, en la place des Prêcheurs à Aix, puis le fétu de paille ayant été brûlé, et d'avoir été ainsi décrété de mort civile : tu n'existais plus pour la société qui t'avait connu et reconnu, ton épouse Renée-Pélagie devait être considérée comme ta veuve, tes biens pouvaient être remis à tes héritiers ou vendus au profit de tes créanciers. Mais cela ne t'empêchait pas de vivre, d'exister ailleurs, sous le masque, avec l'espoir de ressusciter un jour à la vie civile, dans ta véritable identité, parmi ceux que tu aimais et qui te chérissaient malgré les soucis que tes écarts de conduite et ton impiété leur procuraient.

Aujourd'hui, tu es perdu à jamais. Les traces de ta tombe ont disparu "dessus la surface de la terre" comme tu en exprimas le voeu dans ton testament, faisant de celui-ci une admirable page de littérature, laquelle, paradoxalement, devenait une raison de plus pour que ton souvenir, lui - contrairement à ce que tu souhaitais aussi-, ne s'effaçât point de la mémoire des hommes : sur ce point, ton espoir a été contredit. Mais tu ignores cela, dans un effacement souverain de tout et de l'oubli lui-même, puisque tu n'es plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Anncy   15 janvier 2013
La fabrique de l'intime de Catriona Seth
Partout ou il n'y a rien d'écrit, vous lirez que je vous aime

Diderot
Commenter  J’apprécie          60
polarjazz   12 novembre 2017
Correspondances amoureuses de Catriona Seth
Tu es un ange ; je baise tes pieds, je baise tes larmes ! Je reçois ton adorable lettre, j'ai a peine le temps de t'écrire ce mot, moi pauvre galérien travaillant nuit et jour, mais toute mon âme est pleine de toi, mais je t'adore, mais tu es la lumière de mes yeux, mais tu es la vie même de mon cœur. Je t'aime, vois-tu, je t'aime au-delà des paroles, au-delà des regards et des baisers ! La caresse la plus passionnée et la plus tendre est encore au-dessous de l'amour que j'ai pour toi et qui me déborde ! Oh oui, tu as raison, ce que je te disais hier était bien profond et venait de tout ce qu'il y a de meilleur et de plus vrai dans l'amour, tu le sens, mon ange, tu me le dis en mots adorables, je te remercie, je me mets à genoux devant toi. Je baise chaque mot de ta douce lettre si exquise, et si passionnée. Oh ! que je t'aime. Prends ma vie ; prends mon avenir, prends ma liberté, prends toutes mes actions, prends toutes mes pensées, prends le souffle de ma bouche, le sang de mes veines, les heures de mes jours et de mes nuits ; prends mes rêves, mes espérances, mes joies et mes peines, prends tout de moi, prends mon âme et garde à jamais mon cœur !

(Victor Hugo à Léonie Biard ; page 91)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
soleil   17 février 2015
Lettres à Sade de Catriona Seth
Sade est le nom que nous donnons à nos fantasmes, la conscience de nos imperfections mal assumées(...), un nom qui rappelle les inventions d'un cerveau génial dans son dérangement, capable d'accoucher des pires personnages et dont la langue française était la seule patrie
Commenter  J’apprécie          30
Talinna9   14 août 2018
La fabrique de l'intime de Catriona Seth
La femme la plus humoriste et la plus dédaigneuse sera toujours chez elle, polie, obligeante [...] On ne se fâche point, on ne se formalise point, on ne se moque point chez soi. On n'y montre ni humeur, ni dédain, ni sécheresse.



Voici un joli mot de la comtesse Amélie. Quoiqu'elle ait une conduite irréprochable, elle se permet quelquefois des plaisanteries sur les ridicules de son mari. Un jour qu'elle s'en moquait en présence de sa belle-mère : "vous oubliez, lui dit cette dernière, que vous parlez de mon fils". -Il est vrai, maman, répondit la comtesse Amélie, je croyais ne parler que de votre gendre.
Commenter  J’apprécie          10
polarjazz   13 novembre 2017
Correspondances amoureuses de Catriona Seth
Pour établir quelque chose de durable, il faut une base fixe. L'avenir nous tourmente le passé, et le passé nous retient. Voilà pourquoi le présent nous échappe.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox