AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 45 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lille , le 27/04/1959
Biographie :

Didier Hermand vit actuellement à Flines-lez-Râches dans le Douaisis.

Véritable touche-à-tout, il a fait mille métiers, a pris le temps d'observer, de s'imprégner et décide, à l'aube de la cinquantaine, de revenir à l'essentiel et d'écrire en toute liberté.

Ses récits abordent des thèmes proches à chacun, notamment ceux concernant les rêves, les projets, les faiblesses, les doutes, et le sens de la vie…



Source : unauteur.unblog.fr/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Didier Hermand - La Vie des Livres - novembre 2013 Le romancier Didier Hermand présente son septième livre, "Le Marionnettiste" (éditions Atria). Retrouvez toute l'actualité de l'auteur sur son site internet : http://unauteur.unblog.fr/...


Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
frgi   28 septembre 2016
Le marionnetiste de Didier Hermand
"La joie, le bonheur, c'est comme l'amour et le sexe, ça commence et ça finit. Ca finit toujours, parce que nous confondons le bonheur avec nos désirs. Ce qui nous attire, ce n'est pas le bonheur, c'est le désir. Mais le désir est un leurre perpétuellement renouvelé, parce qu'il cesse d'exister dès qu'il est assouvi. Le désir assouvi n'est plus un désir. S'il s'évapore parfois en laissant place au bonheur escompté, cette illusion ne dure jamais longtemps, elle est aussi éphémère que l'envie qui l'a fait naître." (p.119)
Commenter  J’apprécie          130
frgi   29 septembre 2016
Le marionnetiste de Didier Hermand
"[...] j'étais abasourdi par la justesse de ses phrases. Qui était-elle? Un bébé-Nobel-éprouvette? Le fruit des amours d'Amélie Nothomb et de Bill Gates?" (p.162)
Commenter  J’apprécie          120
frgi   28 septembre 2016
Le marionnetiste de Didier Hermand
"Il règne dans tous les établissements de jeux une atmosphère reconnaissable entre toutes. Dès que vous poussez la porte, la musique hypnotique des machines à sous invite à la danse. Et vous n'entendez qu'elle, car au paradis des bandits manchots, la parole n'est pas d'argent et le silence est d'or." (p.71)
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   19 juillet 2015
Âmes soeurs de Didier Hermand
Je pense que depuis la nuit des temps, l’Homme a cherché à savoir d’où il venait et où il allait. C’est la grande question de l’humanité. On peut vivre toute sa vie sans avoir la réponse, mais chaque être doté d’un esprit s’est posé la question au moins une fois. Pour certains, la réponse est dans la religion, pour d’autres dans la science. À chacun sa vérité, à chacun la réponse à laquelle il veut croire et à laquelle il s’accroche. Parce que nous avons tous besoin d’une réponse, quelle qu’elle soit.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   23 juin 2016
Embrasse les vivants pour moi de Didier Hermand
Elle désirait un animal de compagnie avant tout, mais elle ne voulait pas d’un chien-chien à sa mémère, de ces roquets qui aboient à la moindre occasion, font des caprices et tombent malades pour un oui ou pour un non. Ce qu’il lui fallait : c’était un bon chien de garde, pas trop gros, mais suffisamment imposant pour impressionner les intrus. Un labrador, ou un épagneul breton aurait fait l’affaire.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   19 juillet 2015
Âmes soeurs de Didier Hermand
C’était écrit comme des crimes, les mœurs d’une époque barbare et obscure à jamais révolue. Mais les livres ne suffisent pas à éclairer le monde. Le « siècle des lumières » n’a pas su empêcher le calvaire des familles noires, entassées à fond de cale et vendues comme du bétail par des hommes « éclairés ». Le monde s’autoflagelle à coups de beaux discours, oublie et récidive.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   19 juillet 2015
Âmes soeurs de Didier Hermand
Dans l’intimité, Alexia aime vivre nue. Dès qu’elle se retrouve seule, elle se débarrasse de ses vêtements et évolue à son aise. C’est sa façon à elle de prendre possession des lieux qu’elle traverse. En se projetant nue dans un nouveau décor, celui-ci devient plus familier, elle est chez elle. Elle s’approprie l’endroit, les meubles, les murs, les objets. C’est aussi pour elle une façon d’affirmer qu’elle est en confiance. Une fois la porte refermée derrière elle, elle peut déposer les armes, nue, fragile et forte à la fois.

Elle s’offre aux regards des miroirs qui la multiplient, la caressent sous tous les angles, et gravent dans leur mémoire glacée la chaude empreinte de son corps. L’image qu’ils lui renvoient lui plaît, sa nudité l’émeut toujours… Elle aime ce corps, son corps, incontestable possession, infime parcelle de l’univers qui n’appartient qu’à elle et dont elle connaît chaque recoin, dans les moindres détails.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   19 juin 2016
Le marionnetiste de Didier Hermand
Venise ; à la fois cité d’exception où flottent dans une atmosphère irréelle tous les Arts y compris l’art de vivre, et ville-musée réservée aux touristes avides de beauté, sans aucun savoir-vivre !

Oui, vraiment, c’est fou comme une minute de lucidité peut vous assécher l’âme ! Le masque venait de tomber et Venise pour la seconde fois, m’apparut différente. Venise, terre stérile qui ne nourrit personne, ni hommes ni bêtes, ville fictive, ville creuse, ville fantôme où rôde toujours le spectre du luxe et de la luxure. Ville bâtie sur l’eau. Ville bateau. Bateau fantôme. Bateau de pierrailles dont le pont supérieur s’appelle ‘Place Saint Marc’. Pont sur lequel le quatuor du Florian, en perpétuel habit de soirée, s’obstinait à jouer, même s’il n’y avait plus personne pour l’écouter, comme sur le pont du Titanic, juste avant de sombrer…
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   19 juillet 2015
Âmes soeurs de Didier Hermand
Alors qu’il me suppliait de lui pardonner, je marchais sans me retourner, souhaitant ardemment que chaque jour qu’il lui restait à vivre soit un jour de torture.

Parce qu’on ne ressuscite pas les morts, parce qu’on ne revient pas en arrière, parce qu’on ne peut rien effacer.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   19 juin 2016
Le marionnetiste de Didier Hermand
Dire « Nous sommes allés à Venise ensemble » vaut tous les certificats de mariage. Des plus jeunes qui s’embrassent sans complexe aux plus âgés qui s’enlacent encore par la taille… De ceux qui se mangent des yeux, à ceux qui se tiennent par l’auriculaire, le message est toujours le même : « Regardez comme on s’aime ! », et la photo qui immortalisera cet instant vaudra pour preuve aux yeux de ceux qui, obligatoirement, n’auront plus qu’à les envier.

Parce que cette ville, tout le monde la connaît, même ceux qui n’y sont jamais allés. Tout le monde souhaite s’y promener un jour, tout le monde rêve d’une balade nonchalante en gondole. Tout le monde sait qu’ici le temps s’étire à l’infini.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox