AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chaumont-en-Vexin , 1965
Biographie :

Emmanuel Godo est un poète, écrivain et essayiste français.

Agrégé de lettres, docteur ès lettres, il est professeur de littérature en classes préparatoires au lycée Henri IV de Paris. Il est aussi universitaire, enseignant à l'Institut catholique de Lille.

Critique, auteur d'essais littéraires, il s'est spécialisé dans les rapports entre la littérature et l'expérience intérieure, en particulier la spiritualité.

Ses premiers travaux sont consacrés à l’œuvre littéraire de Maurice Barrès. Sa thèse est publiée en 1995 aux Presses universitaires du Septentrion sous le titre "La Légende de Venise, Maurice Barrès ou la tentation de l'écriture". Sur Barrès, Emmanuel Godo publie en 1998 aux éditions Kimé les actes d'un colloque, "Ego scriptor, Maurice Barrès et l'écriture de soi" qui réunit des études, dont le dernier texte publié de Jean-Marie Domenach.

En 2004, il publie, en collaboration avec Jean-Michel Wittmann, une édition commentée des "Déracinés" de Maurice Barrès aux éditions Honoré Champion.

Grâce au soutien amical des écrivains Jean-Pierre Lemaire, Sylvie Germain et Colette Nys-Mazure, il publie, en 2012, son premier ouvrage de fiction, "Un prince", dans la collection Littérature ouverte, aux éditions Desclée de Brouwer.

Même s'il se consacre toujours à la critique littéraire, Emmanuel Godo infléchit plus nettement son œuvre vers la création à partir de 2017. Il fait une exploration méditative des territoires personnels en deux volets: "Ne fuis pas ta tristesse" (2017) et "Mais quel visage a ta joie ?" (2019) et écrit un auto-fiction: "Les trois vies de l'écrivain Mort-Debout" (2018).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Emmanuel Godo   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La Café Littéraire - Emmanuel Godo, Ne fuis pas ta tristesse

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   17 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)





VEZELAY

Pour Jean-Pierre Lemaire

Extrait 2



Au silence des fantômes

Dans les sous-bois

     Le pas craque

Sur le tapis de feuilles

     Et de branches

Dans la pénombre des lisières

L’eau dort sans méfiance

La petite fille se fait silhouette

     Ma joie

     Mon puits de larmes

Le détour est un art

Autour de la colline

Et du dieu qui se tait

Pour ne pas nous effrayer

     La marche

     Une prière

Qui attise en nous

     Un feu

     Imprévisible

     Et doux



p.19

Commenter  J’apprécie          120
pgremaud   03 octobre 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
A MES FILLES



Vous me lirez quand je serai mort

et ce sera bien ainsi

Car tout ce que j'ai écrit je l'ai écrit

dans cette ombre paisible

Juste à côté de vous dans le silence heureux

Où les mots se laissent entendre dans une clarté

Qui n'existe que là



Et lorsque vous me lirez ce sera

comme si une voix glissait

De l'autre côté des futaies et venait vous rappeler

Qu'il existe une autre manière

de parler donc de vivre

Et que le monde n'est pas cette fête triste

qu'on en fait

Pour vous empêcher de vivre

toute la vie qui vous appelle
Commenter  J’apprécie          80
karamzin   06 juin 2021
Puisque la vie est rouge de Emmanuel Godo
...

« Qui pousserait le cri de joie pour réveiller morts et orphelins à l'aurore ? » ― Léopold Sédar Senghor, Prière aux masques, Chants d'ombre.



Près de l'écluse une chanson s'est pendue

La robe verte de l'ange fait frissonner son feuillage

Au dernier souffle de la nuit

Le crépuscule prépare sa prière

Les feuilles s'envolent quand tu roules

L'honneur est redonné par la voix bien-aimée

On dirait une tour de contrôle des années 70

Il n'y a plus d'éclusier on fait les poches à tout ce qui passe

Il faut croire que les avions flottent maintenant

Elle a dit qu'elle n'aimait pas la poésie

Qu'elle ne sait pas quoi faire des poèmes

Drôles d'éclairs figés là dans la peau du jour

Elle voudrait connaître le nom de l'assassin

Ou du sauveur avant la dernière page



Le jour n'a pas besoin de chanter pour dire qu'il voudrait naître

Vue du train la ville fait briller son collier de pacotille

Elle se lèche le dos comme une bête assiégée



Je pense à vous Paul Claudel Saint-John Perse

Léopold Sédar Senghor Patrice de La Tour du Pin

Le temps où je vis manque de votre parole

De confiance et de splendeur

Je rêve à une messe

Dans le jardin aux pierres d'oubli

Avec versets venus de la Grande Maison

Avec koras balafons légendes

Et bras de femmes levés sur les douleurs

Avec appel du nom et douceurs suppliantes

Ce sont des clous plus forts que les discours

Sans cœur que le présent nous plante au cœur

Pour l'empêcher de battre



Sur la place Maubert les premiers prix s'affichent

Les pâtisseries d'Auvergne

Le veau élevé dans des larmes de mère

Les poupées aux yeux de varech



Et toi combien te coûte un poème ?



Je viendrai te chercher dans ta peur

Je te délivrerai de ta peur

Je t'embrasserai

J'embrasserai ta beauté

J'embrasserai la beauté qui te fait peur



― p.128
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pgremaud   29 avril 2020
Puisque la vie est rouge de Emmanuel Godo
Les hommes glissent comme des poissons

Derrière la lumière de lune des fenêtres

Combien de fois par semaine faut-il changer l'eau du théâtre ?

Sur l'écran de télé les morts heureux demandent

Qu'on applaudisse leur imitation de la joie

Mes trois plantes n'ont jamais tremblé

Quand je fais entrer le vent à petites toux dans la maison.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   17 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)

PROSE





Dans le roman que je n’écrirai jamais

Il y aurait eu cette phrase

Il portait

Vestige de l’élégance des anciens dimanches

Des chaussures de cuir blanc

Il y en aurait eu des détours

Pour que la phrase puisse venir à point

Et avec elle la silhouette d’un homme

Qui marche devant sa pauvreté

Traversant la rue à pas de corde

À côté de cette peur que la vie leur fait tomber dessus

Cette sorte de défaite qui accable les hommes

Et que lui conjurait avec cette paire de chaussures blanches

Que la poussière ne grisait pas suffisamment

Pour qu’on ne puisse reconnaître des

Chaussures blanches

Et avec elles l’élégance

Toute l’élégance

Des anciens dimanches

Ou de ce qu’on appelle ainsi

Cette manière que les hommes ont parfois

De glisser sur leurs peurs

D’en faire un tapis de verre

Et de glisser dessus

Comme sur le parquet de bois blond

Des guinguettes ou des thés dansants

Des anciens dimanches



p.16-17

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
simoncailloux   27 août 2021
Paul Claudel : La vie au risque de la joie de Emmanuel Godo
Avant de poser son bâton, le pèlerin professionnel achève son tour du monde. Après l’Amérique, Bruxelles. […]. Le Claudel bruxellois est un homme qui vieillit. Il se rase la moustache, manière d’inaugurer la vieillesse, la vraie. Sa surdité va croissant. Avec elle resurgit la grande hantise de Claudel ― d’être séparé, coupé des autres, du monde. A quoi s’ajoutent des problèmes d’anémie. Heureusement ses relations avec le roi Albert Ier sont très amicales. A sa mort en février 1934, Claudel pleure un ami. Autre source de joie ; sa rencontre avec les peintures flamandes et hollandaises ; Rubens, Vermeer. Il aime que chez les flamands la question de l’existence de Dieu soit pour eux si forte, qu’ils la posent à chaque élément de la création. Leur foi s’exprime non pas en tant que pieuse reproduction de la nature, mais en ce que chaque imitation, chaque figuration opère comme une humble interrogation de ce monde qui en cache un autre.
Commenter  J’apprécie          40
simoncailloux   26 août 2021
Paul Claudel : La vie au risque de la joie de Emmanuel Godo
De retour en France en 1905, Claudel cherche le repos auprès de sa sœur Louise. Il écrit « Partage de midi », avec la sensation d’être parvenu au tournant majeur de sa vie, à ce qu’il appellera, dans ses « Mémoires improvisées », un changement de versant. Il écrit à Francis Jammes : « Vous savez que je fais un drame qui n’est autre que l’histoire un peu arrangée de mon aventure. Il faut que je l’écrive, j’en suis possédé depuis des années, et cela me sort par tous les pores. D’un autre côté je me demande s’il convient à un chrétien de peindre des passions coupables. »
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   16 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
 

 

Comme un qui retourne vers la maison abandonnée

Et se rend compte à l’approche sans même

     L’épreuve du seuil

Qu’il n’a jamais cessé de l’habiter

     En pensée comme en rêve

Tout au long du voyage qui le menait ailleurs

Vers cet oubli bruyant qu’on appelle le monde

J’ai fait retour au pays natal

     Ouvert aux quatre vents

     Sans drapeau et sans haine

Ce lieu de nulle part aux fondations errantes

     Où tout a commencé

La parole les abords lumineux de l’absence

     La forme inexacte de ton visage

J’ai retrouvé l’usage du silence

     Je suis redevenu poète

Sans savoir si j’appelais poésie

Le lieu lui-même ses parages les sentiers inaperçus

L’attente évanouie ma mémoire capricieuse

     La promesse toujours nouvelle



p.9

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   17 août 2018
Je n'ai jamais voyagé de Emmanuel Godo
Journal de poésie (2009-2014)





VEZELAY

Pour Jean-Pierre Lemaire

Extrait 1



Labours de pierres

Chemins effacés

Par le jeu des hommes

Dans la terre serrée

Nos empreintes éphémères

     Et lourdes

La vie comme une énigme

Déchiffrable soudain

Les trois bonds d’un chevreuil

     Dans le visible

     Sur la route

Le salut de l’inconnu

L’esprit envolé

Le sourire du simple

     Qui dit

Je connais le chemin le plus court

     Mais il monte

À la maladrerie

     Le rire

Pour tenter de tenir tête



p.18

Commenter  J’apprécie          30
simoncailloux   27 août 2021
Paul Claudel : La vie au risque de la joie de Emmanuel Godo
« Avant, dit Claudel, j’essayais de donner jour à mon drame intérieur, comme je le pouvais, tandis que là je le domine et lui impose une forme. » Le thème de l’héroïsme y domine toujours, même si ceux de la famille et de la terre font leur apparition. La dimension religieuse reste prépondérante, quoique perpendiculaire. Pensée de Coûfontaine, née aveugle, est le symbole de l’amour eucharistique : « Tout chrétien a des rapports avec Dieu, des rapports d’aveugle, somme toute, puisque nous avons des rapports intimes avec Dieu, aussi intimes qu’ils peuvent l’être puisqu’il s’agit d’une véritable assimilation et, cependant, ces rapports d’amour se font dans la nuit la plus complète.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Envolez-vous 🦆🦅🦜🕊

Dans ce roman policier, un lynchage se prépare. Frère Cadfael, réussira- t-il à sauver le frêle baladin soupçonné de ce crime ?

Le moineau du temple
Chante joli moineau
Le moineau de l'abbaye
Le moineau du sanctuaire

15 questions
58 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , oiseaux , littératureCréer un quiz sur cet auteur

.. ..