AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.83 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chilly-Mazarin , 1935
Mort(e) à : Anthony , le 26 nov 1997
Biographie :

Né en 1935 et mort en 1997, Francis Paudras a étudié le piano dès l'âge de cinq ans. Il a collaboré à des revues de jazz, des émissions radio et télé, dans un seul souci : faire entendre et connaître cette musique.

Paudras vient de Chilly-Mazarin près de Paris et a eu des cours de piano dans son enfance; plus tard, il a étudié les beaux-arts à l'Ecole Estienne. Après son service militaire, il s'installe à Paris en 1958, où il découvre le jazz pour lui-même, notamment le piano jazz de Bud Powell, Erroll Garner ou Bill Evans ; il apprécie également le piano classique joué par Ravel , Debussy , Rachmaninow ou Glenn Gould , qu'il adorait.

En 1959, il rencontre le pianiste Bud Powell à Paris. Pendant son amitié avec lui, Paudras a travaillé comme designer; dans ses temps libres, il était un fan de jazz enthousiaste et a également travaillé comme pianiste amateur. De 1962 à 1964, il était le gestionnaire officieux de Powell. Il a également vécu dans l'appartement de Paudras pendant un certain temps avec sa femme et sa petite fille; il a finalement accompagné le pianiste malade à son retour à New York en 1964. Paudras a écrit plus tard un livre sur ses expériences avec Bud Powell, qui a été publié sous le titre La Danse des Infidels (du nom d'une des compositions de Powell, "Dance of the Infidels"). Paudras avait également recueilli un certain nombre d'enregistrements inédits de Powell qui sont ensuite apparus sur CD sur l'étiquette Mythic Sound .

Après la mort de Powell en 1966, l'amitié de Paudra avec d'autres musiciens de jazz tels que Bill Evans s'est développée et une collection de documents sur le jazz sous la forme d'innombrables enregistrements, films et souvenirs. Bill Evans a écrit l'avant-propos et la coda du livre Bud Powell; en retour, les notes de doublure de certains des derniers albums de Paudras provenaient de Paudras, comme pour son album live Turn Out the Stars - Bill Evans Trio en direct chez Ronnie Scott (1980) et l'album à titre posthume Letter to Evan en 1992. Dans les années 1960, il achète une propriété historique à Antigny près de Vienne (Isère) , qui appartenait à l' ordre des Templiers au Moyen Âge, la restaure et y héberge sa collection de jazz. À partir de la fin des années 1970, il a vécu dans le bâtiment où il a également hébergé des musiciens tels que Gil Evans et Herbie Hancock . [1]

Sur la base de sa collection de jazz, un deuxième ouvrage sur le jazz a été créé, le livre To Bird With Love en hommage à Charlie Parke
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Francis Paudras   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Cigale17   08 juillet 2019
La danse des infidèles : Bud Powell à Paris de Francis Paudras
Puis dans Newsweek, le 7 septembre, on pouvait lire :

Bud Powell est rentré au pays la semaine dernière. [...] Il n'y a pas un musicien de jazz moderne qui ne doive quelque chose à Bud Powell. Les pianistes plus que les autres et ils le disent. Bud fut le pionnier du jazz moderne, juste après la guerre, quand le bebop a libéré le jazz de la prison des stéréotypes du swing. (p. 395)
Commenter  J’apprécie          40
Cigale17   08 juillet 2019
La danse des infidèles : Bud Powell à Paris de Francis Paudras
Il est non seulement dérisoire, mais néfaste d'avoir regroupé sous un même label des artistes aussi différents que Charlie Parker, Thelonious Monk Dizzy Gillespie ou Bud Powell. Les confondre sous un label aussi restreint et tendancieux que celui de "bebop", c'était accorder bien peu d'attention à l'originalité et à la densité de leur oeuvre. Par l'immensité de leur création, ils auraient mérité comme les grands maître classiques un splendide isolement. (p. 41)
Commenter  J’apprécie          30
Cigale17   08 juillet 2019
La danse des infidèles : Bud Powell à Paris de Francis Paudras
À la maison, la règle d'or était de ne rien lui demander en échange de ce que nous faisions pour lui. Dans notre esprit, nous tentions de lui donner modestement en retour un peu de cette joie et de cet espoir qu'il avait dispensé à son insu dans notre existence, par le passé. Lorsque des gens s'étonnaient de ce que nous faisions, j'avais toutes les peines du monde à leur faire admettre qu'à mon sens, nous lui étions toujours redevables. (p. 183)
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Naruto Shippuden

Comment s’appelle le meilleur ami de naruto ?

Madara
Naruto
Sasuke
Kakashi

11 questions
795 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur