AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Monts-sur-Guesnes , le 20/10/1922
Mort(e) le : 20/03/2010
Biographie :

François Crouzet est un historien français spécialiste de l'histoire de la Grande-Bretagne.

Élève à l'ENS, il poursuit ses études supérieures à la Faculté des lettres de Paris entre 1941 et 1945. Il est ensuite reçu premier à l’agrégation d'histoire en 1945.

Professeur au Lycée de Beauvais, il séjourne ensuite en Angleterre de 1946 à 1949, comme boursier de la Direction Générales des Relations Culturelles, puis comme attaché au Centre national de la recherche scientifique en vue de la préparation d'une thèse de doctorat.

François Crouzet soutient sa thèse sur L’économie britannique et le Blocus Continental 1806-1813, en mars 1956, avec la mention très honorable et les félicitations du jury.

Il est élu Professeur d'histoire économique et sociale à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nanterre et dirige le département d'histoire de 1964 à 1969.

À partir de 1969, François Crouzet est Professeur d'histoire de l'Europe du Nord à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris, puis à l'Université de Paris-Sorbonne, (1970-1992) dont il est un membre du noyau fondateur.

La carrière de François Crouzet a été internationale et il a enseigné dans d’illustres Universités étrangères. Il n’a cessé de travailler jusqu’à son décès en mars 2010, publiant encore en 2009 La guerre économique franco-anglaise au XVIIIe siècle.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de François Crouzet   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nous sommes des sang-mêlés, François Crouzet et Lucien Fevre

Podcast (1)


Citations et extraits (3) Ajouter une citation
jeanparapluie   09 janvier 2014
Nous sommes des sang-mêlés - Manuel d'histoire de la civilisation française de François Crouzet
Ce qui compte, à la limite, dans un livre d'histoire, ce n'est pas ce qu'il relate avec plus ou moins d'érudition, d'objectivité (prétendue) et de technicité scientifique, ce qu'il dit avec plus ou moins de pertinence et d'exhaustivité; de toute façon, le temps a raison de tout et a raison de l'écriture de l'histoire et des historiens qui sont bien vite oubliés, même les plus importants. Le temps est cruel, et les historiens sont cruels. Ce qui compte dans un livre d'histoire et qui est très fortement présent dans l'entreprise oubliée de Febvre-Crouzet, c'est le « plus haut sens ›› qui y repose, disponible à l'appréhension du lecteur : la pédagogie d'un devoir de ne jamais se soumettre à l'empire des stéréotypes, de leur résister, de les combattre, l'exercice de mise en action d'une liberté critique qui se doit d'être civique et, par là même, ouverte à la figure de l'universel qu'est l'autre, dans toutes ses configurations et toutes ses virtualités individuelles ou collectives. La partie n'est alors pas finie; elle ne sera jamais finie. Elle ne doit pas s'achever, telle serait la leçon qui pourrait être tirée de la lecture de "Nous sommes des sang-mêlés". Ne cherchons donc pas à lire et à comprendre ce
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Furtif   26 décembre 2014
Contre René Char de François Crouzet
Le propre de René Char, c’est la verbigération. C’est-à-dire la production systématique et pathologique de textes dénués de sens. Le mot, comme celui de logorrhée, est emprunté à la psychiatrie. Il n’est pas dans Littré. Mais dans Littré on trouve, qui n’est pas loin : verbiage, abondance de paroles et absence d’idées. Abondance, vous dites abondance ? Mais est-ce que les admirateurs de Char ne vantent pas sa concision, son art lapidaire, la force de son laconisme ? C’est oublier qu’à force de hacher menu il a fini par entasser des stères entiers de brindilles. Il a la brièveté interminable et la constriction fluviale. Mais quoi derrière ces mots, quoi sous ces pierres, ces graviers plutôt, ces gravillons à proprement parler ?

Rien. Ou tout ce qu’on veut. C’est la même chose.

[…]

Verbeux, verbosité, verbiage, verbigération, un seul mot : words, words, words. C’est le pur verbalisme qui fait la marque de cette poésie. Elle prend la paille des termes pour le grain des choses : elle se paie de mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Plumesdocris   24 novembre 2015
Long cours de François Crouzet
Paris cette nuit-là au bras de ce garçon

Tout au long des trottoirs où chantonnaient les filles

On entendait l’amour marcher sur la Bastille

Je me rappellerai toujours cette chanson



Il paraît qu’ils l’ont pris tout près de Vaucresson

Et qu‘il chantait encor cet air de la Courtille

Les rosiers n’auront plus tant de roses qui brillent

Je me rappellerai toujours cette chanson



Ces messieurs de Paris la guillotineront

Ils me parlent toujours en pleurant de leurs filles

Avant de commander que je me déshabille

Je me rappellerai toujours cette chanson



Madame Emilia me demande au salon

Le corps selon la loi revient à la famille

Lui me disait toujours de garder ma résille

Je me rappellerai toujours cette chanson
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

On désigne l'hymne italien par son incipit Fratelli d'Italia. Mais quel est le véritable titre de l'hymne national de l'Italie ?

Il canto degli Italiani
Bella ciao
L'Italiano

20 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : visite , culture générale , italieCréer un quiz sur cet auteur