AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Tel Aviv , le 18/12/1943
Mort(e) à : Ramat Gan , le 18/08/1999
Biographie :

Hanokh Levin, est un des principaux dramaturges israélien, né à Tel Aviv en 1943 de parents d'origine polonaise. Il étudie la philosophie et la littérature à l'université de Tel Aviv, et commence sa carrière littéraire en écrivant de la poésie, puis des nouvelles, des pièces et cabarets satiriques, des tragédies et des comédies. Il attire une attention publique significative en 1968 avec son spectacle de cabaret «Toi, moi, et la prochaine guerre». Son œuvre théâtrale comprend une cinquantaine de pièces, dont 33 ont été montées de son vivant. Il en a souvent assuré lui-même la mise en scène, au rythme d’une création par an de 1968 à 1999, année de sa mort.

Source : http://theatrepassion.blogspirit.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Hanoch Levin. Que d'espoir! Théâtre (Partie 1).


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   12 janvier 2021
Théâtre choisi I : Comédies de Hanoch Levin
SCHIBEUGEN.– Oui. C'est le petit espoir qui vous reste. L'épuisement. Ce qui vous guérira, en fin de compte, ce sera une incommensurable lassitude. Vous vieillirez, vous vous étiolerez, et avec la faiblesse viendra le repos. Certes, vous n'aurez pas la force de vous réjouir, mais pas celle non plus de crier, de protester ou de souffrir. Une douce sérénité vous enveloppera. Vous serez calme, calme, juste un petit moignon de vie déchue, repliée sur elle-même et bien ordonnée. Une épaisse couche de cendres recouvrira vos amours passées, présentes, inachevées, inaccessibles, et qui, de toute façon, vous auront renvoyés à votre solitude. Ensuite, doucement, très doucement, sans sursaut ni amertume, vous commencerez un jour à agoniser. Plus rien ne vous intéressera, ni l'agitation ambiante, ni Dieu, ni l'espoir, ni le sens à donner à votre vie. Il vous restera juste assez de force pour tourner vers l'avenir un regard fermé, un regard qui lui aussi se brouillera peu à peu. Jusqu'à ce que vous mouriez. Oui, misez sur l'épuisement.



(p. 105-106, extrait de Kroum l'Ectoplasme)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Tandarica   12 janvier 2021
Théâtre choisi III : pièces politiques de Hanoch Levin
CHER PAPA...

(lettre d'un soldat à son père)



Cher Papa,

Quand tu seras debout au-dessus de ma tombe

Vieux fatigué solitaire

Que tu verras mon corps se recouvrir de terre.

Toi en haut, papa, et moi dans la pénombre



N'essaie pas de prendre une posture inspirée

Tête haute regard fier

Profite, papa, de notre ultime chair à chair

Bientôt tu n'auras plus que tes yeux pour pleurer



Ne retiens pas tes larmes oublie la dignité

Ne joue pas les vainqueurs

Demande-toi plutôt, papa, si c'est à ton honneur

D'avoir soudain un fils étendu à tes pieds



Ne parle surtout pas de ton grand sacrifice

Le sacrifice c'est moi seul qui l'ai fait

Garde tes grands mots, papa, ils seront sans effet

Je n'entendrai plus rien au fond du précipice



Cher Papa,

Quand tu seras debout au-dessus de ma tombe

Vieux fatigué solitaire

Que tu verras mon corps se recouvrir de terre

Papa, demande-moi pardon.



(p. 8, Chanson extraite de Reine de la salle de bain, avril 1970)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
Tandarica   12 janvier 2021
Théâtre choisi IV : Comédies grinçantes de Hanoch Levin
Une discothèque. La nuit. Nina danse avec Éli Hooker, un jeune homme.

NINA.– Tu es si léger.

ÉLI.– J'aime danser. J'aime aussi prendre un bon livre de temps en temps.



Entre Zigui. Il va s'asseoir à l'écart, commence à manger des cacahouètes tout en les observant.



ÉLI.– Qu'est-ce que tu fais dans la vie ?

NINA.– Rien de particulier. Je lis moi aussi. Et je sculpte.

ÉLI.– Tu auscultes ? Et qu'est-ce que tu auscultes ?

NINA.– Je sculpte. Je fais de la poterie.

ÉLI.– Ah.

NINA.– Je prends mon temps, je ne cours pas. Pourquoi me précipiter comme tout le monde ? À quoi bon cette fuite en avant, à quoi bon ? À quoi bon, je te le demande ?

ÉLI.– Tu as raison.

NINA.– Et toi, qu'est-ce que tu fais dans la vie ?

ÉLI.– Je lis un peu, j'écris un peu.

NINA.– Des poèmes ?

ÉLI.– Pour moi, la nuit.

NINA.– Et le matin ?

ÉLI.– Je suis médecin.

NINA.– Tu dis « médecin » avec un tel dédain. Tu n'es vraiment pas comme les autres, toi.

ÉLI.– Parce que c'est quoi un médecin ? Un mythe, rien de plus.

NINA.– Tu es vraiment différent.



(p. 133, extrait de Sur les valises)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LaLo   20 mars 2011
Théâtre choisi I : Comédies de Hanoch Levin
KROUM : On se marie.

TROUDA : Quand ?

KROUM : Maintenant, tout de suite. C'est-à-dire, juste après Tougati.

TROUDA : Monte.

KROUM : Le lit a été réchauffé par Takhti.

TROUDA : Rien ne peut être réchauffé par Takhti. Allez, viens.

KROUM : Tu avoues qu'il était dans ton lit ! Salope !

TROUDA : Tu avais disparu pendant deux semaines, qu'est-ce que tu espérais ?

KROUM : Bon, j'en ai marre, je t'épouse, mais je vais être franc, pour que tout soit bien clair entre nous : ce dont j'ai besoin en priorité, c'est de calme. Tu me connais, tu sais à quoi t'attendre, et idem pour moi. Je ne veux pas de tendresse superflue entre nous et pas ailleurs qu'au lit. Je t'interdis de m'affubler de petits noms affectueux et de te pendre à mon cou dans la rue. Pour être totalement sincère, tes marques d'amour me donnent la chair de poule. Elles sont aussi désagréables que le crissement d'un ongle sur du Formica. Si tu te contentes de me supporter, ça ira. Voilà.

TROUDA : Quant à toi, si tu voulais que je reçoive ta demande en mariage comme un crachat à la gueule - c'est gagné.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tandarica   10 février 2015
Histoires sentimentales sur un banc public de Hanoch Levin
De plus le canapé offre un autre avantage : il englobe une plus grande surface du corps de la femme, jamais un chat ne pourra en lécher autant ; dernière chose enfin, à la différence du chat, le canapé n'est ni traître ni retors, jamais il ne s'échappe, et, chaque fois que sa maîtresse entre dans le salon, elle ne trouve au même endroit, tendre et disponible, d'une totale innocence et d'une fidélité sans bornes, bref, un vrai minou moussu.
Commenter  J’apprécie          80
Tandarica   10 février 2015
Histoires sentimentales sur un banc public de Hanoch Levin
Un des fondements de notre existence : l'objurgation face à la femme intraitable.
Commenter  J’apprécie          80
michfred   07 mars 2015
Théâtre choisi VI : Pièces mortelles de Hanoch Levin
Boubel: Oh, quelles chaussures! Quelles chaussures pour quels pieds! On aurait presque envie de les lécher! (à H) Emnopée a fait tous les magasins de la ville, elle a poussé au suicide une centaine de vendeurs, elle les a transformés en petits vieux hagards et rabougris, elle a écrasé des mains et des boîtes en carton, mais le modèle qu'elle voulait, elle l'a trouvé.

Emnopée: J'achète et je paye. La moindre des choses, c'est d'obtenir ce que je veux. Je me trompe?

Boubel: Certainement pas. C'est d'ailleurs grâce à ton opiniâtreté que nous sommes arrivés là où nous sommes.

Emnopée: H, tu ne m'as pas encore donné ton avis sur mes chaussures.

H: Des chaussures, ça reste des chaussures.

Boubel: C'est quoi, ce mépris? Si tu crois que tu vaux mieux qu'elles! (à Emnopée) H n'a pas encore eu le temps d'y réfléchir. Mais il a toute la soirée devant lui. Quand on rentrera, il nous donnera son avis sur tes chaussures.
Commenter  J’apprécie          50
Tandarica   19 avril 2015
Théâtre choisi I : Comédies de Hanoch Levin
FÉLICIA. –[...]Il vous a ramené quelque chose ?

LA MÈRE. – J'ai tout ce qu'il me faut.

FÉLICIA. – Un petit téléviseur ?

LA MÈRE. – J'ai déjà un téléviseur.

FÉLICIA. – Made in Germany par exemple.

LA MÈRE. – On voit très bien sur le mien.

FÉLICIA. – Un manteau en cuir ? Un porte-monnaie ? Un foulard ? (elle regarde autour d'elle. Renifle) Enfin…

LA MÈRE. – Ma chère madame Félicia, mon fils est revenu sain et sauf. C'est le plus important. Il est en bonne santé, il travaille et gagne sa vie, qu'est-ce que je peux demander de plus ? D'ailleurs, c'est lui qui s'est payé son voyage en Europe.

(KROUM L'ECTOPLASME)
Commenter  J’apprécie          50
Francharb3   10 novembre 2014
Histoires sentimentales sur un banc public de Hanoch Levin
Parce que, de la sensation libératrice, de la voluptueuse supériorité qu'éprouve tout vivant face à tout mort, du plaisir qui la submerge entièrement, de la saine énergie qui monte en elle, jaillit un torrent rayonnant de sentiments multiples, un torrent énorme qui emporte tout sur son passage, même le flot de chagrin inspiré par la mort du mari. Et ce torrent, agrémenté encore de milliers de gouttelettes scintillantes, se sert de tout cela pour refléter l'image radieuse de la vie.
Commenter  J’apprécie          50
Tandarica   12 janvier 2021
Théâtre choisi V : Comédies crues de Hanoch Levin
VON TRÉPAS.– Allons bon, encore un qui ne veut pas mourir ? Ffff ! Dépêchons, c'est l'heure, on meut, on meurt, je suis pressé, j'ai un coup de grisou dans une mine au Brésil et un ouragan à Calcutta ! (à Pozna) Allez, on ne va pas en faire un fromage, qui est-ce qui meurt ? Tu t'es trouvé un remplaçant ?



POZNA.– Ma noble épouse ici présente. Elle a prit la décision de se sacrifier pour moi et rien ne le fera changer d'avis.



(p. 51, extrait de Tout le monde veut vivre)
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-53032

Née Audrey RUSTON en Belgique en 1929, celle qui choisit le nom de scène de HEPBURN repose depuis 1993 ..#.. .

au Père Lachaise (Paris)
au Arlington Cemetery (Washington DC)
au Hollywood Forever Cemetery (Los Angeles)
dans un petit cimetière suisse, non loin du lac Léman

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : star , cinema , théâtre , musique , télévisionCréer un quiz sur cet auteur

.. ..