AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 795 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Metz , le 09/04/1948
Mort(e) à : Paris , le 15/04/1989
Biographie :

Bernard-Marie Koltès est né dans une famille bourgeoise de Metz.

Il mène alors une vie violente, solaire et ancrée dans la révolte comme celle de Jean Genet, tout en s'initiant à la musique de Jean-Sébastien Bach avec l'organiste Louis Thiry. Après avoir vu, à l'âge de vingt ans,Maria Casarès dans Médée, Hubert Gignoux alors directeur du TNS Théâtre national de Strasbourg,lui propose d'intégrer l'école du TNS, il y entre en section scénographie, puis y réalise une dizaine de mises en scène. Il commence alors à écrire pour le théâtre.

En 1970, il monte sa propre troupe de théâtre, le « Théâtre du Quai » et écrit L'Héritage que Maria Casarès lit pour la radio.

Entre un passage au Parti communiste français (1974-1978), de nombreux voyages en Amérique latine, en Afrique et à New York, Koltès crée de nombreuses pièces, comme le long monologue écrit pour Yves Ferry La Nuit juste avant les forêts, qui est montée en off au Festival d'Avignon en 1977 par l'auteur, puis à sa demande, par Moni Grégo au CDN de Lille.

Son théâtre, en rupture avec la génération précédente du théâtre de l'absurde, est une recherche permanente sur la communication entre les hommes. Au début des années 1980, il rencontre Patrice Chéreau qui devient son metteur en scène.

Mais l'écrivain, malade, décède à quarante et un ans du SIDA. Bernard-Marie Koltès, dont les textes sont traduits dans une trentaine de langues, est un des dramaturges français les plus joués dans le monde.

Il est inhumé au Cimetière de Montmartre à Paris (14e division).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Extraits DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON (Théâtre 2010)
Podcasts (7) Voir tous

Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
Jooh   09 juillet 2014
Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
Mais que faire de son regard ? Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé ;
Commenter  J’apprécie          480
Fabinou7   31 janvier 2020
Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
“On ne peut revenir sur l’insulte, alors qu’on peut revenir de sa gentillesse, et il vaut mieux abuser de celle-ci que d’user une seule fois de l’autre.”
Commenter  J’apprécie          382
Philippe67   04 décembre 2012
Sallinger de Bernard-Marie Koltès
en général plus une chose à dire est importante, essentielle, plus elle est impossible à dire : c'est à dire: plus on a besoin de parler d'autre chose pour se faire comprendre par d'autres moyens que les mots qui ne suffisent plus.
Commenter  J’apprécie          340
araucaria   29 mars 2016
Le retour au désert (suivi de) Cent ans d'histoire de la famille Serpenoise de Bernard-Marie Koltès
Mathieu - Est-il vrai que j'ai les pieds plats?

Adrien - Mais bien sûr, puisque je te l'ai dit. Regarde les miens. C'est donc ça qui te trouble? Mais on peut vivre avec cela, Mathieu, mon fils. Il ne faut pas porter trop souvent de chaussures pour ne pas en souffrir? Mais, sinon, tu es un homme ordinaire, Mathieu, tout à fait ordinaire.

Mathieu - J'aurais voulu être extraordinaire.

Adrien - C'est idiot. Il y a de plus en plus de gens extraordinaires. Au point que cela va devenir extraordinaire d'être une personne ordinaire. Alors, patiente un peu; tu n'as rien à faire pour cela, rien.
Commenter  J’apprécie          310
Jooh   08 juillet 2014
Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
Mais plus un vendeur est correct, plus l’acheteur est pervers ; tout vendeur cherche à satisfaire un désir qu’il ne connaît pas encore, tandis que l’acheteur soumet toujours son désir à la satisfaction première de pouvoir refuser ce qu’on lui propose ; ainsi son désir inavoué est exalté par le refus, et il oublie son désir dans le plaisir qu’il a d’humilier le vendeur.
Commenter  J’apprécie          310
Jooh   10 juillet 2014
Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
On ne peut revenir sur l’insulte, alors qu’on peut revenir de sa gentillesse, et il vaut mieux abuser de celle-ci que d’user une seule fois de l’autre.
Commenter  J’apprécie          280
araucaria   23 mars 2016
Le retour au désert (suivi de) Cent ans d'histoire de la famille Serpenoise de Bernard-Marie Koltès
MAAME QUEULEU. - Aziz, entre, dépêche-toi. Il y a beaucoup de travail aujourd'hui, car Mathilde, la soeur de Monsieur, revient d'Algérie avec ses enfants. Il faut tout préparer et seule, je n'y arriverais pas.

AZIZ. - J'arrive, Maame Queuleu. Mais j'avais cru entendre des pas et des bruits de voix : et, à cette heure-ci, dans cette rue, cela m'a paru étrange.

MAAME QUEULEU. - Les rues sont dangereuses. Entre vite. Je n'aime pas laisser cette porte ouverte.

AZIZ. - Cela s'annonce comme une sale journée.



Entre Mathilde.



MATHILDE. - Et pourquoi ce serait une sale journée?

AZIZ. - Parce que, si la soeur est aussi conne que le frère, cela promet.

MATHILDE. - La soeur n'est pas aussi conne que le frère.

AZIZ. - Et comment le sais-tu, toi?

MATHILDE. - Parce que la soeur, c'est moi.
Commenter  J’apprécie          250
loveandsomeverses   12 août 2011
Roberto Zucco (suivi de) Tabataba - Coco de Bernard-Marie Koltès
La Gamine. - Je t'ai cherché, Roberto, je t'ai cherché, je t'ai trahit, j'ai pleuré, pleuré, au point que je suis devenueune toute petite île au milieu de la mer et que les dernières vagues sont en train de me noyer. J'ai souffert, tellement, que ma souffrance pourrait remplir les gouffres de la terre et déborder des volcans. Je veux rester avec toi, Roberto; je veux surveiller chaque battement de ton coeur, chaque souffle de ta poitrine; l'oreille collée contre toi j'entendrai le bruit des rouages de ton corps, je surveillerai ton corps comme un mécanicien surveille sa machine. Je garderai tous tes secrets, je serai ta valise à secrets; je serai le sac où tu rangeras tes mystères. Je veillerai sur tes armes, je les protégerai de la rouille. Tu seras aussi mon agent et mon secret à moi, dans tes voyages, je serai ton bagage, ton porteur et ton amour.
Commenter  J’apprécie          240
CorinneCo   04 novembre 2014
La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès
Lorsque je t al vu, J al couru, couru, couru, mais personne n'a fait obstacle, je m'étais préparé, je m'étais mis de leur côté, je les avais écouté, cachant ma différence, et à présent ma fuite les surprend, je suis déjà au coin de la rue quand ils se réveillent, qu’ils me reconnaissent comme étranger, qu'ils mettent leur connerie à mes trousses, se préparant à me surprendre ailleurs, en bas, tout à l'heure, cependant moi, déjà je t'abordais, je disais : je t'ai aperçu tournant le coin de la rue, pardon, je suis à moitié ivre, je ne dois pas être à mon avantage, mais j'ai perdu ma chambre, je cherche une chambre pour cette nuit seulement, une partie de la nuit, car dans peu de temps je ne serai plus ivre, je demande cinq minutes...
Commenter  J’apprécie          240
Jooh   17 juillet 2014
Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès
Un désir comme du sang à vos pieds a coulé hors de moi, un désir que je ne connais pas et ne reconnais pas, que vous êtes seul à connaître, et que vous jugez.
Commenter  J’apprécie          240
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Bernard-Marie Koltès (1285)Voir plus


Quiz Voir plus

Répliques de théâtre 2

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Raymond Queneau
Alfred Jarry
Guillaume Apollinaire
Molière

8 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : theatre françaisCréer un quiz sur cet auteur