AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bayreuth , le 9-3-1914
Mort(e) le : 2-12-1992
Biographie :

Réfugié allemand de 1933, après avoir participé à la guerre de 1939-1945, passe l'agrégation d'allemand en 1946 et présente en 1951 une thèse d'Etat consacrée au philosophe allemand Max Stirner. Enseignant de 1946 à 1965 au Prytanée militaire de La Flèche, de 1966 à 1970 à l'Université de Clermont-Ferrand et ensuite jusqu'à sa retraite en 1982 à l'Université de Paris X Nanterre, il consacre de nombreuses études au marxisme et à l'anarchisme. Son effort principal a porté sur une revalorisation de l'anarchisme individualiste discrédité depuis l'époque de la "propagande par le fait" mais redevenu actuel depuis que le problème de l'individu face à l'Etat se pose avec une acuité accrue. Parmi ses ouvrages, notons en particulier Aux sources de l'existentialisme : Max Stirner, Ludwig Feuerbach ou la transformation du sacré, L'esthétique marxiste, .Max Stirner ou l'expérience du néant, L'anarchisme au XX·siècle, L'autogestion, La révolte de Cronstadt.



+ Voir plus
Source : http://www.lsr-projekt.de/Henri-Arvon.html
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Julian_Morrow   09 mai 2019
L'anarchisme de Henri Arvon
Il était d’usage vers la fin du XIXe siècle de distinguer l’anarchisme individualiste de l’anarchisme communiste, le premier étant représenté surtout par Proudhon, et éventuellement Stirner — on traitait ce dernier surtout d’individualiste anarchiste étant donné qu’il mettait l’accent davantage sur la défense du Moi que sur l’absence du pouvoir — le second par Bakounine et son disciple Kropotkine. On estimait en effet que, si ces deux écoles anarchistes concordaient dans la partie négative, destructrices de leurs systèmes, elles différaient profondément dès qu’elles envisageaient la reconstruction de la Société.



(p.64)
Commenter  J’apprécie          100
Walktapus   04 août 2013
L'athéisme de Henri Arvon
Profiteur de l'ordre établi, [Voltaire] a d'ailleurs soin de maintenir Dieu dans les strictes limites de l'utilité sociale. Dès que Dieu ose sortir du rôle de gendarme que Voltaire lui assigne, il devient « l'infâme ». L”athéisme étant un privilège de l’élite, c’est à ses amis intimes que Voltaire réserve la révélation de sa véritable attitude à l”égard de la religion : « Je voudrais que vous écrasiez l’infâme..., écrit-il dans ses lettres personnelles, mon aversion pour cet infâme ne fait que croître et embellir..., courez tous sus à l’infâme habilement. »
Commenter  J’apprécie          30
Walktapus   18 août 2013
L'athéisme de Henri Arvon
Il est d’ailleurs curieux de constater que l’athéisme triomphant reprend les formes extérieures de toute croyance religieuse, fournissant ainsi involontairement la preuve de son inauthenticité.

(à propos de l’URSS)

Commenter  J’apprécie          30
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« Tant que Tu crois à la vérité, Tu ne crois pas à Toi-même et Tu es un serviteur, un homme religieux. Toi seul es la vérité, ou plutôt Tu es plus que la vérité qui n'est rien du tout face à Toi. Certes, Tu T'enquiers de la vérité, certes, Tu critiques Toi aussi, mais Tu ne T'enquiers pas d'une "vérité supérieure", c'est-à-dire d'une vérité qui Te serait supérieure, et Tu ne critiques pas en Te servant d'un tel critère. Tu T'occupes des pensées et des idées ainsi que des phénomènes du monde des objets uniquement afin de Te les adapter, assimiler et approprier. Tu veux uniquement T'en rendre maître et devenir leur propriétaire ; Tu veux T'y orienter, et T'y sentir chez Toi, et Tu les trouves vrais ou bien Tu les vois dans leur jour véritable quand ils ne peuvent plus T'échapper, qu'ils n'ont plus de côtés qui ne soient pas saisis ou compris, ou qu'ils Te conviennent, qu'ils sont Ta propriété. Si par la suite ils deviennent moins faciles et qu'ils se dérobent de nouveau à Ta puissance, cela tient précisément à leur fausseté, c'est-à-dire à Ton impuissance. Ton impuissance est leur puissance, Ton humilité leur souveraineté. C'est donc Toi qui es leur vérité, ou bien c'est le néant que Tu es pour eux et dans lequel ils se dissolvent ; leur vérité est leur néant. » (p. 107)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« Plus le peuple est libre, plus l'individu est lié. C'est précisément à l'époque de sa plus grande liberté que le peuple athénien établit l'ostracisme, bannit les athées et fit boire la ciguë au plus probe de ses penseurs.

Combien n'a-t-on pas loué Socrate pour sa conscience qui lui fit repousser le conseil de s'évader de son cachot ! Ce fut là de sa part une sottise de donner aux Athéniens le droit de le condamner. Ainsi a-t-il été traité comme il le méritait. Pourquoi être resté sur le même terrain que les Athéniens ? Pourquoi n'avoir pas rompu avec eux ? S'il avait su et pu savoir ce qu'il était, il n'aurait concédé à de tels juges aucune autorité, aucun droit. C'était précisément sa faiblesse de ne pas s'être enfui, son illusion d'avoir encore quelque chose de commun avec les Athéniens, ou bien sa conviction qu'il était un membre, rien qu'un membre de ce peuple. » (p. 128)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« On ne cessera jamais de penser, pas plus que de sentir. Mais le pouvoir des pensées et des idées, le règne des théories et des principes, la souveraineté de l'Esprit, bref, la hiérarchie durera tant que les curés, c'est-à-dire les théologiens, les philosophes, les hommes d'Etat, les philistins, les libéraux [terme souvent utilisé comme synonyme de : « sociaux » c-à-d. les socialistes, et sans jamais de référence au libéralisme anglais], les maîtres d'école, les serviteurs, les parents, les enfants, les gens mariés, Proudhon […] etc. auront la parole ; la hiérarchie durera tant qu'on croira et pensera aux principes ou qu'on les critiquera même ; car même la critique la plus impitoyable, qui sape tous les principes en vigueur, ne croit pas moins à la fin du compte au principe. » (cit. p. 7)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« Lorsque le communiste voit en toi l'homme et le frère, cela est conforme à l'avis qu'il professe le dimanche. Selon l'avis qu'il professe tous les jours, il ne te considère aucunement comme homme tout court, mais comme un travailleur humain ou un homme travailleur. Le principe libéral anime le premier avis, dans le second se cache son caractère antilibéral. Si tu étais un "fainéant", il ne méconnaîtrait certes pas en toi l'homme, mais il s'efforcerait de le purifier en tant qu' "homme paresseux" de la paresse et de te convertir à la foi selon laquelle le travail est la "destination et la vocation" de l'homme. » (cit. p. 61-62)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« Qu'est-ce qui est donc ma propriété ? Rien d'autre que ce qui est en ma puissance. À quelle propriété ai-je droit ? À toute propriété que je m'octroie. Je Me donne le droit de propriété en m'emparant de la propriété ou, en d'autres termes, en Me donnant le pouvoir, les pleins pouvoirs, l'autorisation.

Tout ce dont on ne peut M'arracher la puissance demeure ma propriété ; eh bien, que la puissance décide de la propriété, Je suis prêt à tout attendre de Ma puissance. » (pp. 165-166)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« L'enfant était réaliste, prisonnier des choses de ce monde jusqu'à ce qu'il parvînt peu à peu à percer le secret de ces choses, le jeune homme était idéaliste, enthousiasmé par des pensées, jusqu'à ce qu'il devînt l'homme, cet égoïste qui manie les choses et les pensées selon son bon plaisir, et qui fait passer avant tout son intérêt personnel. » (cit. p. 12)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   06 mai 2019
Max Stirner ou l'Experience du Néant de Henri Arvon
« L'Etat repose sur l'esclavage du travail. Si le travail est libre, l'Etat est perdu. […]

Le travail, comme d'ailleurs la société de façon générale, ne doit pas être organisé, il s'organise tout seul en ce sens que chacun fait ce qu'il ne peut pas ne pas faire et qu'il ne fait pas ce qu'il ne peut pas faire. » (cit. p. 50)
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..